weise ( michelotti ( orlanducci (charles) (L'Equipe)
Commémoration

Ces fois où les clubs est-allemands ont croisé la route d'un club français en Coupe d'Europe

Alors qu'on commémore les 30 ans de la chute du Mur de Berlin, FF vous propose différents contenus inédits. Dans leur histoire, les clubs est-allemands ont affronté 14 fois des formations françaises, pour un total de 8 victoires. Retour sur quelques rencontres marquantes.

Le premier affrontement : Hansa Rostock-OGC Nice (1968)
C'est la Coupe d'Europe des Villes de Foires qui a vu le premier affrontement entre un club est-allemand et un club français. Ainsi, durant la saison 1968-69, Nice a été opposé au Hansa Rostock au premier tour. Les joueurs est-allemands l'avaient emporté 3-0 à l'aller. Au retour, les Niçois avait été proches de l'exploit, quand ils menaient 2-0 après 65 minutes de jeu, mais Werner Drews était venu anéantir leurs espoirs (80e). Malgré sa défaite 2-1, c'est bien le Hansa Rostock qui avait filé au prochain tour.

La seule campagne européenne d'Angers (1972)
En 1971, la Coupe des Villes de Foires fut renommée Coupe de l'UEFA. Durant la saison 1972-73, pour sa seule et unique participation à une compétition européenne, le SCO Angers avait affronté le Dynamo Berlin. Après le nul 1-1 au stade Jean-Bouin, les joueurs est-allemands l'avaient emporté difficilement 2-1 à domicile, et s'étaient qualifiés pour les seizièmes de finale. Alors que le match retour était initialement prévu à Rostock, les dirigeants angevins avaient décidé d'inverser les rencontres, chose possible à cette époque. Dans le quotidien Ouest-France, l'ancien joueur du SCO Pierre Bourdel avait justement regretté ce choix : «J'ai encore cette rencontre en tête. Nous ne sommes pas passés loin de la qualification. Avec l'inversion des rencontres, nous n'avions pas été avantagés. (...) Notre équipe n'était pas professionnelle, nos dirigeants encore moins.» Le Dynamo Berlin reste donc à ce jour le seul club à avoir joué contre les Angevins en Coupe d'Europe.
Bastia met une fessée à Iéna (1978)
Pour les quarts de finale de la Coupe UEFA 1977-78, les joueurs du Carl Zeiss Iéna avaient fait connaissance avec la chaude ambiance de Furiani. Intraitables à domicile, les Bastiais avaient pour objectif de plier l'affrontement dès le match aller. À la mi-temps, la rencontre était bien engagée, avec un score de 2-0 en faveur des Corses, grâce à des buts de Larios et Papi. Mais c'est en seconde période qu'ils allaient réellement se déchaîner. Si les Est-allemands trouvaient à deux reprises le chemin des filets, grâce à un doublé de Raab, les Bastiais marquaient eux cinq fois l'espace de 30 minutes ! Mariot (57e), Félix (70e,78e), Cazes (81e) et Franceschetti (87e) furent ainsi les héros d'une seconde période complètement folle, qui s'était conclue sur le score de 7-2. Au retour, malgré la pression des joueurs de Iéna, les coéquipiers de Rep avaient tenu bon, et s'étaient qualifiés pour les demi-finales en dépit de la défaite 4-2. Un dernier carré où ils étaient venus à bout du Grasshopper Zurich, avant d'échouer en finale contre le PSV Eindhoven.

Bordeaux renverse le Carl Zeiss Iéna (1982)
Pour la saison 1982-83, le Bordeaux d'Aimé Jacquet affrontait le Carl Zeiss Iéna en 32es de finale de la Coupe UEFA. Un tirage compliqué, face aux finalistes de la Coupe des vainqueurs de coupe deux ans plus tôt. À l'aller, les Girondins avaient été dominés par de solides adversaires, qui l'avaient emporté 3-1. Le but à l'extérieur de Giresse, sur un superbe lob, leur avait pourtant permis de continuer à y croire. Au retour, ils attaquaient le match tambour battant. Ainsi, après moins d'un quart d'heure, les Girondins étaient déjà virtuellement qualifiés, grâce à deux coups de tête de l'Allemand Dieter Müller. Déjà décisif à l'aller, Giresse avait inscrit un doublé, avant que Müller n'y aille lui de son triplé après l'heure de jeu. 5-0, les Est-allemands, totalement dominés, étaient renversés, et les Bordelais filaient en seizièmes de finale. Ce fut le premier affrontement d'une longue série pour les Bordelais face aux clubs est-allemands, puisqu'ils joueront contre le Lokomotive Leipzig en 1983-84 ainsi qu'en 1986-87, le BFC Dynamo Berlin en 1987-88 et le FC Magdebourg en 1990-91.
Vercruysse et Bordeaux éliminés par Leipzig. (M.Deschamps/L'Equipe)
Vercruysse et Bordeaux éliminés par Leipzig. (M.Deschamps/L'Equipe)
Leipzig frustre les Bordelais (1987)
En 1986-87, les Girondins avaient réalisé une superbe campagne de Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe. Après avoir sorti les Irlandais de Waterford, le Benfica Lisbonne puis le FK Torpedo Moscou, ils étaient opposés au Lokomotive Leipzig en demi-finale. L'occasion d'accéder à la première finale européenne de leur histoire, deux ans après la défaite en demi-finale de la Coupe des clubs champions contre la Juventus Turin. Au match aller à domicile, la désillusion fut grande pour les Bordelais, qui n'étaient pas parvenus à trouver le chemin des filets adverses, et s'étaient faits punir à la 65e, quand Uwe Bredow battait facilement Dropsy après la barre transversale trouvée par Richter. Ce dernier ravivait de biens mauvais souvenirs dans les esprits girondins : en 1983, avec le Lokomotive Leipzig, déjà, il avait activement participé à la défaite bordelaise contre les Est-allemands au premier tour de la Coupe de l'UEFA (2-3), en inscrivant un doublé au match retour. Cette fois-ci, les hommes de Jacquet allaient pourtant prendre le match retour par le bon bout. Dès la 3e minute, Zlatko Vujovic remettait les compteurs à égalité d'une tête rageuse. Tout au long du match, la tension était montée, chaque but pouvant rapprocher les deux formations du précipice. Que ce soit durant le temps réglementaire ou la prolongation, les deux équipes n'arrivaient finalement pas à se départager, et filaient donc vers la séance de tirs aux buts. Deuxièmes tireurs, Vercruysse côté Bordeaux et Liebers pour Leipzig avaient manqué leur tentative. Aucun raté ensuite jusqu'à 5-5. Zoran Vujovic, le frère de Zlatko, manquait alors la sienne. Pas René Müller, le gardien de Leipzig, qui envoyait une frappe surpuissante dans la lucarne de Dropsy, et propulsait les Est-allemands en finale. Où ils seront finalement battus 1-0 par l'Ajax Amsterdam, sur un but de Marco van Basten.

L'historique

Coupe des clubs champions
1981-82, tour préliminaire - Saint-Étienne-BFC Dynamo Berlin : 1-1 à Saint-Etienne, 0-2 à Berlin, 1-3 pour les Est-allemands.
1987-88, 16es de finale - Bordeaux-BFC Dynamo Berlin : 2-0 à Bordeaux, 2-0 à Berlin, 4-0 pour les Girondins.

Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe
1984-85, 8es de finale - Dynamo Dresde-FC Metz : 3-1 à Dresde, 0-0 à Metz, 3-1 pour les Est-allemands.
1986-87, demi-finales - Bordeaux-Lokomotive Leipzig : 0-1 à Bordeaux, 1-0 à Leipzig, (5 t.a.b. à 6), 1-1 au total (Leipzig vainqueur aux tirs aux buts).
1987-88, 16es de finale - FC Leipzig-OM, 0-0 à Leipzig, 0-1 à Marseille, 1-0 pour les Olympiens.
1989-90, 8es de finale - Monaco-BFC Dynamo Berlin : 0-0 à Monaco, 1-1 à Berlin (Monaco vainqueur grâce au but à l'extérieur).

Coupe UEFA (anciennement Coupe des villes de foires)
1968-69, premier tour - FC Hansa Rostock-Nice : 3-0 à Rostock, 1-2 à Nice, 4-2 pour les Est-allemands.
1972-73, 32es de finale - Angers-Dynamo Berlin : 1-1 à Angers, 1-2 à Berlin, 2-3 pour les Est-allemands.
1975-76, 32es de finale – FC Carl Zeiss Iéna-OM : 3-0 à Iéna, 1-0 à Marseille, 4-0 pour les Est-allemands.
1977-78, 8es de finale – FC Magdebourg-Lens : 2-0 à Magdebourg, 2-1 à Lens, 4-1 pour les Est-allemands.
1977-78, quarts de finale – Bastia-FC Carl Zeiss Iéna : 7-2 à Bastia, 2-4 à Iéna, 9-6 pour les Bastiais.
1982-83, 32es de finale - FC Carl Zeiss Iéna-Bordeaux : 3-1 à Iéna, 0-5 à Bordeaux, 6-3 pour les Bordelais.
1983-84, 32es de finale - Bordeaux-Lokomotive Leipzig : 2-3 à Bordeaux, 0-4 à Leipzig, 7-2 pour les Est-allemands.
1990-91, 16es de finale - FC Magdebourg-Bordeaux : 0-1 à Magdebourg, 0-1 à Bordeaux, 0-2 pour les Bordelais.
Réagissez à cet article
500 caractères max
djad16 9 nov. à 10:28

Il faut reconnaitre qu'à cette epoque, les equipes francaises, selection comprise, servait juste pour completer les groupes.

ADS :