26.06.2018, Rostow Arena, Rostow am Don, RUS, FIFA WM 2018, Island vs Kroatien, Gruppe D, im Bild Andrej Kramaric, Vedran Corluka, Duje Caleta Car. // during Group D match between Iceland and Croatia of the FIFA Worldcup Russia 2018 at the Rostow Arena in Rostow am Don, Russia on 2018/06/26. EXPA Pictures © 2018, PhotoCredit: EXPA/ Pixsell/ Igor Kralj  *****ATTENTION - for AUT, SLO, SUI, SWE, ITA, FRA only***** *** Local Caption *** (L'Equipe)
Amical

Brillante mais vieillissante, la sélection croate peut compter sur une jeunesse très prometteuse

Vice-championne du monde, la Croatie a pu s'appuyer sur une formidable génération en Russie. Celle-ci se fait cependant vieillissante et ne durera pas. Mais la relève arrive.

Les promesses étaient déjà là lors de l'Euro 2016 en France, avec une élimination en prolongation contre le Portugal en huitièmes de finale (0-1). Elles ont été largement confirmées pendant la Coupe du monde en Russie grâce au parcours brillant effectué par la Croatie. Seulement voilà, des onze joueurs qui ont débuté la finale contre la France, certains sont vieillissants et deux ont même pris leur retraite internationale, et pas des moindres : Danijel Subasic dans les buts et Mario Mandzukic à la pointe de l'attaque. Le premier compte 44 sélections, le second 89, pour 33 buts. Des piliers en moins, donc.
«Osikej se situe dans une région qui a beaucoup de jeunes talents. Y installer des infrastructures va les aider à se développer.»
Le gardien monégasque est désormais remplacé par Lovre Kalinic, qui ne peut se targuer de posséder le même pedigree. À 28 ans, il a quitté le Championnat croate il y a un an seulement pour La Gantoise. Kalinic devrait néanmoins garder la place au chaud pendant quelques temps, en attendant que le déloge le prometteur Dominik Livakovic. Le dernier rempart du Dinamo Zagreb, âgé de 23 ans, possède un potentiel certain et représente l'avenir de la sélection à son poste. Livakovic n'est d'ailleurs pas le seul grand talent en devenir à défendre les couleurs du Dinamo Zagreb. Le seul club croate réellement reconnu sur la scène européenne est un habitué du genre. «Le club possède une super académie grâce à de l'argent venu des contribuables, nous explique Damien, spécialiste du football croate pour Footballski. Il s'agit d'une des meilleures académies au niveau des infrastructures, ils sortent des pépites presque chaque année.» Des pépites qui sont dans certains cas vouées à partir aux quatre coins de l'Europe pour des sommes colossales dans les prochaines années. Derrière le Dinamo, des clubs comme Osijek et Hajduk Split, qui s'est également doté d'une académie performante, poussent. «Osikej se situe dans une région qui a beaucoup de jeunes talents, poursuit Damien. Y installer des infrastructures va les aider à se développer.»
Traduction : Le Dinamo avait le plus de joueurs au du club et formés au club de l'histoire d'une finale de Coupe du monde (Modric, Mandzukic, Lovren, Vrsaljko, Brozovic, Vida, Kovacic, Corluka, Badelj, Kramaric, Pivaric, Pjaca, Jedvaj, Livakovic)

Des jeunes joueurs qui partent trop tôt

Ainsi, des jeunes de la génération 1998 comme Nikola Moro, Borna Sosa ou Lovro Majer possèdent des noms qui ne sont pas familiers à la grande majorité des oreilles des fans de football, mais ils pourraient bien y remédier dans le futur, à condition de ne pas se tromper dans leur choix de carrière. «Passer du Championnat croate à la Premier League par exemple est très difficile, explique notre expert de Footballski. Il est bon, dans un premier temps, de passer par des pays comme la Russie, la Belgique ou le Portugal.» Ce que n'a pas fait Alen Halilovic par exemple, grand espoir croate parti directement à Barcelone, sans succès. Perdu de vue, il évolue aujourd'hui au Milan AC où il n'a joué que trois minutes cette saison. Robert Muric, un temps annoncé comme un futur attaquant de classe mondiale, est lui aussi parti trop tôt. Il ne s'est pas imposé à l'AJax Amsterdam et évolue aujourd'hui dans l'ombre, à Braga. Ces deux joueurs n'ont que 22 ans, et leur avenir est donc encore devant eux. Mais ils font figure d'exemples pour la jeunesse croate, qui ne devra pas se tromper.
Ante Rebic et surtout Andrej Kramaric, deux hommes évoluant en Bundesliga, ont le profil pour s'imposer en attendant la prochaine pépite offensive.
Sur le long terme donc, les académies locales rassurent concernant la relève de la sélection. Mais à moyen terme ? Luka Modric a déjà 33 ans, Ivan Strinic 31, Ivan Rakitic 30, et les Lovren, Vida, Perisic, Badelj et autres Pivaric 29. «Il y aura peut-être un petit creux car cette équipe-là, c'est du costaud», concède Damien. Prenez par exemple la pointe de l'attaque, laissée vacante par Mandzukic. Parmi les remplaçants provisoires, on retrouve une connaissance du Championnat de France : Ivan Santini. En deux saisons passées à Caen, avec à chaque fois un maintien acquis lors de la dernière journée, le grand avant-centre (1,90m) a inscrit 26 buts en Ligue 1, filant à Anderlecht cet été. S'il brille pour le moment en Belgique (9 matches de Jupiler Pro League, 8 buts), ses qualités ne rivalisent pas avec celles de Mandzukic. D'autant qu'à 29 ans, l'heure n'est plus à la progression pour Santini. Ante Rebic (25 ans) et surtout Andrej Kramaric (27 ans), deux hommes évoluant en Bundesliga, ont un peu plus le profil pour s'imposer en attendant la prochaine pépite offensive.
Le tweet de Mario Mandzukic annonçant sa retraite internationale.

«Vlasic peut devenir le nouveau Rakitic»

Au milieu, il pourrait y avoir la peur du vide concernant l'après Modric-Rakitic. Que nenni ! Les premières journées de Ligue des champions ont fait notamment ressortir un nom : Nikola Vlasic (21 ans), unique buteur lors de la victoire du CSKA Moscou contre le Real Madrid (1-0). «Il peut devenir le nouveau Rakitic, affirme Damien de Footbalski. Il a ce niveau concernant la qualité de passe et la créativité. Il est très fort et pourrait arriver d'ici deux ans chez les A pour remplacer Rakitic.» Des garçons déjà présents dans le groupe comme le Napolitain Marko Rog (23 ans) peuvent s'incorporer progressivement dans l'équipe. C'est déjà le cas pour Marcelo Brozovic, titulaire lors de la finale de la Coupe du monde, à 25 ans.

Derrière, à part Duje Caleta-Car, un garçon comme Sime Vrsaljko n'a que 26 ans et vient de passer de l'Atlético à l'Inter, quand Tin Jedvaj (22 ans) brille avec Leverkusen et joue déjà les doublures de Dejan Lovren. L'avenir n'est donc pas à craindre pour l'équipe au damier. Ne manque plus qu'un leader pour succéder à Luka Modric et emmener les nouvelles têtes vers les sommets. Celui-ci doit être Mateo Kovacic. À 24 ans, le milieu offensif doit désormais confirmer et montrer tout le potentiel qu'on lui prête. Il ne s'est jamais imposé au Real Madrid et est cette saison prêté à Chelsea, où il ne s'est pas encore totalement adapté. Le temps ne presse pas encore, mais l'horloge tourne quand même, et l'heure où la Croatie aura besoin de lui approche. Heureusement, il ne sera pas tout seul...

Florent Le Marquis
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :