benezet (nicolas) (L'Equipe)

Benezet : «Un rêve depuis tout petit»

A 22 ans, Nicolas Benezet va connaître la Ligue 1 avec Evian-TG, où il a signé pour quatre ans. Celui qui a terminé premier du classement des étoiles (neuf buts, huit passes décisives) de la Ligue 2 en 2012-13 avec Nîmes a été transféré pour 1,5 million d'euros. Pour Francefootball.fr, le joueur qui sera présenté dimanche prochain nous livre ses premières émotions.

«Que ressentez-vous à l’idée de connaître la Ligue 1 ?
Je suis content. C’était un rêve depuis tout petit. Il y a quelques années, je me disais que je n’étais pas assez bon pour y goûter et que ça allait être dur. Maintenant que j’y suis, je vais en profiter.

A quand remonte la finalisation du transfert ?
La semaine dernière, nous nous sommes réunis avec le coach, Pascal Dupraz, le président, mes agents et mon père. J’ai signé pour quatre ans.

Quels ont été les arguments du club savoyard ?
Le coach m’a dit qu’il comptait sur moi et qu’il voulait m’utiliser comme un électron libre. Ça m’a plu. Je vais apporter mes qualités et tenter de maintenir le club le plus vite possible et si on peut viser plus haut, on le fera.

«Mon premier choix se portait sur Evian»

Beaucoup d’équipes étaient intéressées par votre profil…
J’ai vu le projet de tout le monde. Sochaux, Bastia et Evian étaient les plus convaincants. Il y a eu des contacts avec Reims et Guingamp mais ce n’est pas eux qui mettaient le plus (ndlr : d’argent pour le transfert). Entre Sochaux et Evian, j’ai longuement hésité. Mon premier choix se portait sur Evian donc je me suis dit qu’il ne fallait pas que je change ma première intuition. Je ne voulais pas signer dans un club qui me donnait plus d’argent mais qui ne me promettait pas un statut de titulaire.

Que connaissez-vous de votre nouvelle destination ?
Je connais très bien Jean-Yves Hours, l’entraîneur des gardiens, et Cédric Cambon chez qui j’ai mangé il y a quelques jours. C’est bien de connaître un des cadres du club.

Vous quittez une région que vous connaissez très bien…
Ça fait bizarre de partir. A Nîmes, j’ai ma famille, mes amis, ma copine là-bas mais je suis prêt. J’ai envie d’y aller.»

Timothé Crépin (@Tcrepin_FF)