(L'Equipe)
à lire dans FF

Bordeaux touche le fonds

Embourbés dans une situation extra-sportive sous fond de rachat et de sociétés vautours, les Girondins, 19es de Ligue 1, sont à la peine sur le terrain comme en dehors. FF a suivi l'été du club au scapulaire et enquêté sur les nouveaux investisseurs américains. Un dossier à retrouver dans le numéro 3774 de France Football, actuellement en kiosque.

C'est la crise à Bordeaux. Et c'est peu de le dire. Au regard des résultats sportifs, d'abord, alors que Bordeaux pointe à la 19e place du classement de Ligue 1. Et à celui des dérives extra-sportives, surtout, au moment où l'Américain Joseph DaGrosa, annoncé comme le prochain propriétaire des Girondins de Bordeaux, s'est expliqué devant la DNCG. Peut-être a-t-il parlé de ses multiples fonds d'investissement, éparpillés entre l'Angleterre, les Etats-Unis, les Îles Caïmans et on ne sait où encore ?

Et de ses ambitions financières, lui qui envisage, à terme, de «
sortir entre 10 et 20 millions d'euros de bénéfices par an», parole d'un proche du dossier à France Football ? Peut-être, aussi, s'est-il expliqué sur la double direction entre les investisseurs américains et M6, qui a gangrené le mercato des Girondins de Bordeaux, voyant passer les pistes Pedro, Gabriel Barbosa et surtout Thierry Henry à la trappe ? Ce qui est sûr, c'est que le futur des Girondins de Bordeaux est (très) flou, les fonds d'investissement assombrissant les perspectives sportives et économiques, sous couvert d'anonymat et d'opacité.
Le transfert de Sergi Palencia est plus problématique, et reste la véritable origine du départ. Une transaction dans laquelle "Gus" Poyet et son entourage ont tenté de s'infiltrer, comme sur d'autres deals.
Épicentre de cette crise, le départ de Gustavo Poyet le 17 août dernier a longuement fait parler, alors qu'il s'était plaint, en conférence de presse, du transfert de Gaëtan Laborde à Montpellier, dont il n'était pas informé. Tandis qu'on décrit, proche de Bordeaux, que l'affaire Laborde n'est «qu'un écran de fumée.» Le transfert de Sergi Palencia est plus problématique, et reste la véritable origine du départ. Une transaction dans laquelle "Gus" Poyet et son entourage ont tenté de s'infiltrer, comme sur d'autres deals. Un entourage composé, entre autres, par Hugo Varela. Drôle de personnage disposant d'un bureau à Bordeaux, il fait partie des spectres bordelais. Toni Muñoz, ancien directeur sportif de Getafe, qui nous a démenti sa participation au projet, Jesualdo Ferreira, ex de Porto, et le mystérieux Alain Yacine, sont les noms qui l'accompagnent, et les plus souvent cités. Et alors que M6 a commis beaucoup d'erreurs, y compris avec les supporters, ouvertement critiqués par le directeur général du club Alain Deveseleer devant la commission de discipline, Bordeaux doit entamer sa convalescence. Et qu'il sorte, Américains ou non, d'un marasme sportif et économique dans lequel il s'est plongé tout seul. Vite, c'est l'histoire du club qui est en jeu.

Cette enquête sur les coulisses de l'été girondin, avec un portrait du nouveau manager général Ricardo signé Patrick Sowden, est à retrouver en intégralité dans le numéro de France Football disponible en kiosque en ce moment. Pour retrouver la version numérique de votre nouveau numéro de FF, cliquez ici.
Antoine Bourlon

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max