Adli n'a pas joué un seul match avec l'équipe première du PSG cette saison. () S. Boue/L'Équipe
Transferts

Ce qu'il faut savoir sur Yacine Adli, espoir du centre de formation du PSG convoité par Bordeaux

Après l'avoir convaincu de signer son premier contrat professionnel l'été dernier, le PSG s'est résolu à se séparer de Yacine Adli, qui avait refusé d'être prêté. Le milieu de terrain de 18 ans va s'engager avec Bordeaux.

Il a failli signer à Arsenal l'été dernier

Lancé dans le grand bain de la Ligue 1 par Unai Emery à Caen (0-0), le 19 mai 2018, Adli était tout proche de suivre l'entraîneur basque à Arsenal l'été dernier. Paris semblait même s'être résolu à perdre l'un de ses talents les plus prometteurs. Mais c'est bien avec le PSG que le milieu de terrain (1,86 m, 73 kg) a fini par signer son premier contrat professionnel de trois ans le 2 juillet.
Son président s'y était engagé dès le 20 mai dans une longue interview à L'Équipe. Il a su se montrer convaincant en présentant à Adli de nouvelles garanties sportives et un salaire défiant toute concurrence (60 000 euros mensuels, plus un million de prime à la signature). « C'est très important pour nous que des jeunes du centre intègrent l'équipe première, argumentait Nasser Al-Khelaïfi. Il y a de la place pour eux, ils doivent avoir l'objectif de signer au club et ils y arriveront. »

Un milieu de terrain polyvalent

Né en banlieue parisienne, à Vitry-sur-Seine (94), Adli a fait ses premiers pas de footballeur en 2006 à l'US Villejuif, où il a débuté comme défenseur central. Il avait 12 ans quand il a intégré le centre de préformation du PSG à Verneuil, en 2013. Aujourd'hui installé au milieu du terrain, il brille par sa polyvalence : davantage utilisé dans un rôle de relayeur cette saison, Adli est aussi capable d'évoluer plus haut sur le terrain, en 10, voire sur une aile, comme il l'a montré en équipe de France. Son sélectionneur en U18, Lionel Rouxel, le décrivait comme « un créateur » dans une interview à Eurosport l'été dernier, « un joueur capable de faire des différences » et de «trouver des décalages de très grandes qualités, rares à cet âge-là ».

Déjà 42 sélections dans les équipes de France jeunes

À 18 ans, Adli est un des piliers de la génération 2000, celle des Fofana, Gouiri et autre Caqueret. Il cumule pas moins de 42 sélections dans les équipes de France jeunes (15 buts), des U16 aux U20, qu'il a intégrés en octobre. Demi-finaliste de l'Euro U17 l'été dernier, en Finlande, il était aussi du voyage en Inde il y a deux ans, pour le Mondial de la même catégorie d'âge. Les « mini-Bleus » s'étaient arrêtés en huitièmes de finale, éliminés par l'Espagne (1-2).

Au placard comme Rabiot et Bernède

Ambitieux, Adli voyait la signature de son contrat professionnel comme « une première étape » qui devait le mener le plus vite possible vers le groupe professionnel. Jamais utilisé ni même convoqué par Thomas Tuchel malgré sa présence régulière à l'entraînement au Camp des Loges, il aurait pu être prêté cet hiver, comme le souhaitait Antero Henrique. Mais son refus lui a valu d'être écarté de l'équipe première, au même titre qu'Adrien Rabiot et Antoine Bernède. Cette situation d'échec a précipité son départ à Bordeaux, annoncé pour quatre ans et demi et 5,5 millions d'euros.

« Titi d'Or » du PSG en 2017

Les récompenses individuelles ont beau ne pas être « une fin en soi » pour Adli, le double champion de France U17 n'était pas peu fier de soulever le « Titi d'Or » en 2017. Ce trophée honorifique - remis par l'association des « Titis du PSG » depuis 2007 - a d'autant plus de valeur que le milieu a été plébiscité par ses pairs, comme Alphonse Areola (2009), Kingsley Coman (2012, 2013) ou Moussa Diaby (2016) avant lui. Tous les lauréats du « Titi d'Or » ont fait carrière - ou au moins débuté pour les plus jeunes - chez les professionnels.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :