(L'Equipe)
Bleus

Baromètre des Bleus : Pogba et Griezmann brillent, Lloris et Kimpembe déchantent

A un mois de l'annonce de la liste officielle des 23 de Didier Deschamps pour la Coupe du monde, les prétendants doivent convaincre le sélectionneur dans leurs clubs respectifs. FF.fr vous propose son baromètre des Bleus avec des Français au top, et d'autres avec moins de réussite.

En hausse

Paul Pogba
La prestation du milieu international français face au rival Citizen est une parfaite illustration de sa saison, tantôt décevante, parfois teintée de coups d'éclat fulgurants. En difficulté pendant les 45 premières minutes (comme toute son équipe), où il a joué dans une position très reculée aux côtés de Matic et Herrera, Pogba a eu du mal à exister, et n'a que très peu pesé sur le jeu de son équipe, étouffée par les vagues offensives ininterrompues de Manchester City. L'ex-Bianconero est monté d'un cran en deuxième période et ce changement de position a fait la différence : il a aidé Lukaku et Sanchez à apporter le surnombre en attaque. S'il n'a pas trop porté la balle, son opportunisme s'est avéré payant, et a été récompensé par deux buts coup sur coup, qui ont permis à sa formation d'égaliser, avant de s'imposer au final (3-2). Une belle réponse du Français face aux critiques dont il fait preuve depuis deux mois.

Lire aussi : les notes du derby de Manchester
Antoine Griezmann
S'il a eu du mal à démarrer sa saison (seulement cinq buts fin décembre), «Grizzi» a depuis mis un sacré coup d'accélérateur. L'attaquant colchonero poursuit son magnifique début d'année 2018, où il a inscrit 18 buts toutes compétitions confondues : 13 en Championnat, 2 en Coupe du Roi et 3 en Europa League. La dernière de ses réalisations a été inscrite dimanche, lors du derby madrilène. Le joueur formé à la Real Sociedad a parfaitement suivi la remise de Vitolo dans la surface pour battre Keylor Navas, un but qui a permis d'arracher le nul sur le terrain de l'ennemi du Real (1-1). Buteur lors de ses trois derniers derbys en Liga à Santiago Bernabeu, Griezmann s'est également distingué dans cette partie par son activité sur les côtés et ses démarquages, offrant sans cesse des solutions à ses coéquipiers.

Lire aussi : les notes de Real-Atlético

Corentin Tolisso
L'ex-Lyonnais faisait son retour samedi dans le onze de départ du Bayern Munich à Augsbourg (4-1), un mois après sa blessure au tibia droit contractée face à Hambourg. Et le Français, qui a disputé l'intégralité de la rencontre, a livré une partie de bien belle facture sur la pelouse de la WWK Arena. Il s'est montré essentiel dans la large victoire de son équipe, en récupérant de précieux ballons au milieu de terrain. Mais Corentin Tolisso a surtout permis à son équipe de revenir à hauteur en reprenant de la tête un centre de Joshua Kimmich (32e), après l'ouverture du score des locaux sur un but contre son camp de Niklas Süle (18e). Grâce à cette réalisation, sa quatrième en Bundesliga, Tolisso a remis à l'endroit les Bavarois qui ont ensuite déroulé pour s'offrir un sixième titre de champion consécutif.

Lire aussi : le 28e titre de champion du Bayern à la loupe

En baisse

Hugo Lloris
Face à Stoke, si le capitaine de l'équipe de France a d'abord bien lu la trajectoire du ballon en anticipant une passe en profondeur dans l'axe pour Mame Biram Diouf, il a aussi été l'auteur d'une nouvelle erreur dans la seconde qui suivait. Lloris a voulu dégager au loin, mais son tir est arrivé dans le visage de l'attaquant des Potters, qui n'avait plus qu'à récupérer le ballon et le pousser dans le but vide. La sixième réalisation du Sénégalais en Premier League n'a pas empêché le succès des Spurs (2-1, doublé d'Eriksen) mais les performances actuelles d'Hugo Lloris ont de nouveau fait parler outre-Manche. Déjà coupable sur le but de Morata après une sortie manquée la semaine dernière face à Chelsea (3-1), le portier français a commis cinq erreurs depuis le début de la saison en Premier League, son pire total depuis son arrivée à Tottenham en 2012. Si ses bourdes n'ont pas eu de conséquences fâcheuses sur les résultats de son équipe lors des deux derniers matches, les prestations de Lloris commencent à inquiéter, à deux mois de l'échéance mondialiste.
Dimitri Payet
L'inefficacité olympienne dimanche soir au Vélodrome face à Montpellier (0-0) a été symbolisée par la prestation du capitaine phocéen, qui a tout simplement raté son match. Titulaire en position de milieu offensif derrière Valère Germain, Dimitri Payet a été l'auteur d'un déchet technique inhabituel : 24 ballons perdus sur ses 73 joués, et seulement 68% de passes réussies. Il n'a pas su faire la différence dans la surface adverse, où il a eu du mal à trouver Germain. Pas dans un bon soir, Payet n'a pas apprécié d'être remplacé par Zambo Anguissa après l'heure de jeu (64e). Déçu par sa performance, il n'a pas réussi à enchaîner après ses dernières belles performances avec l'OM. Absent de la dernière liste de Didier Deschamps, Payet devra vite rectifier le tir lors des ses prochaines sorties s'il veut obtenir un ticket pour la Russie.

Presnel Kimpembe
Aligné d'entrée par Unai Emery à Saint-Etienne, le défenseur de 22 ans est passé à côté de son match. En retard sur toutes les offensives stéphanoises et sur l'ouverture du score de Cabella (17e), il n'a pas vraiment aidé ses coéquipiers à se sortir du piège vert. Manquant de sérénité, il a été dépassé par la vitesse d'Hamouma avant de faire faute sur l'attaquant sur la gauche de la surface (29e). S'il a vu son gardien stopper le penalty de Cabella, Kimpembe a reçu un carton jaune pour cette action... avant d'en récolter un deuxième treize minutes plus tard. Kimpembe a attrapé la cheville du même Hamouma et a laissé ses coéquipiers à dix, qui ont égalisé au bout du temps additionnel (90e+3, CSC de Debuchy).
Joffrey Pointlane
Réagissez à cet article
500 caractères max