2 March 2016 - Barclays Premier League - West Ham United v Tottenham Hotspur - Michail Antonio of West Ham - Photo: Marc Atkins / Offside. (L'Equipe)
Angleterre

Angleterre : qui est Michail Antonio (West Ham), le nouvel appelé de Sam Allardyce ?

Comme Jamie Vardy, Michail Antonio, l'ailier de West Ham, a longtemps galéré avant de découvrir le haut niveau. Coup de projecteur sur un joueur qui pourrait vite en surprendre certains.

Un destin à la Vardy

Son parcours ne le prédestinait pas à jouer en Premier League. Être appelé avec l'Angleterre, encore moins. Michail Antonio (26 ans) n'a pas été formé chez les pros. À quatorze ans, il aurait pu signer à Tottenham. Seul souci : sa mère ne voulait pas. «Elle préférait que je me concentre sur mes études», révèle-t-il à Sky Sports, en mars. Il en pleure, en veut à sa maman. Mais il persiste. Il veut être footballeur, coûte que coûte. Antonio débute à Tooting & Mitcham United, en non-league (football semi-professionnel et amateur). En 2008, il signe à Reading. Il y passe quatre saisons sans s'y installer pleinement. Antonio y joue un peu. Il passe la majeure partie de son temps à être prêté à droite, à gauche, parfois sans perspective d'avenir. À Colchester, par exemple, en 2011, son prêt d'un mois est renouvelé à deux reprises, un mois de plus à chaque fois. En 2012, il rejoint Sheffield Wednesday, puis Nottingham Forest, en 2014. Chez les Tricky Trees, il vit sa saison la plus aboutie. En 2014/15, il est élu joueur de l'année du club, après avoir marqué seize buts et délivré treize passes décisives. Cette performance lui ouvre les portes de la Premier League. La saison suivante, il signe à West Ham.

Trollé par le président de West Ham

Antonio est un membre important des Hammers. Il l'a prouvé la saison dernière, après avoir inscrit huit buts en Championnat. Pourtant, tout n'avait pas si bien débuté pour lui. En première partie de saison 2015/16, l'Anglais ne joue pas. Plus de deux mois après son arrivée, Antonio ne compte qu'une seule apparition. Sur les réseaux sociaux, il devient un sujet de moqueries. En novembre, un internaute tweete une photo d'une alerte enlèvement fictive, avec Antonio dans le rôle du disparu. La parodie est si réussie que David Gold, le président du club, croit que la disparition est réelle. Il la retweete par erreur, avant de revenir en arrière. Trop tard, le mal est fait.

Un fan d'Homer Simpson

Elle est, sans doute, l'une des célébrations les plus étranges de ces dernières années. Le 27 février dernier, West Ham bat Sunderland, en Premier League, grâce à un but de Michail Antonio. Juste après sa réalisation, l'Anglais, fou de joie, fonce vers le poteau de corner pour s'allonger... et tourner sur lui-même. Les fans des Simpsons l'auront compris : l'ailier fait référence à l'épisode «Grève à la centrale» de la quatrième saison de la série américaine. Dans sa tête, tout était planifié, comme il l'explique auprès du Daily Mail : «Quelques jours avant le match, j'avais regardé “Les Simpson, le film” et j'ai vu Homer faire ça. J'ai trouvé ça super drôle, je me suis dit que je le ferai si je marquais.» Slaven Bilic, son entraîneur, a aussitôt mis les choses au clair. Non, Antonio n'est pas comme Homer. «Homer est paresseux, mais Antonio est un bosseur», a précisé le Croate, toujours dans le Daily Mail. Avant d'ajouter : «Mais sa célébration était bien.»

Bon de la tête

Depuis le début de la saison 2015/16, Antonio a marqué huit buts du crâne. En Premier League, sur cette même période, personne n'a fait mieux, pas même Giroud (7). Rien que cette saison, l'Anglais en a marqué deux. Le dernier remonte à la semaine dernière, face à Manchester City (3-1). La statistique est d'autant plus étonnante qu'Antonio ne mesure... que 1,80 m.

II a refusé la Jamaïque

Le temps lui a donné raison. Dimanche dernier, Michail Antonio a été appelé, pour la première fois, avec l'Angleterre. Il attendait beaucoup cette sélection, au point d'éconduire une approche... de la Jamaïque. En mars dernier, l'ailier a confié à la BBC que les Reggae Boyz avaient voulu faire appel à lui : «La Jamaïque m'a appelé mais si je continue sur la bonne voie, je peux être appelé avec l'Angleterre.» Force est de constater qu'il a bien fait de patienter.

Nick Carvalho
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :