Griezmann (D.R)
Ballon d'Or FF 2019

Antoine Griezmann et le Ballon d'Or France Football : les montagnes russes

Depuis sa première nomination en 2016, le meneur de jeu des Bleus excelle une année sur deux. En 2019, il a parfois semblé manquer de fraîcheur. Comme en 2017...

Des hauts...

En 2016, l'année de ses vingt-cinq ans, Antoine Griezmann avait fait une entrée fracassante dans le classement du Ballon d'Or France Football. Auteur d'une année majuscule avec l'Atlético Madrid et les Bleus, le gaucher n'avait été devancé que par les deux joueurs les plus titrés de l'histoire individuellement : Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. La faute à deux finales (Euro et Ligue des champions) perdues sur le fil ? Probablement. Les deux compétitions avaient en tout cas eu le mérite de donner au Français un nouveau statut, plus conforme à son talent.

Un talent dont il a fait étalage deux ans plus tard, une année de Coupe du monde. Avec à la clé, une victoire dans la plus grande des compétitions internationales, un mois après avoir soulevé la Ligue Europa avec l'Atlético. Des prestations majuscules lors de rencontres au sommet, des gestes décisifs dans les moments importants, Griezmann avait de bonnes raisons d'y croire. Il terminera troisième, derrière Modric, vainqueur de l'épreuve, et Cristiano Ronaldo, auteur de 15 buts dans la compétition. En 2018, c'est peut-être l'absence de l'Atlético en Ligue des champions qui lui a coûté le trophée.

... et quelques bas

En 2017, Griezmann avait été légèrement moins à son avantage. Relégué à la dix-septième place du classement, sa position n'avait pas fait l'objet des mêmes débats qu'un an plus tôt. Moins décisif avec son club, le Maconnais avait semblé accuser le coup physiquement. Côté français, cette année avait été celle de Kylian Mbappé (septième) et de N'Golo Kanté (huitième).

Dans la foulée d'un exercice 2018 exceptionnel, Griezmann a de nouveau éprouvé quelques difficultés à relancer la machine. Au mois de mars, il a même clairement semblé accuser le coup physiquement, notamment lors d'un huitième de finale de Ligue des champions disputé face à la Juventus. Dans le cadre de ce double affrontement, il n'a pas fait le poids face à Cristiano Ronaldo. En Championnat, un autre monstre s'est dressé sur sa route et c'est le Barça qui a été sacré champion pour la deuxième année consécutive. Le Maconnais a désormais rejoint Lionel Messi et réalise un début de saison plutôt prometteur. Rendez-vous en 2020 ?
Réagissez à cet article
500 caractères max
Madridista_7 22 oct. à 13:51

Attaquant de classe mondial mais qui manque de puissance et d'aggressivité, qui a besoin d'un tank devant lui pour déblayer et bousculer les défenses en face (Diego Costa ,Morata a l'atlético ou Luis Suarez au barca)

Gabsi94 22 oct. à 13:40

Il mérite même pas d’être sur la liste

ADS :