Soccer Football - Premier League - Manchester City v Arsenal - Etihad Stadium, Manchester, Britain - October 17, 2020 Manchester City's Raheem Sterling celebrates scoring their first goal with Phil Foden Pool via REUTERS/Martin Rickett EDITORIAL USE ONLY. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or 'live' services. Online in-match use limited to 75 images, no video emulation. No use in betting, games or single club /league/player publications.  Please contact your accoun (Reuters)
Angleterre - 5e journée

Angleterre : Manchester City et Raheem Sterling s'imposent face à Arsenal

Moins flamboyant mais bien plus serein défensivement, Manchester City a empoché une précieuse victoire ce samedi face à Arsenal (1-0). Avec une unique but signé Raheem Sterling.

La leçon : Manchester City en impose

C'était la grosse affiche de cette journée. Le Manchester City de Pep Guardiola faisait face à Arsenal et à un Mikel Arteta désireux de prouver, à celui dont il a été l'adjoint pendant trois ans, que son équipe avait les ressources pour les rejoindre parmi les concurrents au titre. Mais la marche a été trop haute pour les Gunners. Face à des Citizens très sérieux et appliqués, les coéquipiers de Pierre-Emerick Aubameyang ont dû s'incliner. Un résultat logique au vu de la supériorité affiché par Sergio Aguero et consorts dans le jeu.
 
Malgré l'absence de Kevin De Bruyne, blessé en sélection et absent pour plusieurs rencontres, les hommes de Pep Guardiola ont fait le travail. Le coach espagnol avait aligné pour la première fois sa nouvelle charnière centrale Ruben Dias - Nathan Aké, et il peut s'en montrer satisfait. Moins flamboyant qu'à l'accoutumée, City aura au moins eu le mérite d'être plus solide. Dans un système modulable qui passait d'un 4-2-3-1 en phase défensive à un 3-4-3 en possession du ballon, les Skyblues n'ont laissé que peu d'espoirs à Arsenal sur ce plan. Et quand les Gunners trouvaient la solution pour se présenter face à Ederson, le portier brésilien répondait présent (40e, 42e).

En monopolisant le ballon et en enchainant les longues phases de possession, les Citizens ont trouvé une manière de se protéger et de ne pas revivre le cauchemar de Leicester (défaite 5-2). Et devant, ils ont pu s'en remettre à leur jeu de passes très au point, mais aussi à un Riyad Mahrez très en jambe. Véritable leader de l'attaque, l'Algérien a été un véritable poison. Il était d'ailleurs à l'origine du but de Raheem Sterling (1-0, 23e), en trouvant parfaitement Sergio Aguero dans l'intervalle.
 
En face, Arsenal n'aura jamais semblé pouvoir inquiéter les Citizens. Hormis Bukayo Saka sur son côté gauche en fin de première période, les Gunners se sont montrés trop timides. Battus dans les duels, le trio Pépé-Willian-Aubameyang a été très décevant. Très attendu après son transfert dans les tous derniers instants du mercato, Thomas Partey n'a pas réellement pu peser sur la rencontre, n'entrant en jeu qu'en toute fin de match (83e). Après leur défaite face à Liverpool lors de la 3e journée (3-1), les Gunners ont une nouvelle fois eu l'occasion de réaliser ce qui les séparent des cadors de Premier League.

Lire aussi : - Dix choses à savoir sur Thomas Partey

Le gagnant : Ruben Dias, l'assurance défensive

Arrivé lors du dernier mercato, Ruben Dias est déjà le patron de la défense de Manchester City. Dans la lignée de ses très bonnes performances en sélection, le Portugais s'est montré serein face à Arsenal. Dirigeant sa défense d'une main de maître, il a également fait preuve de malice au moment de commettre la faute au bon moment pour interrompre le contre orchestré par Bukayo Saka (68e). Très solide dans les duels, Dias a complètement éteint l'attaque des Gunners. Et pour couronner un match réussi, il était à l'origine du but de Raheem Sterling par une relance parfaite vers Riyad Mahrez.

Le perdant : Mikel Arteta, une nouvelle défaite tactique

Contre Liverpool le 28 septembre dernier, Mikel Arteta n'avait pas su répondre face à l'opposition tactique proposée par Jürgen Klopp (défaite 3-1). Ce samedi, l'histoire s'est répétée. Contre Pep Guardiola, dont il a été l'adjoint de 2016 à 2019, l'Espagnol n'a jamais su trouver les solutions. Son équipe a complètement été dépassée dans le jeu et n'a que trop peu inquiété la défense adverse. Ses changements n'ont rien apporté. À l'image de son équipe, il a aussi pu constater le travail qui lui reste à fournir pour devenir un très grand coach européen.

Benoît Desaint

Lire aussi : - Les notes de Manchester City - Arsenal
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :