(L'Equipe)
Ballon d'Or FF 2018

Champion du monde, Ligue Europa, un nouveau contrat : l'année d'Antoine Griezmann, nommé pour le Ballon d'Or France Football 2018, en huit temps forts

Nommé dans la liste des 30 pour remporter le Ballon d'Or France Football 2018, Antoine Griezmann a vécu une année faste. Retour sur plusieurs moments marquants pour le Français.

25 février : Quand il règne sur Séville

20 janvier - 28 février : pendant un peu plus d'un mois, Antoine Griezmann s'est transformé en machine à buts. Gérone, Las Palmas et Malaga ont commencé à en faire les frais, avant que le FC Séville ne se fasse complètement marcher dessus à Sanchez-Pizjuan. Avec un triplé et une passe décisive pour Koke, Griezmann fait plier les Andalous, menés 5-0 à domicile à neuf minutes de la fin. Sarabia et Nolito sauveront l'honneur en fin de rencontre (2-5).

28 février : Quand il claque un quadruplé

En feu, on vous dit ! Trois jours après son triplé à Séville, Griezmann remet ça, cette fois à domicile. En quarante minutes, le Français plante un quadruplé face à Leganés dont un coup franc surpuissant ! Et ce, alors qu'il avait commencé sa soirée par un premier coup franc sur la barre. Il marquera au total 19 buts en Liga lors de cette saison 2017-18.

8 avril : Quand il accroche le Real au Bernabeu

Un but qui a pu compter dans la 2e place finale de l'Atlético Madrid en Liga. Car le 8 avril, pour le compte de la 31e journée du Championnat d'Espagne, le Real accueille son voisin avec, en cas de victoire, la possibilité de revenir à un point de la bande à Griezmann. Peut-être, voire sûrement davantage préoccupé par son parcours en C1, le Real concède le nul à Bernabeu. Griezmann, noté 7 par FF, répondant à l'ouverture du score de Ronaldo (1-1). Le genre de buts qui marquent dans une année.

Lire : Les notes de Real-Atlético

16 mai : Quand il dégoûte l'OM

Reversé en Ligue Europa après une phase de poules de C1 bien délicate (3e derrière la Roma et Chelsea), l'Atlético devient rapidement le favori de cette C3 2017-18. Et Griezmann joue un rôle prépondérant dans le titre acquis à Lyon. C'est lui qui, d'abord, égalise face à Arsenal en demi-finale aller. Avant d'être impitoyable en punissant les Marseillais en finale : 3-0, un doublé et une prestation de grande classe.

Lire : Les notes de l'Atlético face à l'OM

14 juin : Quand il prolonge son bail à l'Atlético

Il aura, à sa manière, fait durer le suspense pendant un (très) long moment : mais juste avant l'entrée en lice de l'équipe de France en Coupe du monde, Antoine Griezmann scelle son avenir et prolonge à l'Atlético Madrid jusqu'en juin 2023. Et ce alors qu'un départ au Barça était envisagé.

6 juillet : Quand il démarre vraiment sa Coupe du monde

Comme lors de l'Euro 2016, Antoine Griezmann inquiète tout un pays pendant le premier tour du Mondial. Un penalty transformé face à l'Australie en ouverture, mais surtout énormément de déception devant la qualité de ses prestations. Mais comme à l'Euro, Grizou va prendre son envol en phase finale. Un but devant les Argentins en huitièmes, suivi d'un match tournant face à l'Uruguay où il est enfin à la hauteur. Le voilà lancé.

15 juillet : Quand il monte sur le toit du monde

C'est encore sur penalty qu'il redonne l'avantage aux siens face à la Croatie pour le 2-1. Au terme d'un match et d'une finale où il devient champion du monde avec les Bleus. 4-2 au final et un titre de meilleur joueur de cette rencontre. Il est d'ailleurs élu troisième meilleur joueur de la Coupe du monde derrière Modric et Hazard.

15 août : Quand il gonfle encore un peu plus son palmarès

Et un, et deux et trois trophées en trois mois ! Titulaire, mais en phase de reprise après son titre de champion du monde, face au Real Madrid pour la Supercoupe d'Europe opposant les vainqueurs de la C1 et de la C3, Griezmann ne brille guère. Remplacé avant l'heure de jeu par Correa, il voit ses coéquipiers remporter le titre au bout de la prolongation (4-2 a.p.). Son troisième titre de l'année !
Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max
logan.ehnis 8 oct. à 17:18

Un article sur Ronaldo pour les 14 nomination, mais pas pour Messi ? Tout est fait pour qu’il ai son sixième, on n’est pas dupe.