soppy (bandon) (A.Reau/L'Equipe)

Brandon Soppy, l'autre jeune promesse du Stade Rennais

Leader de Ligue 1, Rennes réalise un début de saison pour le moins convaincant. Et il peut compter sur Brandon Soppy, 18 ans, et véritable révélation de ce début d'exercice.

Lille - Rennes, première journée de Ligue 1. A la 42e minute, et après l'expulsion de Sacha Boey, Julien Stéphan lance dans le grand bain le jeune Brandon Soppy, tout juste 18 ans. Face à l'armada offensive lilloise, le latéral droit rennais ne va pas se démonter et imposer son style. Puissance, vitesse, détermination et projection vers l'avant, rien ne laisse penser que Soppy dispute ses premières minutes chez les professionnels. Après un match abouti, il enfilera une semaine plus tard les habits de titulaire face à Montpellier. Pour un même résultat qui lui vaudra les louanges de son coach après-match : «Il aurait pu cogiter, avoir un peu d'appréhension mais ça n'a pas été du tout le cas. Il a fait preuve de beaucoup de personnalité, il a été costaud dans les duels et a apporté offensivement. C'est une excellente performance pour lui.»

Premier préparation complète avec le groupe pro

Propulsé sur le devant de la scène par l'absence de Hamari Traoré (Covid-19) et la suspension de Sacha Boey, le jeune Breton vit un début de saison inattendu, lui qui vient tout juste de participer à sa première préparation physique complète avec le groupe professionnel. «Je ne pensais pas avoir autant de temps de jeu, nous a-t-il confié. Mais je l'espérais. Le groupe m'a très bien accueilli, il y a une très bonne ambiance. Au moment d'entrer, j'avais un peu de pression mais surtout beaucoup de fierté et de satisfaction.»

«Je dois encore m'améliorer sur la concentration tout au long du match»

Initialement défenseur central, Soppy a été replacé par ses formateurs au poste de latéral droit, qui convient mieux à ses qualités. Avec son mètre quatre-vingt-un pour quatre-vingt kilos, le Rennais est solide dans les duels et rapide lorsqu'il s'agit de partir en contre-attaque. A l'image de ses deux modèles : Daniel Carvajal (Real Madrid) et Aaron Wan-Bissaka (Manchester United). Mais le natif d'Aubervilliers est lucide lorsqu'il faut identifier ses propres failles : «Je dois encore m'améliorer sur la concentration tout au long du match, même si ça va de mieux en mieux. Le jeu de tête me fait aussi défaut, mais je travaille énormément là-dessus à l'entrainement en ce moment.»

Brandon Soppy et Eduardo Camavinga peuvent célébrer après le but du second face à Montpellier. (A.Reau/L'Equipe)

Camavinga, l'exemple

Travailler, c'est justement la valeur sur laquelle il insiste quand on lui demande de décrire ce qui fait un bon footballeur. Passé pro à seize ans avec le Stade Rennais, après un passage à l'INF Clairefontaine, l'international français U18 ambitionne un jour de porter le maillot des Bleus chez les A, à l'image de son coéquipier en Bretagne Eduardo Camavinga : «Il est un bon exemple pour moi. J'espère pouvoir m'imposer de la même manière que lui à mon poste. Mais il y a des étapes à respecter, à moi de tout faire pour y arriver

«Cette saison, il y aura aussi la Ligue des champions et j'espère que j'aurais l'opportunité d'y participer»

Ambitieux, Soppy attire déjà les convoitises de plusieurs écuries européennes. Dernièrement, c'est l'Atalanta qui aurait jeté son dévolu sur le latéral droit. Mais lui ne se voit pas quitter le club breton dans l'immédiat : «Je veux évoluer à Rennes avec un maximum de temps de jeu. Je m'entends très bien avec le coach, on échange beaucoup et je lui suis très reconnaissant de m'avoir donné ma chance. Cette saison, il y aura aussi la Ligue des champions et j'espère que j'aurai l'opportunité d'y participer.» Nul doute que s'il maintient son niveau de performance affiché en début de saison, Julien Stéphan continuera de faire confiance à sa jeune pépite.

Benoît Desaint

- Toute l'actualité de la Ligue 1
- Le classement