Jung
National

Andrew Jung, meilleur buteur du National avec Quevilly-Rouen : «Mon début de saison est une revanche»

Meilleur buteur de National avec sept réalisations en sept rencontres, Andrew Jung (23 ans) impressionne avec Quevilly-Rouen, 4e du Championnat. Pour FF, il revient sur son parcours et ses ambitions. (photo : compte Twitter d'Andrew Jung)

«Après avoir été prêté à Concarneau en janvier dernier, vous êtes reparti en prêt à Quevilly-Rouen, avec réussite. Comment l'expliquez-vous ?
Je suis dans une équipe performante en ce moment et j'ai la confiance de mon coach. Je me suis très bien préparé et je n'ai surtout jamais arrêté de m'entraîner pendant le confinement. Aujourd'hui ça se ressent, et il faut que ça continue. Maintenant, j'ai encore une marge de progression et je peux encore aller au-delà. J'espère que la meilleure forme de ma carrière arrivera encore plus tard et qu'aujourd'hui, ce n'est qu'un début.
 
Quel type d'attaquant êtes-vous ?
Je pense que je suis un vrai numéro 9. J'ai faim de buts et j'adore marquer. Je dirais que je suis un attaquant complet. Je suis capable de décrocher pour jouer en déviation, dribbler et aussi de prendre la profondeur. Malgré ma taille (1,92 m), je suis aussi capable d'aller assez vite.

Lire : Toute l'actualité du Championnat de National 1

«Un joueur qui performe en National a les capacités pour jouer à l'étage au-dessus»

Pourtant, tout n'a pas toujours bien fonctionné pour vous. La marche était-elle trop haute en Ligue 2 (NDLR : 3 apparitions avec Reims, club qu'il a quitté pour Châteauroux où il est apparu 9 fois en 2019-20) ?
Je ne pense pas du tout qu'elle était trop haute, mais ce n'était peut-être pas le bon moment. Quand j'ai signé à Châteauroux, j'étais dans de mauvaises conditions. J'avais encore un petit souci de blessure, qui était récurrent à Concarneau (NDLR : Club où il avait été prêté une première fois par Reims en 2018-19, il a inscrit 7 buts en 26 matches de National). Je suis arrivé en méforme et je n'ai pas bien pu me préparer, car dès mon arrivée, je me suis directement blessé. J'ai loupé la préparation physique et je suis revenu un peu trop rapidement car le club était en manque d'attaquants. Cela a précipité mon retour et je n'étais pas prêt physiquement.
 
Comment avez-vous vécu le fait d'enchaîner deux prêts (Concarneau, puis Quevilly-Rouen) après votre transfert à Châteauroux en 2019 ?
Je l'ai bien vécu car j'ai moi-même demandé à être prêté. J'avais besoin de jouer et d'enchaîner les matches.
 
L'objectif n'était pas de s'imposer avec La Berri ?
Bien sûr que si. Mon objectif premier, c'était évidemment de m'imposer. Je suis revenu d'un mois et demi de blessure et j'ai ensuite beaucoup moins joué. Je rentrais de temps en temps, cinq voir dix minutes... et parfois je ne jouais pas. J'ai donc décidé d'aller chercher du temps de jeu à l'étage inférieur, et cela a plutôt bien marché. Mon début de saison (NDLR : 7 buts en 7 rencontres) est quand même une revanche. Un joueur qui performe en National a les capacités pour jouer à l'étage au-dessus. C'est ce que je suis en train de montrer et ce que j'espère encore faire tout au long de la saison.
Vous avez tout de même prolongé en juin jusqu'en 2022. Pourquoi ?
J'étais en dernière année de contrat. Je pense que le club ne voulait pas que je sois prêté sans me prolonger. Et cela montre aussi une petite part de confiance du club. Ils voulaient me sécuriser et j'en avais besoin aussi.
 
Avant cela, vous êtes passé par le centre de formation de Reims. Pourquoi ne pas être resté plus longtemps là-bas ?
J'ai fait toute ma formation à Reims, jusqu'à signer mon premier contrat professionnel là-bas. C'est le club qui m'a formé et c'est une belle étape dans ma vie. Je quitte Reims (en juillet 2019) parce qu'ils avaient d'autres projets, avec d'autres joueurs. J'avais envie de m'inscrire dans un projet, donc j'ai signé pleinement à Châteauroux.

«Je veux jouer tutoyer le très haut niveau»

Quels objectifs vous fixez-vous maintenant que votre saison est très bien lancée ?
Marquer le plus de buts possibles, enchaîner les grosses performances et continuer à être performant durant toute la saison. D'un point de vue collectif, nous devons être dans le haut de tableau, car nous en avons les capacités. On va devoir maintenir le rythme pour essayer d'aller chercher quelque chose à la fin.
 
Personnellement, comment voyez-vous le plus long terme ?
Je suis quelqu'un d'ambitieux. Je viens d'avoir 23 ans et je veux aller le plus haut possible. Je veux jouer des gros matches et tutoyer le très haut niveau. C'est mon objectif et je sais que j'en suis capable. Si ce n'est pas en Ligue 1, alors ce sera à l'étranger. Jouer un jour pour Chelsea, Arsenal, Barcelone, le Real Madrid... C'est un rêve. Mais pour moi, cela peut devenir une réalité.»
Réagissez à cet article
500 caractères max
RensenbrinkRIP 9 oct. à 12:30

Question (dont je ne connais pas la réponse) pour notre Heraclite: pourquoi dit-on que le fameux Jung (Carl Jung) apprécie et a été influencé par certaines idées d’Heraclite? Merci d’avance.

ADS :