soumare (boubakary) (A.Reau/L'Equipe)
Ligue 1 - 35e journée

Boubakary Soumaré, travail de l'ombre et efficacité face à l'OL

Excellent face à l'OL (2-2), Boubakary Soumaré a marqué les esprits. Le milieu de 20 ans, titulaire en l'absence de Thiago Mendes, a alterné entre récupération et influence offensive, à l'image de son but quasi décisif. Zoom.

Thiago Mendes, absent. Xeka, absent. Mais pas de problème pour Christophe Galtier. Il a Boubakary Soumaré. Excellent face à l'OL, le milieu formé au PSG a parfaitement pallié l'absence des indiscutables Dogues de l'entrejeu. Et dans tous les registres ! Offensivement, où il fut une rampe de lancement idoine pour les transitions mais aussi buteur décisif. Puis sans ballon, où il a également pesé, en métronome sur les attaques placées lyonnaises, malgré quelques sautes de concentration, dans un système en 4-4-2 à plat, un classique pour les Nordistes. Boubakary Soumaré, lancé par Marcelo Bielsa lorsqu'il était le coach du LOSC, signe quant à lui son match référence... qui plus est face au principal concurrent pour la place de dauphin. La jeune ouaille du LOSC enchaînait sa troisième titularisation de la saison, lui qui tenait un rôle de supersub cette saison. Et il devrait rassurer l'ensemble des décideurs lillois. Pour la fin de saison, dans un premier temps. Mais également celle qui vient, alors que certains de ses collègues du milieu sont annoncés partants. Tout bon, en somme.

Lire aussi : Lyon limite la casse face au LOSC

Un impact offensif précieux

Mais avant ça, c'est bien sur le pré du Groupama Stadium qu'il s'est signalé. Comme on l'a dit, le natif de Noisy-Le-Sec fut le déclencheur de plusieurs contres lillois, à l'instar de cette transversale limpide en direction de Nicolas Pépé peu après l'heure de jeu (66e). Soumaré signe entre autres trois passes clés, dont deux lors des six premières minutes, sans oublier son but (68e), qui aurait pu être celui de la victoire. Bien placé au second poteau sur un coup franc assez lointain, Soumaré reprenait du pied droit pour loger le ballon sous la barre et tromper Anthony Lopes. La défense lyonnaise, attentiste, ne pouvait que constater les dégâts. Comme sur quelques actions inspirées de Soumaré. Ses longs ballons, donc, mais également son activité sur attaque placée. Avec 86,4% de passes réussies - 22 passes -, il pointe à la deuxième place des siens derrière Koné (89,5). Ses cibles privilégiées pour orienter : Jonathan Bamba (5), Zeki Celik (5), Nicolas Pépé (4), Thiago Maia (4), Gabriel (4), Jonathan Ikoné (3).

Un rôle moins glorieux mais tout aussi important

Sa prestation offensive ne doit pourtant pas éclipser ses efforts sans le ballon. Le LOSC, en début de rencontre, se signalait par des lignes peu compactes et un bloc moins organisé qu'à l'accoutumée. Soumaré subissait, comme l'ensemble du onze, notamment à la perte du ballon, avant un impact tout nouveau au fil des minutes. Il a récupéré huit ballons, bloqué un tir, taclé à deux reprises. Quant aux duels, c'est 50% de réussite, meilleur total lillois si on excepte ceux joués par Loïc Rémy.
Il a récupéré huit ballons, bloqué un tir, taclé à deux reprises
Christophe Galtier peut se satisfaire de la prestation de son jeune milieu, qui avait la lourde mission de gommer la perte de plus-value individuelle que représente Thiago Mendes, si important dans les rouages collectifs du LOSC. Mission accomplie, puisque c'est souvent lui que les premiers relanceurs ont priorisé pour assurer transitions et constructions mais qu'il a aussi abattu un travail de l'ombre précieux.

Du bien et du moyen en fin de match

Difficile pourtant de ne pas souligner une fin de match plus en dents de scie. Soumaré manquait de jus après l'égalisation de Léo Dubois (74e) et ne pouvait annihiler seul les offensives lyonnaises. Le match s'emballait, mais le jeune milieu de vingt ans retrouvait finalement un second souffle dans un rôle box-to-box toujours plus marqué. Un contre stoppé, avec un peu de vice grâce à un gros choc avec Aouar, permettait aux siens de souffler (86e). Puis c'est lui qui se soulignait par un sprint à très haute intensité afin d'emmener un contre (90e) qui aboutissait sur un corner. Un petit coup de mou de dix minutes sans conséquence avant du peps en épilogue d'une rencontre réussie, pour résumer. Une bien belle performance pour celui qui pourrait s'inscrire comme le remplaçant de Thiago Mendes. Cela nécessitera du temps, mais le coup d'envoi était peut-être ce dimanche soir.

Antoine Bourlon
 
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :