hayek (salma)  pinault (francois henri) (P.Lahalle/L'Equipe)
Ligue 1

Comme le PSG, ils ont gagné un match de Ligue 1 en étant à 9 contre 11

Réduit à 10 avec l'expulsion d'Abdou Diallo, puis à 9 avec la blessure de Juan Bernat, le PSG est tout de même allé chercher la victoire dans les arrêts de jeu face à Metz. Pas une première en Ligue 1. FF a fouillé et a trouvé trois victoires similaires.

2005 / Troyes 1-2 Monaco

Deux jours après la démission de Didier Deschamps, l'AS Monaco, en difficulté dans ce début de Championnat, se rend à Troyes pour le compte de la 8e journée de Ligue 1. Face à un adversaire invaincu à domicile jusque-là, les coéquipiers de Patrice Evra démarrent mal la rencontre. Le Troyen Sébastien Grax ouvre le score face à son ancien club (1-0, 32e). Le cauchemar continue pour les joueurs du Rocher puisqu'Éric Cubilier est renvoyé aux vestiaires à la suite d'un tacle appuyé sur Ziad Jaziri (54e). Un carton rouge qui a le mérite de réveiller les Monégasques qui égaliseront trois minutes plus tard par l'intermédiaire d'Emmanuel Adebayor. Réduits à 9 après l'expulsion du milieu de terrain espagnol Gerard, les Asémistes trouveront les ressources nécessaires pour arracher la victoire sur un but de Gael Givet (77e) !

2008 / Grenoble 0-1 Bordeaux

Loin d'être emballant pendant toute la première période, ce Grenoble-Bordeaux de la 6e journée de cette Ligue 1 2008-09 va connaître un très gros tournant en l'espace de trois minutes. Pour, respectivement, un second carton jaune et une semelle, Alou Diarra et Géraldo Wendel sont renvoyés aux vestiaires aux 50e et 53e minutes. Idéal pour le GF38 de Mecha Bazdarevic. Seulement voilà, alors qu'ils sont en nette supériorité, Daniel Moreira, Maxence Flachez et les Grenoblois n'y arrivent pas. Jusqu'à se faire punir à dix minutes du terme par le Brésilien Jussie, entré à la 57e minute, sur une frappe dans la surface après un centre de Mathieu Chalmé. Un résultat qui symbolisait l'année faste des Girondins, champion à la fin de cette saison.

2012 / PSG 1-2 Rennes

Le cas est légèrement différent de celui du PSG en 2020, mais tout de même. Une rencontre restée dans les mémoires rennaises. «Ils ont été héroïques. À neuf contre onze, c'était David contre Goliath», dira même Salma Hayek, épouse de François-Henri Pinault, le propriétaire du club breton. Car Rennes est resté 40 minutes à 9 contre 11, au Parc des Princes, ce 17 novembre 2012, face au PSG des Ezequiel Lavezzi, Javier Pastore, Jérémy Ménez et Thiago Silva (mais sans Zlatan Ibrahimovic ce soir-là). L'ouverture du score de Romain Alessandrini, l'égalisation de Nene, l'expulsion de Benoît Costil dès la 25e minute, le second but de Julien Féret, puis l'expulsion de Jean-II Makoun à la 52e. Ajoutez à cela le superbe match de Cheikh Ndiaye, gardien numéro 3, propulsé sur la pelouse après la sortie de Costil, et deux montants touchés par Paris et vous obtenez un authentique exploit.
Réagissez à cet article
500 caractères max
anthony11 17 sept. à 12:19

Sauf que Paris a marqué à 9 contre 11 à la dernière minute. Jamais eu un tel scénario. Tuchel avait donc raison

voir toutes les réactions
ADS :