Soccer Football - Bundesliga - Schalke 04 vs Borussia Dortmund - Veltins-Arena, Gelsenkirchen, Germany - April 15, 2018   Schalke coach Domenico Tedesco     REUTERS/Leon Kuegeler    DFL RULES TO LIMIT THE ONLINE USAGE DURING MATCH TIME TO 15 PICTURES PER GAME. IMAGE SEQUENCES TO SIMULATE VIDEO IS NOT ALLOWED AT ANY TIME. FOR FURTHER QUERIES PLEASE CONTACT DFL DIRECTLY AT + 49 69 650050 (Reuters)
Allemagne - Coupe

Cinq choses à savoir sur Domenico Tedesco, le jeune entraîneur de Schalke 04

Propulsé entraîneur de Schalke 04 l'été dernier, Domenico Tedesco réalise une première saison très convaincante en Bundesliga. Une réussite surprise pour celui qui n'a jamais connu le haut niveau en tant que joueur mais qui a déjà démontré ses compétences tactiques.

Il n'a jamais été joueur professionnel

Domenico Tedesco (32 ans) n'a pas ce parcours classique du joueur professionnel – même en division inférieure – qui devient ensuite entraîneur. L'Allemand n'était pas du tout connu sur la planète football, lui qui n'a joué qu'à un niveau amateur. Le sport est sa passion et il a d'ailleurs été pigiste dans un journal sportif quand il était plus jeune. En outre, ce polyglotte a fait des études supérieures pour devenir ingénieur. Avant de se lancer dans une carrière d'entraîneur, il avait travaillé sur un projet de développement chez Mercedes. Des expériences riches qui ont tapé dans l'œil de Christian Heidel, le dirigeant de Schalke 04. «Depuis le début, j'ai souvent eu des entraîneurs qui avaient déjà eu une expérience professionnelle en dehors du football. Ça leur permet d'avoir un point de vue différent, une autre façon de traiter avec les gens. C'est extrêmement important», avait-il expliqué dans The Independent en mars. «La chose la plus importante pour un entraîneur, c'est l'intelligence», avait-il ajouté, vantant les mérites de Tedesco.

Major de promo devant Nagelsmann

Tedesco a fait ses gammes avec des équipes de jeunes. En 2013, il est propulsé entraîneur des U17 de Stuttgart après avoir été l'adjoint de Thomas Schneider. Trois ans plus tard, il débarque sur le banc des U19 d'Hoffenheim et passe en parallèle ses diplômes d'entraîneur jusqu'à la licence Pro UEFA, qui illustre bien ses ambitions. Il prouve encore son intelligence : il finit major de promo à l'Hennes-Weisweiler-Akademie, la prestigieuse école de formation des entraîneurs en Allemagne. Il devance Julian Nagelsmann (30 ans), le plus jeune entraîneur de la Bundesliga actuellement. Les deux hommes avaient même l'habitude de se rendre ensemble à l'académie, alors qu'ils exerçaient à Hoffenheim au même moment (Nagelsmann est promu entraîneur de l'équipe première en février 2016). Aujourd'hui, ils font partie de cette nouvelle génération prometteuse outre-Rhin.

Des débuts tonitruants en deuxième division

Le natif de Rossano, en Italie, fait ses débuts dans le monde professionnel le 8 mars 2017. Et il se lance dans une aventure risquée avec une mission sauvetage du club du FC Erzgebirge Aue. A son arrivée, l'équipe pointe à la dernière place de la deuxième division allemande (19 points). Il suffit de onze matches à Tedesco pour se faire un nom en Allemagne puisqu'il gagne son pari. Il sauve les Veilchen de la relégation en prenant vingt points (sur 33 possibles) et la formation d'Aue termine la saison à la quatorzième place. En juin 2017, Schalke 04 limoge Markus Weinzierl, qui avait échoué à qualifier le club pour une Coupe d'Europe pour la première fois depuis sept ans. Le club de la Ruhr fait le choix de l'inexpérimenté mais très prometteur Tedesco.

Il a fait un choix fort en écartant Höwedes

Tedesco fait ses débuts sur un banc de Bundesliga à l'âge de trente-et-un ans. Il s'impose rapidement comme un entraîneur qui n'hésite pas à faire des choix forts. Sa première «victime» s'appelle Benedikt Höwedes, l'icône du club et capitaine qui était arrivé à Schalke en 2001, avant de faire ses débuts en équipe première en 2007 (335 matches). Opéré à l'aine à la fin de la saison précédente, Tedesco ne peut pas lui garantir du temps de jeu et estime que le champion du monde 2014 doit gagner sa place. «Je n'ai rien fait d'autre qu'être honnête avec Benedikt», avait expliqué le Calabrais. L'international allemand est donc prêté à la Juventus où il n'a joué que deux matches cette saison, gêné par plusieurs blessures. Un bilan qui donnerait presque raison à Tedesco. «Chapeau à 31 ans d'avoir décidé de changer notre capitaine. C'était sa décision, pas la mienne», avait détaillé Heidel dans The Independent.

Le roi de l'innovation tactique

Dès son arrivée à Schalke 04, Tedesco impose également sa patte sur la tactique. Il met en place une défense à trois, au sein de laquelle il relance Naldo (35 ans), auteur de sept buts cette saison en Bundesliga. Pour le bien de ce système, il a fait le choix de faire reculer d'un cran Benjamin Stambouli. Le milieu de terrain permet à la défense de gagner en qualité dans ses relances, quitte à prendre des risques. Même chose pour le meneur de jeu Max Meyer, qui a été repositionné au poste de numéro six par son nouvel entraîneur. Tedesco est un vrai tacticien, capable de faire évoluer son schéma tout en conservant généralement la base avec une défense à trois. Il peut aussi être un excellent meneur d'hommes. Il avait montré ces deux facettes lors de la fabuleuse remontée dans le derby face à Dortmund (4-4) en novembre dernier. Son équipe était menée 4 à 0 après seulement vingt-cinq minutes de jeu, il avait alors effectué deux changements à la 33e minute et le dernier à la pause. Dans les vestiaires, son calme et ses conseils avaient été déterminants.
Clément Gavard
Réagissez à cet article
500 caractères max