subasic (danijel) (E.Garnier/L'Equipe)
Ligue 1 - 22e journée

Battu à Dijon (2-0), Monaco continue de s'enfoncer

Le renvoi de Thierry Henry n'a visiblement pas réglé tous les problèmes de l'ASM. Avec Passi sur le banc pour assurer l'intérim en attendant le retour de Jardim, le club de la Principauté s'est encore incliné, à Dijon (2-0).

La leçon : Monaco coule, Dijon se donne de l'air

«Dijon, ça peut être un nouveau tournant.» Présent en conférence de presse jeudi, Thierry Henry, destitué quelques heures plus tard du poste d'entraîneur, ne pensait pas si bien dire. En s'inclinant sur la pelouse de Dijon, concurrent direct au maintien, les Monégasques réalisent une très mauvaise opération (2-0). Et sur le banc de l'ASM, pas de Thierry Henry ni de Leonardo Jardim, présent en tribune. Mais c'était bien Franck Passi, jusque-là adjoint, qui avait pris les rênes de l'équipe. Les débuts monégasques étaient plutôt encourageants. Falcao, bien servi par Sidibé, tentait sa chance (15e). En vain. Saïd lui répondait avec une frappe à l'entrée de la surface bien détournée par Subasic (17e). Le naufrage monégasque pouvait alors commencer. Parfaitement lancé par Chafik, Kwon trompait Subasic du plat du pied gauche (1-0, 24e). Dur...
La première demi-heure des Monégasques résumait leur début de saison : de la maladresse devant le but, et une défense trop facilement pénétrable. Sur les vingt-deux derniers matches, Monaco n'a réalisé que trois clean sheets. Autre constat alarmant, l'ASM n'a jamais réussi à marquer un but à l'extérieur avant la trentième minute de jeu. Et ce n'était pas pour ce soir, ni même avant la pause, malgré la tentative lobée de Tielemans (40e). Au retour des vestiaires, le jeu était très haché, mais les Dijonnais restaient plus tranchants. Et pour ne rien arranger, Monaco allait devoir terminer la rencontre à dix après un tacle non maîtrisé de Naldo sur Tavares (60e). Rouge direct !  Le deuxième pour le Brésilien en trois matches de Ligue 1... L'ASM ne voyait plus le jour et Dijon enfonçait le clou par Sliti (2-0, 69e). Le club de la Principauté jouera certainement le maintien jusqu'au bout. Et pour rêver encore d'Europe, Monaco devra s'imposer mardi à Guingamp, en demi-finales de la Coupe de la Ligue. Jardim aura du travail. Avec cette victoire, la première dans son histoire contre l'ASM, Dijon respire et remonte à la seizième place.

Le gagnant : Dijon, efficacité retrouvée

Souvenez-vous. Il y a quelques jours de cela, Dijon créait la surprise en s'imposant à Saint-Etienne (3-6). Une rencontre où les Dijonnais faisaient le plein de confiance avant un match capital contre Monaco, et où l'on avait retrouvé un Naïm Sliti décisif, avec trois buts et trois passes décisives. Les visiteurs avaient fait preuve d'une efficacité redoutable. Et ce samedi, le constat est semblable. Il n'a pas fallu un nombre incalculable d'occasions pour voir les Bourguignons scorer. Kwon faisait preuve de sang-froid devant Subasic (24e), et Sliti concluait parfaitement dans le petit filet (69e). Cela faisait six matches de Championnat que Dijon n'avait pas marqué deux buts dans la même rencontre. C'est désormais chose faite.

Le perdant : Naldo, des débuts catastrophiques

Alors que le Brésilien avait effectué un  match intéressant contre Marseille lors de sa première sortie sous le maillot monégasque (1-1), la seconde était plus douloureuse avec un carton rouge pris face à Strasbourg (défaite 1-5). Contre Dijon, pour sa deuxième faute de la saison, l'ancien de Schalke a de nouveau vu rouge ! Et c'est tout à fait logique, le joueur n'ayant pas maîtrisé son tacle sur Tavares (60e). Jardim devra faire sans le défenseur pour les prochains matches, et tenter de redonner confiance à une défense catastrophique depuis le début de la saison.
Erwan Issanchou
Réagissez à cet article
500 caractères max
Cimeuneuni 27 janv. à 7:25

Sans Ro devant Naldo c’est tout de suite moins sexy