renard (wendie) henry (amandine) (S.Mantey/L'Equipe)
CM 2019 - Groupe A

Ce qu'on aimerait voir chez les Bleues mercredi contre la Norvège

La France défie la Norvège ce mercredi soir à Nice pour le compte de la 2e journée de la phase de poule. Un choc entre les deux favoris du groupe A, qui se sont tous deux imposés lors de la première journée. Voici ce qu'on attend des Bleues.

Une même maîtrise

Malgré un trac somme toute logique pour une entrée en matière dans un Parc des Princes comble, les joueuses de Corinne Diacre ont parfaitement géré leur rencontre, en déroulant leur jeu face à un adversaire certes limité. Un succès 4-0 auquel ont vite répondu les Norvégiennes en évinçant le Nigéria 3-0 et en brillant sur le plan technique. Pour prendre la tête de leur groupe et quasiment s'assurer une place en huitièmes de finale, les Bleues ont tout intérêt à rééditer leur performance en posant le pied sur le ballon, condition sine qua non pour maîtriser la rencontre et gérer au mieux la sélection norvégienne. Le 4-2-3-1 mis en place par la coach tricolore permet à la fois aux coéquipières de Wendy Renard d'être équilibrées offensivement et défensivement. Le rythme imposé au milieu, notamment par la très en forme Amandine Henry, sera essentiel face aux partenaires de Lisa-Marie Utland. Elles n'avaient concédé qu'une seule frappe contre la Corée et devront limiter les tentatives scandinaves afin de mettre toutes les chances de leur côté.

Graham Hansen surveillée de près

Si la Ballon d'Or FF et attaquante lyonnaise Ada Hegerberg ne participe pas au Mondial en France, la Norvège ne présente pas moins une équipe compétitive et en mesure d'inquiéter n'importe quelle sélection. Une joueuse en particulier a fait forte impression contre le Nigeria : Graham Hansen, future joueuse du FC Barcelone. Très en jambe sur son flanc droit, l'ailière a survolé la rencontre avec une aisance technique assez bluffante. Une joueuse qu'il faudra donc surveiller de près, notamment par le duo Majri - Le Sommer qui occupe le côté gauche français, ainsi que la doublette Henry - Bussaglia à la récupération, très performante contre la Corée. Si Graham a particulièrement brillé contre le Nigeria (3-0), c'est toute l'animation offensive de la Norvège qui s'est montrée efficace et dangereuse. La surveillance côté Bleue devra donc être générale, une bonne occasion aussi de tester la solidité de la charnière Renard - Mbock, très prometteuse.

Une attaque animée

Si bien défendre sera une nécessité, l'attaque des Bleues doit confirmer les espoirs placés en elle suite au carton contre la Corée. «Le onze de départ contre la Corée m'a donné satisfaction, donc logiquement on devrait repartir avec le même onze», affirmait Corinne Diacre en conférence de presse. L'animation offensive française devrait donc être emmenée par Cascarino et Le Sommer sur les côtés, et Thiney en soutien de Diani. Toujours pas de Gauvain. Les enchaînements et décalages observés dans les trente derniers mètres adverses lors de la première journée, en particulier sur le côté droit où Torrent et Cascarino ont bien combiné, seront importants. Diacre apprécie que ses joueuses insistent sur les côtés, notamment Torrent et Majri, afin d'offrir plus de liberté aux joueuses offensives. Il faudra toutefois faire attention pour les latérales françaises à ne pas trop se livrer, on connait la force des Norvégiennes sur les ailes. Encore une fois, tout sera une question d'équilibre.
Clément Pernia
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :