griezmann (antoine) (J. Faure/L'Equipe)
à lire dans FF - L'entretien

Antoine Griezmann (Atletico Madrid) : «Finir à Miami avec Beckham»

Troisième du Ballon d'Or, meilleur joueur de l'Euro et de la Liga version 2015-16, l'attaquant de l'Atletico Madrid et des Bleus enchaîne et décroche le trophée du "Joueur français de l'année 2016" attribué par France Football. Pour l'occasion, il a été interrogé par des intervieweurs originaux et inattendus. Surtout un.

Kévin Gameiro

Coéquipier à l'Atletico Madrid et en équipe de France.
«Mais comment tu fais pour être aussi bordélique ? Ton casier déborde carrément sur le mien. T'es aussi comme ça chez toi ?»
«(Il éclate de rire) Non, même pas. A la maison, j'ai la femme de ménage, donc c'est tout le temps clean. C'est vrai que je suis bordélique. Dans l'équipe, c'est moi qui le suis le plus. Je mettrai une photo de mon casier sur les réseaux sociaux pour le montrer aux gens. Il m'arrive même de m'asseoir à sa place dans le vestiaire, parce que je n'ai pas de place devant mon casier. Je suis comme ça. Mais comme ça me réussit, désolé Kévin, je vais continuer à être bordélique.»

Martin Lasarte

Son premier entraîneur à la Real Sociedad.
«Quand tu as commencé avec moi, tu me disais que ton rêve était de jouer en équipe de France. Aujourd'hui que tu joues en sélection, quel est le rêve que tu aimerais atteindre d'ici la fin de ta carrière ?»
«Lui, il m'a tout donné. C'a été mon premier coach, celui qui a eu confiance en moi pour m'amener dans le grand bain. Je lui dois beaucoup de ce que j'ai aujourd'hui. Je lui répétais que c'était un rêve de jouer pour mon pays. Maintenant, j'y suis. Je voulais aussi faire partie des meilleurs, et je suis en train de le faire. Merci à lui de m'avoir aidé. De temps en temps, on continue de s'envoyer des messages. Maintenant, mon but, c'est de gagner un trophée avec mon pays. Allez, si je gagne la Coupe du monde et la Ligue des champions en 2018, je pars jouer aux États-Unis. Je n'aurai plus rien à prouver (rires)

Sonny Anderson

Son joueur préféré lorsqu'il était petit.
«Quand tu entres sur un terrain, est-ce que tu as, aujourd'hui, cette confiance qui te fait dire que tu peux marquer n'importe quand, dans n'importe quel match ?»
«Lui, je l'adorais... Grand joueur. Et pour répondre à la question, en ce moment, non. Je n'ai pas cette confiance. Je ne marque pas depuis plusieurs matches de Liga, donc, c'est un peu chiant. Mais j'ai déjà eu cette confiance là. Quand le coach vient me voir à la mi-temps du match contre l'Irlande à l'Euro, et me dit qu'il va me mettre dans l'axe, je sais que je vais marquer. Je suis sûr de moi. Il y a des moments comme ça où on est en pleine confiance et on se dit : "C'est bon, aujourd'hui, je marque." L'Irlande, je sais que je vais marquer. Le Barça, à domicile en Ligue des champions, je marque deux buts, je sais aussi que je vais marquer. Le Bayern, là-bas, en demi-finale, aussi. Je savais que ce serait dur, mais que si j'avais une occase, elle allait au fond. J'étais en pleine confiance. Parfois, ça arrive.»

Le making-of de l'entretien :

Lieu : "AC Hotel La Finca", à l'ouest de Madrid.
Durée : 1 heure.
Tenue : chemise à carreaux rouges, jean noir.
Autres personnes présentes : Pierre Lahalle, photographe pour le groupe L'Équipe, une caméraman de la chaîne L'Équipe et André de Souza, l'un des meilleurs amis du joueur.
La question que l'on a oublié de lui poser : «Et toi, t'aurais voté pour qui ?»
Nombre de fois où il a regardé sa montre durant l'entretien : 0. Sans rire.
Son expression préférée : «C'est le top !»
Note sur sa disponibilité : 10/10. Sans rire.

Retrouvez l'intégralité de l'entretien dans France Football, en kiosques ce mardi ou ici.
Réagissez à cet article
500 caractères max
valverde 20 déc. à 22:22

et avec booba...

bigpower 20 déc. à 12:17

depuis que griezmann est a l'atletico et bien ils ont baisser de niveaux et lui se n'est pas diego costa quel campagne pour griezmann alors qu'il est null

voir toutes les réactions
ADS :