Soccer Football - Premier League - AFC Bournemouth v Arsenal - Vitality Stadium, Bournemouth, Britain - December 26, 2019  Arsenal's Pierre-Emerick Aubameyang scores their first goal      REUTERS/Eddie Keogh  EDITORIAL USE ONLY. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or
Angleterre - 19e journée

Arsenal et Mikel Arteta avec les idées, mais sans le succès

Dans un match dominé par les Gunners pour la première sur le banc de Mikel Arteta, les coéquipiers de Mesut Özil n'ont pu décrocher meilleur résultat que le nul (1-1) à Bournemouth. La faute à une faillite individuelle globale malgré des idées nouvelles.

Du nouveau sur le banc des Gunners, il en fallait. Et si Mikel Arteta ne rentrera pas de Bournemouth avec les trois points, malgré l'égalisation de Pierre-Eymerick Aubameyang (63e) et les opportunités, il y a du mieux. C'est poussif, très poussif même. Mais les Gunners ont semblé plus confiants, et surtout plus en adéquation avec l'identité du club. La possession, grandement à l'avantage des Londoniens (61%), aura autant symbolisé la domination que l'incapacité à produire du danger à l'approche de la surface adverse. Les longues phases de conservation ont souvent abouti sur des frappes - en début de rencontre notamment, où le positionnement entre les lignes de Mesut Özil a été très utile -, mais peu cadrées. Devant, Alexandre Lacazette, Pierre-Eymerick Aubameyang et Reiss Nelson ont manqué de précision, de percussion ou encore de lucidité - que de mauvais choix ! - pour pouvoir lancer le mandat Arteta de la meilleure des manières. Et, comme les Gunners l'ont habitué ces derniers mois, c'est en raison d'une défense passive que Bournemouth ouvrait même le score (35e).

Système hybride et faillite individuelle

Débridée, la fin de rencontre n'aura finalement pas permis de marquer
La suite ? Arsenal a poussé, entre transitions rapides mal jouées (79e, 92e) et possession stérile à outrance. Au grand dam de Mikel Arteta qui, depuis son banc, n'a pu que constater l'étendue du travail offensif à réaliser. Il aura néanmoins réussi à faire appliquer son leitmotiv : chercher le troisième homme, libre de préférence - souvent Özil en début de rencontre -, et un système modulable en fonction des besoins. Granit Xhaka l'a incarné, tantôt latéral gauche pour compenser les montées de Bukayo Saka, tantôt défenseur central axe gauche pour amorcer les actions. C'est de cette position, et sur une passe claquée, que le Suisse permettait d'ailleurs aux Gunners d'égaliser. Pierre-Eymerick Aubameyang marquait après cafouillage, 1-1 (63e). Débridée, la fin de rencontre n'aura finalement pas permis de marquer, laissant un goût d'inachevé. D'autant qu'avec 17 frappes pour 2 cadrées, la bande à Torreira, lui aussi mis à contribution tactiquement en pointe basse du milieu ou relayeur, aurait pu espérer mieux sans une inefficacité récurrente. - A.B.

Toute l'actualité de la Premier League


Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :