Football soccer â?? Olympique Lyon v Gent - Champions League Group Stage - Group H â?? Gerland stadium, Lyon, France - 24/11/15Olympique Lyon's Corentin Tolisso (C) in action against Gent's Laurent Depoitre (L)REUTERS/Robert Pratta (L'Equipe)
Ligue des Champions - Lyon

Cinq choses à savoir sur Corentin Tolisso

Depuis le début de la saison, on parle beaucoup de Corentin Tolisso. Moins pour ses performances sur le terrain que pour une attitude qui aurait contribué à fracturer le vestiaire lyonnais. Pourtant, son parcours avait été jusque-là un exemple de discrétion et d'humilité. La preuve par cinq.

Sur un terrain, il peut être très émotif

Le derby face à Saint-Etienne est souvent animé pour Corentin Tolisso. Un an avant d'être accusé par certains Verts d'avoir malaxé ses parties génitales devant eux, il avait ainsi fondu en larmes à sa sortie du terrain à Geoffroy-Guichard, le 30 novembre 2014, lors d'un lourd revers 3-0. Ce soir-là, le milieu de terrain de l'OL avait été responsable sur deux buts adverses avant d'être remplacé à un quart d'heure de la fin. Tolisso avait également éclaté en sanglors après avoir manqué un tir au but face à Bordeaux, en 16es de finale de Coupe Gambardella en 2012-2013 (2-2, 9 t.a.b. à 10). Trois ans plus tôt, ses larmes symbolisaient une grande joie, après une victoire face à Liverpool lors d'un tournoi U16 qui se déroulait en Grèce.

Ses débuts en L1 avaient échappé aux caméras

Le 10 août 2013, Rémi Garde offrait à "Coco" sa première apparition avec les professionnels, un soir de fête à Gerland (4-0 contre Nice). Un moment particulier qui a échappé aux téléspectateurs, puisqu'au moment de son entrée en jeu, à la 93e minute, les ralentis du coup franc marqué par Yoann Gourcuff tournaient en boucle. Quelques secondes plus tard, l'arbitre sifflait la fin du match, sans que Tolisso n'ait eu le temps de toucher le moindre ballon.

Un binational qui ne tergiverse pas

Tolisso préfère le Coq aux Éperviers. (L'Equipe)
Tolisso préfère le Coq aux Éperviers. (L'Equipe)
International français depuis les U19, Corentin Tolisso est aujourd'hui un pilier des Espoirs de Pierre Mankowski. Jusqu'à ce qu'il honore sa première sélection avec les A dans un match compétitif, il pourra toujours opter pour la sélection togolaise. Binational par son père, le polyvalent joueur lyonnais avait néanmoins balayé cette possibilité en avril 2015 dans L'Equipe : «Il n'y a aucun débat. Je ne renie pas le Togo, le pays d'origine de ma famille, mais je suis né ici, j'ai grandi ici.»

A 11 ans, il avait brillé... contre l'OL

Avant de rejoindre le centre de formation de l'OL en 2007, Tolisso avait déjà régulièrement croisé la route de son club de coeur. A 11 ans, il avait d'ailleurs particulièrement brillé face à Lyon, avec un triplé lors d'un match nul (4-4) historique pour son club d'alors, L'Arbresle. Un village qui a notamment vu naître Jean-Michel Aulas et Rémi Garde...

Il s'était aussi chauffé avec Fekir

Bien avant d'en venir aux mains avec Lindsay Rose au mois de septembre, Corentin Tolisso avait déjà eu l'occasion d'afficher son caractère parfois explosif lors d'une séance d'entraînement. Au cours de la saison 2013-2014, il n'avait pas apprécié que Nabil Fekir lui fasse sentir ses crampons d'un peu trop près, et lui avait fait comprendre lors du duel suivant. Rémi Garde avait alors renvoyé les deux hommes au vestiaire, et Tolisso s'était ensuite excusé pour son comportement aurpès du staff.

C.C.
Réagissez à cet article
500 caractères max