maradona (diego) (DESCHAMPS/L'Equipe)
Ballon d'Or France Football

Combien de Ballon(s) d'Or France Football aurait pu remporter Diego Maradona ?

Récompensé d'un Ballon d'Or d'honneur en 1995 par France Football, El Pibe de Oro n'a jamais pu concourir pour la récompense suprême. Mais combien de fois aurait-il pu inscrire son nom au palmarès ?

Pelé, Garrincha, Mario Kempes, Romario, Diego Maradona... Tous ces noms prestigieux de l'histoire du ballon rond auraient pu, un jour, soulever un Ballon d'Or. Seulement voilà, lors de sa création en 1956, le Ballon d'Or France Football était réservé aux joueurs européens. Le BO se voulait être une récompense exhaustive. Mais l'exhaustivité d'alors était circonscrite au continent européen. Il faut dire que personne à l'époque n'était en mesure d'observer, encore moins de juger, les Championnats sud-américains et les joueurs y évoluant. L'Europe dominait le monde du football de sa stature économique et attirait déjà, dès le début des années 1950, les stars venues d'Argentine (Di Stefano au Real), d'Uruguay (Gigghia à la Roma, Schiaffino au Milan) ou du Brésil (Julinho à la Fiorentina). Et puis, Pelé n'existait pas encore... Sans Internet, ni la télévision, avec des moyens de transport encore rudimentaires pour sillonner le monde, pas facile de se faire une idée sur la valeur d'un ténor, y compris sur le Vieux Continent. La presse écrite avait ses relais, ses correspondants, ceux qui voyaient, et ceux-là étaient en Europe. Longtemps, le Ballon d'Or récompensa donc un représentant européen.

Lire :
-Le sommaire complet d'un numéro exceptionnel
-Maradona : «Je rêve de pouvoir marquer un autre but aux Anglais avec la main droite !»

Maradona face aux Rummenigge, Platini, Gullit ou Van Basten

Ce n'est qu'en 1995 que le trophée prit une dimension planétaire en consacrant (enfin) le meilleur joueur évoluant dans un club européen, quelle que soit sa nationalité puis, à partir de 2007, le meilleur joueur du monde. Dans un précédent hors-série, afin de fêter les 60 ans du Ballon d'Or, France Football avait porté une nouvelle lecture du palmarès si jamais le trophée avait été ouvert à tous les footballeurs, peu importe leur nationalité, dès le début. Avec douze éditions qui changeraient alors de lauréat. Dont sept qui seraient revenues au seul Pelé (1958, 1959, 1960, 1961, 1963, 1964, 1970). Et Diego Maradona dans tout ça ? La concurrence à l'époque (grosso modo les années 80) est beaucoup plus rude que vingt ans plus tôt, époque Pelé. Quand le Brésilien efface du palmarès des Law, Yachine, Masopust ou Sivori, Maradona doit se coltiner des Rummenigge, Platini, Gullit ou Van Basten, ce qui n'est pas tout à fait la même chose, d'autant que ceux-là jouèrent tous simultanément dans le même Championnat que lui, en Italie.
Naples l'a porté aux nues, mais c'est l'Argentine qui le fait accéder à l'éternité.
S'il n'a rien gagné avec le Barça (1982-1984), loin d'être celui du siècle présent, il a inspiré le Naples de la décennie, qui vécut la plus belle période de son histoire. Maradona lui a offert deux titres de champion en 1987 et 1990, à une époque où la Serie A (dont il fut meilleur buteur en 1988) était le meilleur Championnat du monde, et une Coupe de l'UEFA en 1989. Pour parvenir à ses fins, le Napoli avait notamment sorti Bordeaux en huitièmes de finales, la Juve en quarts et le Bayern en demies. C'est à cette période, soit dans la seconde partie des années 80, que Maradona atteint sa plénitude. C'est là qu'il accumule les titres. Qu'il flambe. Naples l'a porté aux nues, mais c'est l'Argentine qui le fait accéder à l'éternité. En 1986 d'abord, où il reste quasiment muet lors du premier tour de la Coupe du monde (un but en poules contre l'Italie) et jusqu'aux quarts de finale. Après, c'est le feu, la main de Dieu (contre l'Angleterre), ce but de l'espace au bout d'une course de soixante mètres où il a enrhumé la moitié de l'équipe de Bobby Robson, ses deux buts géniaux (le second surtout) contre la Belgique en demies, la passe décisive pour le but de la victoire de Burruchaga en finale face à la RFA. Premier Ballon d'Or France Football en 1986, à la place d'Igor Belanov.

1990 : Maradona vs Matthaüs

Le débat existe davantage pour le Mondial 1990. Cette année-là, le Pibe est gêné par une blessure à la cheville. Il ne marquera pas, pèsera moins sur le jeu et ratera même un tir au but en quarts contre la Yougoslavie. Mais quel joueur se dégage vraiment de ce pauvre Mondiale, dont Salvatore Schillaci est élu meilleur joueur et meilleur buteur ? Qui possède davantage d'aura, de charisme, de personnalité que ce Maradona qui mènera tout de même une sélection souffreteuse jusqu'au dernier acte pour l'une des finales de Coupe du monde les plus traumatisantes de l'histoire ? Matthäus Ballon d'Or France Football ? Certes, il est champion du monde, mais n'a marqué qu'une fois (sur penalty) à partir des huitièmes de finales et sa RFA n'a jamais été irrésistible. Maradona, lui, a brillé toute l'année, marqué plus de buts en Championnat (16 buts contre 11 à Matthäus) et a surtout conquis de haute lutte le titre de Serie A (en gagnant 17 matches sur 18 à domicile) face à un Milan tout juste sacré double champion d'Europe, quand l'Inter de l'Allemand a fini loin des cimes. Mais y a-t-il seulement débat ? Maradona Ballon d'Or pour la deuxième et dernière fois ! La légende argentine soulèvera bien un précieux BO cinq ans plus tard : invité à Paris en 1995, Diego Maradona reçoit un Ballon d'Or France Football d'honneur pour saluer son inoubliable carrière.
Le numéro collector 100% Diego Maradona est actuellement disponible dans les kiosques ou en édition numérique dès maintenant en cliquant ici.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Chris67 20 nov. à 17:39

Maradona 4 ballons d'or , 1979,1986,1987,1990.Pelé 7 ballons d'or, 1958,1960,1961,1963,1964,1967,1970.

conejo34 29 oct. à 20:40

12000 fois

alatox 29 oct. à 20:03

En 1986, c'est une évidence.En 1987, pourquoi ne prendrait-t-il pas le ballon d'or de Gullit ? Maradona !En 1988, il est généreusement donné à Van Basten pour son euro malgré une saison sans quasiment jouer. Gullit !En 1989, Pour sa performance en ligue des champions Van Basten !En 1990 très difficile de choisir pour moi entre Matthaus et Maradona. Allez va Maradona !Je lui en donnerais donc 3 mais je trouve plus difficile l'attribution en 1990 que vous qu'en 1987.

ADS :