Ce qu'il faut retenir de l'interview de Franck Ribéry (LennartPreiss/WITTERS/PRESSE S/PRESSE SPORTS)
Allemagne

Ce qu'il faut retenir de l'interview de Franck Ribéry (Bayern Munich) accordée à L'Equipe

Franck Ribéry a accordé un entretien à L'Equipe et balayé de nombreux sujets, dont son avenir au Bayern Munich, le Ballon d'Or FIFA-France Football 2013 et l'équipe de France. Voici ce qu'il faut en retenir principalement.

Le Bayern Munich

«Le Bayern, c'est la famille ! Tout de suite, ce club m'a permis de m'exprimer du mieux possible. Le Bayern m'a pris comme j'étais. Ici, c'est cash, comme moi. Je ne suis pas un faux et au Bayern, on ne fait pas semblant. Il n'y a pas d'hypocrisie. Tout ça me correspond. Ça colle avec mon tempérament. Ça bosse. Depuis tout petit, j'ai appris à me battre. Je suis allé chercher les choses pour m'en sortir. Rien n'a jamais été facile. Je sais d'où je viens. J'ai toujours eu ce goût de l'effort. Je suis un gagneur. Quand vous avez tout ça dans un club qui fait partie du top 5 européen, même mondial, pourquoi voulez-vous aller voir ailleurs ?»

Sa trace au Bayern

«Je suis venu en toute simplicité. J'ai écrit mon histoire avec la puissance du Bayern derrière moi. La spirale de la victoire m'a poussé. Si on arrive à être encore champions cette saison, je serai le seul joueur de l'histoire du Bayern avec neuf titres de Bundesliga. En tant qu'étranger, j'ai déjà tous les records. Et ça, c'est déjà énorme ! En plus, chaque année, j'ai toujours joué. Cette continuité, ces titres, ça situe votre carrière. Il y a une vraie histoire d'amour entre nous. Le Bayern et Ribéry, c'est un couple. Dans le foot business, c'est de plus en plus rare de trouver cette fidélité. C'est aussi ma fierté. Mais j'ai toujours fait l'unanimité au Bayern.»

Son avenir

«Je ne tricherai jamais avec le Bayern. On va voir comment ça se passe dans les semaines à venir. On s'assiéra tous ensemble, avec les dirigeants et Alain (Migliaccio), mon conseiller de toujours. Je suis quelqu'un d'entier. Je continuerai au Bayern si je peux toujours tout donner pour lui. "C'est quoi tout donner ?" C'est me sentir capable de faire encore au moins trente-cinq matches. D'être là dans les grands rendez-vous. Sur le terrain, mes problèmes sont derrière moi. J'oublie tout. J'ai encore besoin de cette adrénaline. Nos discussions seront sincères, même si je sais que j'ai des possibilités de rester. Ma décision finale sera de toute façon en parfaite osmose avec le club. Je partirai du Bayern en seigneur !»

Le Ballon d'Or FIFA-"France Football" 2013

«Je me voyais Ballon d'Or. C'est la vérité. Encore aujourd'hui, je pense que je méritais ce Ballon d'Or. Je n'ai toujours pas digéré. J'ai tout fait pour l'avoir. J'ai rempli toutes les cases. J'ai gagné tout ce qu'il était possible de gagner avec le Bayern. (Il cite sans s'arrêter.) Ligue des champions ; doublé Bundesliga-Coupe d'Allemagne ; Supercoupe d'Europe ; Coupe du monde des clubs ; joueur européen de l'UEFA et de la Coupe du monde des clubs. Je ne pouvais pas faire mieux ! J'ai fait une très, très, très (il insiste) grande année personnelle, avec mon club mais également avec la sélection. Au match retour, je suis aussi décisif contre l'Ukraine en barrages (3-0). Je n'ai toujours pas compris pourquoi on avait repoussé les délais des votes du Ballon d'Or d'un mois (en fait de quinze jours du 15 au 29 novembre 2013)... Si les critères étaient d'ailleurs ceux d'aujourd'hui (simplement un vote des journalistes), je l'aurais eu. Je n'avais rien à envier à Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi, cette année-là. J'ai vraiment pris un gros coup sur la tête. J'ai vécu cette troisième place comme une terrible injustice. Je me suis posé 10 000 fois la question : pourquoi pas moi ? Plus je réfléchissais, plus j'étais dégoûté. Tout n'était pas clair...»

Pourquoi une retraite internationale annoncée rapidement en août 2014

«Parce que je ne suis pas un tricheur. J'aurais peut-être pu aller à cette Coupe du monde, faire semblant. Mais je ne voulais pas aller au Brésil pour être sur la photo, faire de la figuration. J'ai aussi senti de la méfiance chez certains. Un lien de confiance s'est cassé. Moi, j'ai assumé ma décision. D'autres n'ont pas assumé ce qui avait été décidé. Personne ne devait plus parler sur ma blessure après mon forfait. Certains l'ont fait.»

Comment il a vécu l'Euro 2016 et la Coupe du monde 2018

«J'ai toujours été content de tout ce qui s'est passé. J'ai vécu ce qu'ils ont vécu. J'ai aussi senti en 2006 ce qu'ils ont ressenti jusqu'à la finale. Je ne veux de mal à personne. Je veux le bonheur de tout le monde. Ce n'est pas parce que j'ai arrêté l'équipe de France que je voulais qu'elle perde. Bien au contraire. J'ai regardé tous les matches comme un supporter. Pour la finale contre la Croatie (4-2), j'étais à Paris. J'étais fier pour mon pays, très heureux de voir ces millions de gens heureux dans la rue, kiffer, faire la fête, oublier tous leurs problèmes grâce au foot. J'ai toujours été derrière les Bleus. Je ne connais pas la jalousie.»

La fin de saison

«Tout reste possible pour le titre. On a eu pas mal de soucis au début, on a pas mal de jeunes. Il n'y a peut-être plus toute la confiance qu'on avait avant. Mais l'équipe se refait. Elle doit encore gagner en personnalité et en maturité.»

La polémique de la côte de boeuf dorée à Dubaï

«Mais je fais ce que je veux dans ma vie privée. Qu'on me juge pour le foot ! Dès qu'on peut, on me cherche des poux dans la tête. Certains médias, des réseaux sociaux, ne pensent qu'à ça. Ils ne font pas référence à ma longévité et mes performances. C'est davantage ça qui intéresse les gens, plutôt que de savoir ce que je mange. Les gens se moquent de savoir ce que je mange ! Là-bas, j'étais invité par le patron. Beaucoup d'autres joueurs sont aussi allés manger chez lui. Et la même chose que moi. On n'en a jamais parlé... Mais pour moi, on fait tourner les vidéos. On ne parle que du steak de Ribéry ! Certains prennent un malin plaisir à me nuire. Je doute que ces gens-là fassent une grande carrière de reporter...»

Son idée de reconversion

«Auprès des jeunes. Je les aime bien, et ils m'aiment bien. J'aime cette relation avec les petits. Il y a de la sincérité, du respect. Je veux qu'ils réussissent. J'ai déjà aidé beaucoup de jeunes au club, comme David Alaba (26 ans désormais). Je l'ai pris sous mon aile quand il avait quinze, seize ans. J'allais le chercher au centre de formation. Je l'emmenais manger. Je l'ai aidé dans sa vie de tous les jours. Je l'ai conseillé. Quand il voyait que j'avais une belle montre ou une belle voiture, il avait envie. Mais je lui disais de travailler, de jouer et de se battre pour les avoir. Même s'il avait déjà les moyens, il devait avoir envie d'aller les chercher. Il faut se battre pour être riche. Moi, j'ai tout gagné à la sueur. Je n'ai rien pris à personne. Je suis allé chercher tout ce que j'ai. On ne reste pas titulaire pendant douze ans au Bayern si on n'est pas sérieux et travailleur. C'est pour ça que je n'aime pas les gens aigris qui ne savent pas qui est Franck Ribéry.»
Réagissez à cet article
500 caractères max
lepetitoiseau 16 févr. à 12:35

Bravo Franck! On ta rien donné ta tjs relevé les défis, t parti d’en bas et t arrivé là haut! T un champion et une inspiration!

Nino22 16 févr. à 8:17

Ce n'est pas un joueur authentique, ce n'est qu'un bon joueur, mais il ne laissera pas de trace dans le foot français dans 20 ans. On ne parle pas de TOTTI ou MALDINI là; on ne parle pas de DESAILLY, THURAM ou VAN NISTELROY... Ce n'est que RIBERY, moins marquant, plus de frasques...

matt7808 16 févr. à 7:29

T’es un vrais bon gars nous ( passionnés de foot) on le sait. Grande carrière bravo ! Continue à foncer !

oskare68 15 févr. à 18:05

C'est souvent ces anciens joueurs consultants qui sont jaloux et envieux

stoichkov94 15 févr. à 12:32

Pour les ballons d'or, ne t'inquiète pas Franck, il n'y a pas que celui de 2013 qui interroge.

voir toutes les réactions
ADS :