(L'Equipe)
CM - Les 100 de FF

Bobby Moore (Angleterre), nouvel épisode de nos 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde

2 mai - 14 juin : dans exactement 43 jours, débutera le Mondial 2018 en Russie. Jusqu'au coup d'envoi, FF vous livre, par ordre alphabétique, sa liste des 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde. Cinquante-huitième épisode avec Bobby Moore.

Son histoire avec la Coupe du monde

Bobby Moore a pris part à trois Coupes du monde avec l'Angleterre entre 1962 et 1970. Si les Three Lions n'ont pu faire mieux qu'un quart de finale ces deux années-là, ils ont en revanche remporté le Mondial en 1966, le seul de leur histoire. Bobby Moore, alors capitaine, mènera les siens à la victoire finale. Non sans polémiques... La compétition, qui a lieu en Angleterre, est marquée par des accusations de favoritisme envers son hôte. Toujours est-il que les Three Lions de Alf Ramsey réalisent un quasi sans-faute : Bobby Moore tient une défense de fer qui n'encaisse aucun but en phase de poules (0-0 contre l'Uruguay, 2-0 contre le Mexique et 2-0 contre la France). Dur sur l'homme, le défenseur en fait voir de toutes les couleurs à ses vis-à-vis. Mieux encore, ses longs ballons dans la surface sont souvent à l'origine d'occasions de but pour les Anglais. En finale contre la RFA, le central adresse un coup franc lointain à Geoff Hurst qui égalise après l'ouverture du score de Helmut Haller pour les Allemands. L'Angleterre l'emportera 4-2 au terme d'une folle prolongation. Moore sera quant à lui porté aux nues par ses coéquipiers.

Le moment marquant

Lors de l'édition 1970, Bobby Moore affronte le Brésil lors de la phase de poules. Malgré des accusations de vol d'un bracelet à Bogota lors de la préparation de l'Angleterre, le défenseur central anglais réalise une prestation de haut vol, signant un célèbre tacle devant Jairzinho. Une performance qui fera dire à Pelé, avec qui il échangera son maillot à la fin du match, «qu'il est le plus grand défenseur contre lequel il ait joué.»

Le chiffre : 25

Soit l'âge (avec trois mois en plus au compteur) auquel Bobby Moore a soulevé la Coupe du monde en 1966. Ce qui fait de lui le troisième capitaine le plus jeune à remporter le trophée après Giuseppe Meazza (24 ans) et Daniel Passarella (25 ans et un mois).

L'archive de FF

En 1993, Bobby Moore est décédé des suites d'un cancer. France Football revient alors sur ses plus belles années et sur la prestance d'un grand champion : «L'Angleterre, au contraire, est fière de son héros, qui fut, dans son genre, empreint de sobriété mais de grande intelligence, un demi puis un arrière central de classe internationale, lucide, précis, placé, dont les relances parfaitement calibrées trouvaient le partenaire et contribuaient à mettre de l'ordre dans le jeu collectif de son équipe. Au-delà d'un talent de joueur qui n'en faisait pas un génie, Bobby Moore était un grand capitaine à l'anglaise, très influent, brillant tacticien, insubmersible dans les troisièmes mi-temps arrosées et, en tant que tel, totalement respecté.
Alf Ramsey à propos de Bobby Moore : «Sans lui, nous n'aurions pas réussi à stabiliser le groupe et à animer notre organisation. Il était mon bras droit, mon lieutenant, et l'inspirateur de la dynamique»
Il eut, lors de la Coupe du monde 1966, l'occasion rare d'exprimer à fond cette influence et il reste de cette période historique l'image du capitaine porté en triomphe par ses coéquipiers après le coup de sifflet consacrant la victoire de l'équipe d'Angleterre sur celle d'Allemagne en finale (...) Alf Ramsey, sélectionneur anobli par la reine, a toujours eu le bon goût de rendre à César-Bobby le mérite qui lui revenait : ''Sans lui, nous n'aurions pas réussi à stabiliser le groupe et à animer notre organisation. Il était mon bras droit, mon lieutenant, et l'inspirateur de la dynamique.'' Bobby Moore ne possède pas un palmarès étincelant, encore qu'une victoire en Coupe du monde pourrait suffire au bonheur de beaucoup.»
Antonin Deslandes
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :