augustin (jean kevin) ballo toure (fode) nkunku (christopher) rabiot (adrien) ben arfa (hatem) trapp (kevin) (S.Mantey/L'Equipe)
Anniversaire

Christopher Nkunku a 20 ans : où en étaient d'autres espoirs du PSG à son âge ?

Christopher Nkunku, milieu de terrain du PSG, fête ce mardi ses 20 ans. Intégré depuis deux ans à l'équipe première, il a depuis disputé 25 rencontres toutes compétitions confondues. Comme lui, Anelka, Rabiot, Sakho et Areola symbolisent ces joueurs formés par le PSG. Où en étaient leurs jeunes carrières au même âge ?

Anelka, déjà meilleur buteur d'Arsenal

Le talent sans doute le plus précoce et qui a éclaté rapidement sur la scène internationale. Pas encore 17 ans, et Nicolas Anelka découvrait déjà le Championnat de France, lors d'une défaite (1-0) à Monaco, sous les ordres de Luis Fernandez. Mais la saison suivante, la pépite parisienne est peu utilisée par le nouveau coach, le brésilien Ricardo, pour seulement huit apparitions. Sollicité par plusieurs écuries européennes, Anelka signait son premier contrat professionnel à Arsenal durant l'hiver 1997. Il entrait trois fois en cours de match, pour 52 minutes de temps de jeu cumulé. En août, le joueur de 18 ans entamait sa première saison complète, d'abord remplaçant puis titulaire en lieu et place de Ian Wright, qu'il concluait par 26 participations en Premier League pour six buts. La saison 1997-1998 était celle de la confirmation pour le prodige. 17 buts inscrits en Championnat, deuxième meilleur buteur, et une première réalisation en Ligue des champions pour cinq matches joués. Un mois avant ses 20 ans, il s'était déjà fait une place en sélection et inscrivait un doublé historique à Wembley pour la première victoire des Bleus en Angleterre.

Rabiot, le remplaçant numéro un

En même temps que Zlatan Ibrahimovic et Thiago Silva, Adrien Rabiot, 17 ans, faisait déjà partie du groupe parisien en début de saison. Une recrue passée inaperçue ? Pas tant que ça, Rabiot était titulaire lors de la troisième journée et entrait cinq fois en jeu sur la première partie de la saison. Concurrence oblige, le plus bobo des Titis parisiens, partait trouver du temps de jeu à Toulouse : douze titularisations et un but marqué. De retour à Paris, le milieu de 18 ans enchaînait les bouts de matches et profitait de la moindre absence ou turnover pour être titulaire dans l'entrejeu. Malgré des performances intéressantes, cette situation de remplaçant numéro un va perdurer pendant trois saisons. Son mètre quatre-vingt-huit ne lui permettait pas de déboulonner le solide trio Verratti-Motta-Matuidi. Néanmoins, il avait déjà une dizaine de matches de Ligue des champions dans les jambes et un quart de finale perdu contre le FC Barcelone lors de la saison 2014-2015.

Sakho, titulaire et cadre de l'équipe

Il s'agit d'une autre époque, celle avant les Qataris, où à priori un jeune joueur provenant du centre de formation avait davantage de chances de s'imposer. Surtout en 2007 quand Paris était en grandes difficultés sportives, avec une 14e place en Ligue 1 et que Paul Le Guen décidait dès la 11e journée à Valenciennes de lancer des jeunes issus du Camp des Loges. Parmi eux, le colosse défenseur de 17 ans, désigné capitaine pour sa première en Ligue 1. Un Championnat qu'il ne quittait plus jusqu'à la fin de la saison, malgré deux mois d'absence à cause d'une blessure aux adducteurs. Titulaire indiscutable en charnière centrale lors de la saison 2008-2009, il s'imposait comme un cadre de l'équipe qui retrouvait le haut du tableau (sixième). Il poursuivait sur sa lancée les deux saisons suivantes et marquait même quatre buts lors de l'exercice 2010-2011. Des performances qui lui ont valu, à tout juste 21 ans, de franchir la barre des 100 matches dans l'élite et de connaître ses premières sélections en équipe de France.

Areola, empêtré en équipe réserve

Né dans la Ville Lumière, Alphonse Areola n'a pas réussi à s'imposer avant 20 ans dans son club de cœur. Pourtant à 16 ans, Alphonse Areola était surclassé et figurait en équipe réserve du PSG avec onze matches disputés en CFA. Dès la saison suivante, il intégrait le groupe professionnel comme troisième gardien derrière Grégory Coupet et Apoula Edel. Mais à ce poste, la rotation était faible et ne s'effectuait en général qu'entre les deux premiers sur la liste. La situation s'éternisait durant quatre années pour Areola, qui brillait néanmoins en sélection. Il était titulaire dans les différentes catégories de jeunes de l'équipe de France des moins de 16 ans jusqu'aux Espoirs. Bloqué par Sirigu et Douchez, l'année de ses 20 ans, il connaissait enfin ses premières minutes de jeu avec l'équipe première du PSG, lors de la 37e journée de Ligue 1, pour un succès 3-1 du PSG, déjà couronné champion de France. Prêté la saison suivante à Lens en Ligue 2, Areola allait enfin avoir du temps de jeu, pour mieux revenir dans la capitale quelques années plus tard.
Corentin Corger
Réagissez à cet article
500 caractères max