Soccer Football - Ligue 1 - Toulouse vs Paris St Germain - Stadium Municipal de Toulouse, Toulouse, France - February 10, 2018   Paris Saint-Germain's Neymar celebrates scoring their first goal with Presnel Kimpembe and team mates   REUTERS/Regis Duvignau (Reuters)
Ligue 1 - 25e journée

Avant le Real, Paris assure l'essentiel à Toulouse (0-1) grâce à un but de Neymar

Quatre jours avant d'aller défier le Real à Madrid en Ligue des champions, le PSG s'est imposé à Toulouse (0-1), signant du même coup son quatorzième succès lors de ses quinze derniers matches.

Paris avait (déjà) la tête au Real

Unai Emery avait pourtant été clair en conférence de presse d'avant match : la priorité, c'est le Tef. «On prépare d'abord le match contre Toulouse. Chaque rencontre est une bonne préparation pour la suivante. Je ne pense qu'au match de samedi. Il est important d'envoyer un bon message avant d'aller à Madrid.» Sauf qu'à seulement quatre jours du déplacement au Bernabeu, difficile pour ses hommes de se sortir cette échéance de la tête, malgré toute la bonne volonté. Sur la pelouse du Stadium, ce samedi, les Parisiens ont évolué sur deux tempos. Il y a d'abord ceux qui ont déroulé sans trop forcer, sûrement par peur des blessures - et face à des Toulousains particulièrement engagés, en témoignent les quatre cartons jaunes. Et d'autres qui avaient une place à défendre en vue de mercredi, à l'image de Lassana Diarra ou Giovani Lo Celso. Même si, la veille, Emery annonçait qu'il ne savait pas qui allait jouer contre le Real. Face un bloc violet ultra regroupé et très bas, le PSG a eu un peu de mal à trouver les intervalles. Assez tout de même pour faire trembler un Stadium plein - mais qui ne s'est pas vraiment fait entendre -, comme lorsqu'Issa Diop a dégagé un centre dangereux d'Angel Di Maria (18e), ou que Neymar a vu son coup franc frôler la cage d'Alban Lafont (61e).

Et le déclic vint de Neymar

Mais comme souvent, Paris a fini par trouver la faille. Et, comme souvent encore, c'est le Brésilien qui a fait la différence. Bien servi par Di Maria sur la gauche, il est venu crocheter Steeve Yago, avant de frapper et de voir son tir légèrement dévié par le capitaine des Violets, trompant ainsi Lafont (68e, 0-1). C'est lui aussi qui a trouvé le poteau par la suite (78e), puis la barre d'une superbe frappe enroulée (80e). Côté parisien, d'autres ont eu un peu plus de mal. Dani Alves a été pris de vitesse à plusieurs reprises, notamment sur des incursions de Max Alain Gradel sur son côté (14e, 38e). Malgré quelques envolées dans la surface toulousaine, et une frappe arrêtée par Lafont du bout des doigts après avoir envoyé Issiaga Sylla au tapis (26e), Kylian Mbappé, titularisé en pointe, a été un peu moins en vue. Quant à Di Maria, il a été impliqué sur le but de Neymar, et s'est montré dangereux à plusieurs reprises (10e, 18e) avant de trouver lui aussi la barre (45e). Au final, c'est sûrement un carton plein pour le PSG : une victoire, et surtout aucune blessure à signaler.

Lafont a limité les dégâts

Finalement, ce n'est pas le fameux plan anti-Neymar, évoqué par Michaël Debève en conférence de presse, qui a fait tenir les Violets. Mais plutôt Alban Lafont, habitué à sortir de grosses performances face au club de la capitale, et bien aidé par ses réflexes. Dès l'entame de match, le Pitchoun a dégagé du buste une reprise du gauche de Presnel Kimpembe (5e). Avant de détourner, tout juste, la frappe de Kylian Mbappé (26e), de dégager sur sa ligne une offensive de Neymar (39e), et de dévier un centre de Di Maria (45e). Déterminant, il n'a tout de même rien pu faire sur la frappe du Brésilien, déviée par son coéquipier. A domicile, les Violets ont envisagé une stratégie complètement différente du match aller (6-2, avec un jeu plus ouvert) : un bloc ultra bas, et tout jouer sur les contres. Résultat, Toulouse n'a tiré que trois fois, pour une tentative cadrée, captée sans souci par Areola après une tête de Yaya Sanogo (14e). Bref, le Tef doit déjà se concentrer sur le prochain match, contre Amiens. Il sera essentiel pour la course au maintien.
Cindy Jaury

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max