Soccer Football - Africa Cup of Nations 2019 - Quarter Final - Nigeria v South Africa - Cairo International Stadium, Cairo, Egypt - July 10, 2019  Nigeria's William Troost-Ekong celebrates scoring their second goal    REUTERS/Amr Abdallah Dalsh (Reuters)
CAN 2019 - Quarts

CAN 2019 : Une sortie très hasardeuse du gardien sud-africain offre un ticket pour les demi-finales au Nigeria

Après les Lions de la Teranga du Sénégal, on connaît le nom d'une deuxième équipe qualifiée pour le dernier carré de cette CAN : les Super Eagles ont éliminé l'Afrique du Sud en toute fin de match. Notamment grâce à une grosse boulette de Williams, le portier des Bafana Bafana, dans les dernières minutes (2-1).

L'Egypte sortie par la petite porte samedi dernier en huitièmes de finale, les travées du Stade international du Caire sonnaient bien creuses ce mercredi soir, au moment où Nigérians et Sud-Africains foulaient la pelouse. Et force est de constater que, quatre-vingt-dix minutes plus tard, ce quart de finale entre Bafana Bafana et les Super Eagles s'est avéré aussi fade que l'ambiance en tribunes. Manquant d'entrain et bien moins inspirés au regard de leur huitième de finale face au pays hôte, les Sud-Africains ne parvenaient pas à embraser un début de match au petit trot. De son côté, le Nigeria, à sa main, s'installait doucement mais sûrement dans la moitié de terrain adverse, sans pour autant inquiéter son adversaire. Ndidi tentait, sans grande conviction, d'effrayer l'arrière-garde adverse d'une frappe de loin (5e). Puis plus rien, ou presque. Plus rien jusqu'à ce qu'Iwobi se décide enfin à enclencher la deuxième, en servant parfaitement Chukwueze dans la surface de réparation. L'ailier de Villarreal allumait alors une première mèche, contrée par Mkhwanazi, et se reprenait une deuxième fois pour planter la première banderille de la rencontre (1-0, 27e). Son premier but en sélection. En contrôle, le Nigeria prenait donc le virage en tête.

Une histoire de coups de pied arrêtés

Malgré son but, Chukwueze éprouvait, à l'instar de Musa, quelques peines à déstabiliser son vis-à-vis, même s'il s'en jouait à quelques encablures de la pause (42e). Au sortir des vestiaires, Etebo, d'un magnifique coup franc, pensait plier l'affaire, mais Williams, d'une jolie parade, détournait la sphère sur la barre transversale (50e). Les deux ailiers nigérians, eux, tentaient tant bien que mal d'apporter un peu de fantaisie à une animation offensive insipide. Mais les deux hommes étaient bien trop diffus dans le dernier tiers. L'Afrique du Sud, sans proposer de jeu en appui-remise comme elle avait pu le faire quelques jours plus tôt, reprenait des couleurs. Mkhize, d'abord, s'essayait de loin (63e), puis Zungu, sur coup franc, profitait d'une déviation malheureuse d'Ighalo, pour remettre les pendules à l'heure d'un coup de casque bien senti (1-1, 74e). Avec l'appui bienvenu de la VAR, qui fait son entrée dans cette CAN à partir des quarts. Tandis que la prolongation pointait le bout de son nez, Troost-Ekong, sur un corner en fin de match, tirait avantage d'une sortie totalement loupée de Williams, pour expédier le cuir au fond des filets (2-1, 89e). Presque inespéré, tant le Nigeria ne proposait plus grand-chose. Ainsi, le défenseur central montrait la marche à suivre aux siens, en les conduisant dans le dernier carré. Formidable pour Gernot Rohr et ses hommes, qui affronteront dimanche prochain la Côte d'Ivoire ou l'Algérie en demi-finale. Pour l'Afrique du Sud, la fin de match a des allures de cauchemar.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :