9th June 2019 - UEFA Nations League Final - Portugal v Netherlands - Bernardo Silva of Portugal celebrates with teammate Cristiano Ronaldo of Portugal - Photo: Simon Stacpoole / Offside. (Simon Stacpoole/OFFSIDE/PRESSE/PRESSE SPORTS)

Bernardo Silva, prêt pour succéder à Cristiano Ronaldo avec le Portugal ?

Depuis son arrivée en sélection portugaise en 2015, Bernardo Silva est devenu un homme providentiel de Fernando Santos. A tel point qu'il apparaît aujourd'hui comme celui qui devra prendre les rênes de la Seleção quand Cristiano Ronaldo tirera sa révérence.

Finale de la première édition de la Ligue des nations, le 9 juin 2019. Face au Pays-Bas de Memphis Depay, le Portugal s’impose 1-0 grâce à un but de Gonçalo Guedes, s’adjugeant ainsi le trophée. Dans une compétition où Cristiano Ronaldo n’aura participé qu’à la phase finale (le joueur de la Juventus ayant pris une pause internationale après la Coupe du Monde 2018), Bernardo Silva, passeur décisif contre les Pays-Bas, est alors désigné meilleur joueur du tournoi. Une juste récompense pour celui qui aura porté son pays jusqu’à la victoire grâce à sa technique et son énergie. Et un message fort envoyé à tous les observateurs : le milieu de Manchester City a les épaules pour prendre le relai de Ronaldo quand celui-ci n’est pas présent. Un an plus tard, le quintuple Ballon d’Or France Football est de retour de façon permanente en sélection. Et forcément, l’avant-centre de la Juventus est le véritable leader du Portugal. Du haut de ses 166 sélections pour 101 réalisations, il n’y a pas de place pour le débat. Mais, à 35 ans, le plus gros de la carrière de CR7 est derrière lui. Et la question de sa succession se pose. Naturellement, Bernardo Silva se dresse en tant que candidat.

Lire aussi : 
- Petites et grandes histoires de France-Portugal 
- L'équipe type de Cristiano Ronaldo en sélection

Leader technique

Au Portugal, l’ancien Monégasque est très apprécié. Enfant du Benfica, club avec lequel il n’aura jamais véritablement eu sa chance chez les professionnels, Silva a su conquérir le public par ses prestations avec la Seleção : «Depuis plusieurs années, et plus particulièrement depuis la Coupe du Monde 2018, il est le deuxième joueur le plus influent de la sélection. Ici, j’ai l’impression que les gens le voient comme le successeur naturel de Ronaldo en termes de leadership technique et d’influence sur le terrain» observe Diogo Pombo, journaliste au quotidien portugais Expresso.

«Si Cristiano est le finisseur de cette équipe, Bernardo en est le cerveau»

Sa collègue Mariana Cabral détaille : «Il est devenu un joueur essentiel dans la création du jeu du Portugal. Depuis son côté droit, il aime revenir vers l’axe pour créer le danger avec son pied gauche et dicter le rythme du match. Si Cristiano est le finisseur de cette équipe, Bernardo en est le cerveau.» Avec 45 sélections au compteur, le chouchou de Pep Guardiola à Manchester City possède déjà une certaine expérience au niveau international. Il devance ainsi un Joao Felix dans la course à la succession, bien que l’attaquant de l’Atletico soit talentueux.

Chasser le naturel

Mais si la capacité de Bernardo Silva à prendre ses responsabilités sur le terrain ne fait aucun doute, elle est plus discutée quand il s’agit de leadership dans le vestiaire : «Dans le groupe, il a de l’influence mais je ne suis pas sûre qu’elle soit aussi importante que celle qu’il montre sur le terrain» analyse Mariana Cabral. «A Manchester City, Vincent Kompany disait de Bernardo qu’il avait toutes les qualités pour être capitaine mais qu’il devait moins être un "clown" dans le vestiaire. Mais avec la maturité qu’il a acquise, il devrait y arriver.» Aux côtés d’un joueur comme Cristiano Ronaldo, le natif de Lisbonne a de quoi s’inspirer en terme de leadership. Mais la tâche ne sera certainement pas simple. Remplacer le meilleur joueur de l’histoire de la sélection portugaise est une mission périlleuse. Surtout, les deux hommes sont complètement différents. «Je ne pense pas qu’il y aura une succession au sens propre du terme» avance de son côté José Almeida Rosa, commentateur pour la chaine Eleven Sport Portugal. «Ils n’ont pas le même profil. Si Bernardo devient un capitaine de la sélection, son impact ne sera pas le même que celui que Cristiano peut avoir

«La réponse devra être collective»

Un avis que partage Sergio Pires, journaliste pour le site Mais Futebol. «L’absence de Ronaldo laissera un vide immense. Son leadership va bien au-delà du terrain. Bernardo Silva ou encore Bruno Fernandes gagneront en influence quand il sera parti, mais la réponse à ce manque devra être collective». Cela tombe bien, avec Ruben Dias, Ferro, Ruben Neves ou encore Joao Felix, les talents ne manquent pas au sein de la sélection portugaise. Le futur s’annonce donc radieux du côté de la Seleção et, même si Bernardo Silva n’a pas la même aura que Ronaldo auprès de ses coéquipiers, l’ancien Monégasque sera sans aucun doute l’un des leaders du Portugal.

Benoît Desaint