Allain évolue en Grèce, à l'Olympiakos. (L. Parnaby/Afp)
GRE - Olympiakos

Bobby Allain (Olympiakos) : « Un rêve d'enfant »

Ancien gardien de Dijon, aujourd'hui à l'Olympiakos, Bobby Allain désirerait représenter l'Écosse, le pays de sa mère.

C'est un homme qui détonne dans le milieu. Par son enfance (élevé par des parents sourds), son parcours (pas de centre de formation), sa trajectoire (de numéro 3 à titulaire à Dijon)... Champion de Grèce avec l'Olympiakos cette saison, Bobby Allain a aussi profité de la blessure de José Sa pour jouer face à Wolverhampton (0-1), en huitièmes retour de C3, il y a un mois. « Une expérience mitigée », à cause d'un penalty provoqué. Le voilà tourné vers un nouveau défi : devenir international écossais.
« Vous êtes né en France, jouez en Grèce et souhaitez représenter l'Écosse.
C'est assez inédit, à mon avis (sourire). Mon père est français et ma mère écossaise. Elle est née et a grandi en Écosse. Ensuite, mes parents y ont un peu vécu et mon grand frère y est né.

lire aussi

Bobby Allain (Dijon) : « Pour eux, c'est un super pouvoir ! »
Quel lien entretenez-vous avec ce pays ?
J'ai une relation particulière avec ma famille installée là-bas. On leur rendait visite lors de toutes les vacances et à chaque anniversaire, baptême, Noël... On jouait au foot, sur des étendues d'herbe où on fabriquait nos propres cages avec du bois et des clous.
Plus tard, vous avez même évolué au sein d'une équipe écossaise...
Alors que je m'apprêtais à signer à Créteil (pour jouer avec les U18 en DH), j'étais en vacances en Écosse et mon oncle m'a envoyé faire un essai au Clyde FC (D2 à l'époque, en 2010). Au bout de quelques jours, on m'a conservé. Je suis resté sept mois, jusqu'à ce que le club dépose le bilan et que je rentre en France.
Il y avait aussi eu un essai avec les Rangers...
Mes anciens coaches avaient des contacts, mais, cette fois, on m'avait dit que leurs gardiens étaient au même niveau et qu'il n'y avait donc pas d'intérêt à me recruter.
La suite s'est écrite à Ivry (CFA), au Red Star (National puis Ligue 2), à Dijon et donc à l'Olympiakos.Trouvez-vous toujours le temps d'aller en Écosse ?
Le décès brutal de mon cousin m'en a un peu éloigné. On était très proches. J'ai beaucoup de mal à y retourner depuis, ça me pèse. Mais le pays commence quand même à me manquer (son dernier voyage date de la fin d'année 2014).
« J'ai pris un pari : mon mariage est prévu le 26 décembre et, si je suis convoqué d'ici là, je me marierai en kilt »
Pourquoi votre intérêt n'est-il sorti que récemment ?
Ça a toujours trotté dans ma tête. C'est un peu un débat de famille et une guerre entre mon père et ma mère (sourire), mais surtout un rêve d'enfant. Maintenant que je joue à un certain niveau, les gens s'intéressent à moi. On (le Daily Record, journal historique) m'a contacté une fois le Championnat grec remporté, mais aussi quand j'étais à Dijon.
Voir cette publication sur Instagram

45 #olympiacos #superleaguegreece

Une publication partagée par Bobby Allain (@bobbyallain) le 21 Juil. 2020 à 10:23 PDT

Qu'est-ce qui vous relie aux valeurs locales ?
Le "fighting spirit", clairement. Je déteste perdre, même à l'entraînement, où je peux me blesser bêtement car je n'arrive pas à me gérer. Ça me vient de là.
Le sélectionneur, Steve Clarke, ne vous a pas retenu dans sa liste d'août. Est-ce un mauvais signal ?
Non, c'est plutôt logique, dans le sens où les gardiens appelés sont titulaires et performants (David Marshall, Derby County, D2 ANG ; Robby McCrorie, Livingston, Jon McLaughlin, Rangers).
Y croyez-vous quand même ?
Je vais tout faire pour taper dans l'oeil du sélectionneur et montrer ce que je vaux sur un rassemblement. Ce serait une fierté, mais aussi un hommage à mon cousin. Je pense à lui avant chaque match, ça me donne une force supplémentaire. Mes proches seraient complètement fous. Alors, oui, j'y crois, et j'y penserai jusqu'à ma retraite.
L'objectif, c'est l'Euro (*) ?
Je veux juste être appelé un jour. Il n'y a pas de limite. Par contre, j'ai pris un pari : mon mariage est prévu le 26 décembre et, si je suis convoqué d'ici là, je me marierai en kilt ! Madame ne trouve pas ça très joli, mais elle n'aura pas le choix (rires). »
(*) L'Écosse affrontera Israël à Glasgow, le 8 octobre, en demi-finales des barrages de la voie C de la Ligue des nations.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :