bellerin renato sanches gnabry (L'Equipe)
Euro Espoirs

Bellerin, Sanches, Gnabry... Les dix têtes connues de l'Euro Espoirs

Ils se sont déjà plus ou moins affirmés avec leurs clubs et s'apprêtent à disputer le titre de champion d'Europe en Espoirs. Focus sur dix joueurs que le monde du football connaît et attend lors de cet Euro.

Serge Gnabry (Allemagne)

Il a fait parler de lui la semaine dernière. Transféré du Werder Brême, où il était arrivé il y a seulement un an, au Bayern Munich, Serge Gnabry vient de signer pour trois ans avec le club bavarois, contre un indemnité de 8 millions d'euros. Cet Allemand avait fait ses débuts professionnels à Arsenal, en septembre 2012. Il est le troisième plus jeune joueur à avoir été lancé par les Gunners en Championnat, derrière Jack Wilshere et Cesc Fabregas. Seulement, depuis cinq saisons et à vingt et un ans, Gnabry sort de sa seule année complète et réussie, avec le Werder, en Bundesliga (27 matchs joués pour 11 buts). Une carrière enfin lancée pour celui dont on attend l'éclosion depuis ses années passées chez les Gunners.

Daniele Rugani (Italie)

Le défenseur central de vingt-deux ans sera le capitaine de cette sélection italienne. Pur produit d'Empoli, Daniele Rugani a rejoint la Juventus en 2015, se cantonnant depuis deux ans à un rôle de doublure derrière les indéboulonnables Bonnucci, Chiellini et Barzagli. Cependant, la Juve le polit, comme un diamant qu'on ne veut pas lancer trop tôt dans le bain, lui qui accumule tout de même les titres et l'expérience avec les Bianconeri. Il reste le pilier de la défense italienne dans chaque catégorie d'âge où il passe, et ce depuis les moins de dix-sept ans. Son rôle de leader sera primordial dans la quête du titre européen, sacre après lequel la Nazionale court depuis 2004.

Max Meyer (Allemagne)

Max Meyer est l'autre larron allemand à pointer sa tête régulièrement sur nos écrans, notamment sur la scène européenne, où il rayonne avec Schalke 04. Le milieu offensif sort de quatre saisons solides pour son âge (21 ans), lors desquelles il a goûté à la Ligue des champions (7 apparitions lors de la saison 2013-14 et 2014-15) et à la Ligue Europa (quart-de-finaliste cette année). Annoncé depuis toujours comme le prodige du football allemand, Max Meyer est un habitué de la sélection puisqu'il la côtoie depuis les moins de quinze ans (48 capes en jeunes) jusqu'aux A de Joachim Löw, avec lesquels il compte quatre sélections.

Nathan Redmond (Angleterre)

Il est sans doute l'un des joueurs de cet Euro à avoir disputé le plus de matches en professionnel. Nathan Redmond a porté plus de deux cent cinquante fois les couleurs de Birmingham, là où il a été formé, de Norwich ainsi que de Southampton, club dans lequel il évolue depuis un an. Sous les ordres de Claude Puel, l'ailier de vingt-trois ans a été un grand artisan du beau parcours des Saints en Coupe de la Ligue anglaise (défaite en finale face à Manchester United) ainsi que dans l'obtention de leur honorable huitième place en Championnat. Son expérience pèsera dans les résultats des Three Lions lors de cet Euro.

Saul Niguez (Espagne)

Il fait partie de ces Espoirs de la Roja. Saul Niguez devrait d'ailleurs en être le métronome durant la compétition, lui qui, depuis trois ans, est l'une des pièces maîtresses du milieu de l'Atlético de Madrid. On le connaît grâce aux beaux parcours tous les ans des Colchoneros en Ligue des champions, et grâce à une régularité en Liga. Champion d'Europe des moins de dix-neuf ans en 2012 avec l'Espagne, Saul Niguez compte trois sélections chez les A.

Hector Bellerin (Espagne)

A vingt-deux ans, le latéral droit espagnol n'a réalisé que deux saisons complètes à Arsenal, mais il jouit déjà d'une cote très élevée sur le marché, due à la rareté des joueurs prometteurs à son poste. Elément indispensable de la défense de Wenger, Hector Bellerin engrange petit à petit l'expérience qui lui manque encore dans les grands rendez-vous. Formé à la Masia (Barcelone), les Blaugranas tenteraient de le rapatrier en Catalogne pour la saison prochaine, eux qui regrettent amèrement le non-remplacement de Dani Alves, parti pour la Juve l'été dernier.

Calum Chambers (Angleterre)

On le connaît depuis son arrivée à Arsenal, en juillet 2014. Après trente-six rencontres de Premier League avec les Gunners en trois saisons, Calum Chambers était allé voir ailleurs l'été dernier, du côté de Middlesbrough. A la recherche d'un temps de jeu plus conséquent, le défenseur central des Espoirs anglais a participé à vingt-trois rencontres cette saison avec Boro. Assez pour tenir la baraque des jeunes anglais et aller chercher une troisième couronne pour un royaume qui rafle tout ces dernières semaines ?

Gianluigi Donnarumma (Italie)

On l'annonce en ce moment même du côté du Paris Saint-Germain. A seulement dix-huit ans, Gianluigi Donnarumma est, à n'en plus douter, le successeur désigné de Gianluigi Buffon dans les buts de la Squadra Azzura. Ses performances avec le Milan AC, où il totalise déjà soixante-douze matches, et ses premiers pas avec l'Italie A (4 sélections) font de lui l'une des stars de cet Euro Espoirs.

Federico Bernardeschi (Italie)

Celui qui porte les couleurs de la Fiorentina depuis ses neuf ans participera à son deuxième Euro Espoirs avec l'Italie, après celui organisé il y a deux ans. A vingt-trois ans et avec une centaine de matchs avec la Viola, Federico Bernardeschi a pour mission de mener les Italiens au-delà de la phase de poules, qu'ils n'avaient pas réussi à passer en 2015. Il compte déjà neuf sélections chez les A, lui qui avait disputé soixante minutes l'été dernier lors de l'Euro 2016.

Renato Sanches (Portugal)

Le Portugais a été élu meilleur jeune de l'Euro 2016. Mais derrière, Renato Sanches n'a pas confirmé, en signant dans la foulée au Bayern Munich. Avec dix-sept matches en Championnat, dont six seulement comme titulaire, le milieu de dix-neuf ans attend son heure du côté de la Bavière. Mais le Bayern ne semble pas vouloir le lâcher. L'Euro arrive à point nommé pour que Renato Sanches se montre et se relance.
Pierre Martin
Réagissez à cet article
500 caractères max
valverde 18 juin à 9:49

Pendant que d'autres surclassent des joueurs en A pour des matchs amicaux et en plus les laissent sur le banc