Soccer Football - Africa Cup of Nations 2019 - Final - Senegal v Algeria - Cairo International Stadium, Cairo, Egypt - July 19, 2019    Algeria's Yacine Brahimi, Youcef Belaili, Baghdad Bounedjah and Islam Slimani pose with their medals as they celebrate after winning the Africa Cup of Nations   REUTERS/Suhaib Salem (Reuters)
CAN 2019

CAN 2019 : Les points clés du sacre de l'Algérie

Djamel Belmadi, l'entraîneur algérien, a su trouver les solutions et les ingrédients pour faire de cette équipe, pourtant perdue un an auparavant, une sélection capable d'être sur le toit du continent africain. Voici les trois points clés qui ont sacré les Fennecs.

Une solidarité remarquée

L'une des forces de la sélection algérienne pendant la compétition, c'était bien sa solidarité. Les joueurs ont attaqué ensemble et défendu ensemble et c'est sans doute ce qui a longtemps manqué à cette équipe d'Algérie. Riyad Mahrez en est le parfait exemple. Lui qui avait du mal à faire les efforts défensifs a multiplié les retours décisifs pendant cette CAN. Il a souvent épaulé Atal puis Zeffane. Feghouli pourrait lui aussi illustrer cette solidarité et cet esprit d'équipe. Dans un rôle qui n'est pas le sien, il n'a pas hésité à se mettre au service du collectif pour le plus grand bonheur de Djamel Belmadi. Cet esprit qui caractérisait l'équipe algérienne dans le passé avait peut-être un peu disparu ces dernières années. Aujourd'hui, l'entraîneur algérien a semble-t-il réussi à faire renaître cette envie de se battre pour ses coéquipiers. Et ce n'est pas pour déplaire au peuple algérien !

Une animation offensive réussie

Meilleure attaque de cette Coupe d'Afrique 2019, l'Algérie a pu compter sur son trio Belaïli-Mahrez-Bounedjah. Le joueur de Manchester City était la véritable star de l'équipe et il a parfaitement assumé son rôle. Percutant et toujours très juste, il a su débloquer la situation lorsque son équipe en avait le plus besoin (surtout son coup franc face au Nigeria). De l'autre côté, Belaïli a lui aussi fait vivre un enfer aux défenses de cette Coupe d'Afrique. Percussion, aisance technique et finition résument bien sa compétition. Il a plusieurs fois été à l'origine des offensives algérienne. Enfin en pointe, on attendait un Bounedjah buteur mais à défaut de planter (2 buts seulement), l'attaquant qui évolue en Arabie Saoudite a constamment pesé sur les défenses. Un poison par ses déviations et sa combativité qui a aussi permis de libérer des espaces pour ses partenaires. Un trio complémentaire qui a joué un grand rôle dans cette victoire finale.

Lire aussi : Belaïli, l'heure de la rédemption

Des cadres au rendez-vous

Pour pouvoir espérer réaliser une grande compétition, l'Algérie se devait d'avoir des cadres au niveau. Et dans chaque ligne, les Fennecs ont pu compter sur leurs leaders. Au poste de gardien, Raïs M'Bolhi a comme bien souvent été très solide et présent lorsque son équipe à eu besoin de lui comme lorsqu'il repoussait un penalty en quarts de finale face à la Côte d'Ivoire. Serein dans les airs et sur sa ligne, il a soulagé sa défense. Aïssa Mandi a lui clairement assumé son rôle de leader. Toujours très propre, que ce soit dans ses interventions ou dans sa relance, il a donné l'exemple à ses coéquipiers. Au milieu de terrain, un homme que l'on n'attendait pas à ce niveau : Adlène Guedioura. Le milieu de terrain de 33 ans était l'une des surprises dans l'entrejeu algérien. Dans l'ombre, il a gratté un nombre incalculable de ballons et aura plus d'une fois stoppé les offensives adverses. Des cadres au niveau de l'évènement qui ont permis à l'Algérie de soulever la Coupe d'Afrique 29 ans plus tard.
Hanif Ben Berkane

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
Marco25 20 juil. à 15:07

on peut avoir "des regrets" ... Ounas, Fares, Delor sur le banc de touche, Ghoulam Belfodil blessés et tant d'autres. avec un tel esprtit et du talent, l'avenir se présente plutot bien.la seul condition est que Djamel reste ... ce qui est très peu évident vu le niveau de salaire (55.000 euro). les offres vont pluvoir

djad16 20 juil. à 14:49

Un seul point clé , c'est le Monsieur l'Entraineur.

ADS :