(L'Equipe)
Espagne

Ce que l'on sait de l'affaire des matches truqués en Espagne

Ce mardi, le journal espagnol El Mundo révèle avoir eu accès à des preuves que le match de la dernière journée de Liga entre Valladolid et Valence (0-2) a été truqué. Un rebondissement de taille dans une affaire qui pourrait bien vite se transformer en séisme pour le football ibérique. On vous résume ce que l'on sait.

Quels sont les faits à l'origine de cette affaire ?

Le 28 mai dernier, la police espagnole interpellait d'un vaste coup de filet onze personnes soupçonnées d'avoir participé au truquage de plusieurs matches de première, deuxième et troisième division espagnole pour pouvoir parier de grosses sommes d'argent. Cette opération, nommée «Oikos» a été déclenchée il y a un an à la suite du match de Liga Adelante (division 2) entre Huesca, déjà promu en Liga, et le Gimnàstic Tarragone, qui luttait pour son maintien. Ce match, remporté 1-0 par le Nàstic, a donné lieu à un nombre quatorze fois plus élevé de paris qu'à la normale, avec un nombre massif de mises en provenance notamment d'Asie et d'Ukraine. Ceci a alerté l'UEFA, qui en a informé la Liga de Futbol Profesional (LFP), qui a déposé une plainte.

Quelles sont les personnes qui ont été arrêtées ?

Cette affaire, au-delà de la gravité des faits en eux-mêmes, a connu un retentissement tout particulier en raison de la célébrité des membres supposés de cette organisation criminelle. On y retrouverait, à sa tête, quatre anciens ou actuels footballeurs professionnels espagnols : Raúl Bravo (37 ans), ancien homme de l'ombre des «Galacticos» du Real Madrid (130 matches entre 2001 et 2007) et international espagnol (14 sélections), Borja Fernández (38 ans), capitaine de Valladolid fraîchement retraité et formé au Real Madrid, Carlos Aranda (38 ans), ancien joueur notamment de Villarreal, Séville, Osasuna ou Levante et formé au Real Madrid et Íñigo López Montaña (36 ans), actuel joueur du Deportivo La Corogne et ancien joueur de Huesca. Ont également été arrêtés les président et médecin du club de Huesca, Agustín Lasaosa et Juan Carlos Galindo. Au total, d'après El Mundo, onze personnes ont déjà été arrêtées et quinze autres font l'objet d'une enquête. Tous sont soupçonnés de corruption, fraude et blanchiment d'argent.

Quels sont les derniers éléments ?

El Mundo révèle ce mardi avoir eu accès à différents éléments de l'enquête, notamment des écoutes téléphoniques prouvant que le match de Liga entre Valladolid et Valence (18 mai, 38e journée de Liga), décisif dans la course à la C1, aurait bien été truqué. L'enquête s'appuie notamment sur des enregistrements de Carlos Aranda, conseillant à l'un de ses amis de parier sur une victoire de Valence avec au moins un but dans chaque période, ce qui s'est réalisé (Valence a gagné 2-0 avec un but en première période et un en seconde), et disant à un autre «Parie 10 000 euros, et tu en obtiendras 20 000». Il déclare également «Il y avait sept joueurs achetés, pas un de plus» du côté de Valladolid, dont le capitaine Borja Fernandez qui jouait son dernier match professionnel. Les enquêteurs évoquent une réunion qui aurait eu lieu dans la maison de Keko, attaquant de Valladolid, entre Fernandez et les joueurs impliqués pour discuter de la mise en place de cette tricherie. Carlos Aranda et Raul Bravo auraient ensuite fait d'importants paris dont ils auraient partagé les gains avec ces joueurs, avec 50 000 euros pour le seul Borja Fernandez.
Alexandre Aflalo
Réagissez à cet article
500 caractères max
Pelao78 5 juin à 1:12

Faut demander conseil à l om

armellasebastien 4 juin à 19:18

Ah bon ?

ADS :