(L'Equipe)
L'Afrique, c'est foot

Chippa Masinga, Il était une fois

Il y a quelques jours s'éteignait en Afrique du Sud Philemon Masinga, "Bafana Bafana" de la première heure et champion continental 1996. Il n'avait que 49 ans. Retour sur le destin de celui qui fit partie d'une génération dorée...

C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris la disparition, le 13 janvier, de l'ancien international sud-africain Philemon "Chippa" Masinga, des suites d'un cancer. D'abord, parce que cet attaquant longiligne (1m93), qui avait adopté le numéro 6 en sélection, était encore jeune : 49 ans à peine. Ensuite, parce que j'ai eu souvent l'occasion de croiser Chippa tout au long de sa carrière internationale. Basé quelques mois en Afrique du Sud après la réadmission du pays au sein de la FIFA et de la CAF, fin 1992, j'étais présent dans le vieux FNB stadium pour le premier match éliminatoire de Coupe du monde (1994) jamais disputé sur le sol sud-africain.

Les Bafana Bafana, qui n'avaient encore remporté aucun match de compétition, s'étaient imposés (1-0) ce 24 octobre 1992 aux dépens du Congo Brazzaville grâce à une réalisation de Masinga. Sa troisième sous le maillot national, face à Brice Samba, le père du gardien de but de Caen. J'eus évidemment l'opportunité de le voir évoluer à cette même époque sous le maillot des prestigieux Mamelodi Sundowns, qu'il avait rejoints en provenance du Jomo Cosmos. Rapidement, Chippa prit la direction de l'Angleterre où il passa deux saisons, mitigées, à Leeds United.
16 août 1997, le but le plus important de sa carrière qui envoie l'Afrique du Sud à la Coupe du monde
Il n'eut pas là-bas le rayonnement de son ami Lucas Radebe, qui y est une légende. Mais ce fut le début d'une carrière européenne qui le conduisit ensuite à Saint-Gall (SUI), à la Salernitana (ITA) puis à Bari (ITA) et avant de conclure en 2002 sa carrière à Al-Wahda, aux Emirats. Sa légende coïncide avec l'épopée des Bafana Bafana en phase finale de la CAN 1996, une édition remportée chez eux par des Sud-africains que rien ne paraissait en mesure d'empêcher le sacre. Le 16 août 1997, Chippa inscrivit certainement le but le plus important de sa carrière. Celui pour lequel son nom résonnera encore longtemps dans la mémoire du public.

58 sélections au compteur

Devant 90 000 spectateurs au FNB stadium, il donna la victoire à son pays (1-0) contre le Congo de Brice Samba, encore lui (!). Ce but, synonyme de qualification historique pour la Coupe du monde en France, ne changea pas radicalement sa carrière. Il disputa son 58e et dernier match international en aout 2001 en Suède (0-3). L'Afsud avait trouvé son nouveau Monsieur buts, Beni McCarthy, le temps était venu de céder sa place, à 32 ans. Par un curieux rebond du destin, Sizwe Motaung, le latéral des champions d'Afrique 1996, devait décéder le 16 août 2001, à 31 ans. En 2015, c'était au tour de John "Shoes" Moshoeu, le meneur de jeu de la génération dorée des Bafana Bafana, de disparaître, des suites d'un cancer de l'estomac. Chippa Masinga rejoint donc au paradis des footballeurs celui qui fut l'un de ses principaux pourvoyeurs en sélection.

Avec sa disparition, c'est une nouvelle page de l'histoire du football sud-africain qui se tourne. Nul doute que la sélection actuelle aura à coeur, en mars prochain, de valider sa qualification pour la CAN 2019 en Egypte, un tournoi qu'appréciait particulièrement Masinga, qui en disputa deux finales (1996, 1998). Pour rendre sur place un hommage mérité au 6 le plus célèbre du foot suf-africain.
Frank Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max