diacre (corinne) le sommer (eugenie) (E.Garnier/L'Equipe)
à lire dans FF

Comment l'équipe de France féminine a frôlé "son" Knysna

Après la Coupe du monde 2019, lors du premier rassemblement des Bleues post-compétition, l'atmosphère était plus que tendu. À deux doigts de la mutinerie...

Août 2019. Premier rassemblement des Bleues depuis la défaite en quarts du Mondial face aux États-Unis (1-2), le 28 juin, pour préparer un amical face à l'Espagne. À Clairefontaine, l'ambiance est tendue. Dix jours après l'élimination, la sélectionneuse Corinne Diacre n'a pas mâché ses mots à l'encontre de son attaquante Eugénie Le Sommer dans un entretien accordé à L'Équipe. «Même moi, je lui ai dit : “Pourquoi tu restes à gauche ? L'idée et notre projet de jeu, ce n'était pas ça.” Sauf que c'est ce qu'elle a fait.» Un tacle qui s'ajoute à une longue liste de malentendus entre la coach et une majorité de ses joueuses. Fatiguée par l'ambiance, une partie d'entre elles veut profiter de la venue du président Noël Le Graët pour exprimer son ras-le-bol vis-à-vis de Diacre. Mais l'ancienne entraîneure de Clermont l'apprend et intercepte le boss de la FFF pour lui faire part du projet, avant qu'il ne s'exprime devant le groupe.
Dans son discours, Noël Le Graët parle de la coach, lui renouvelle sa confiance et finit par décourager certaines de parler. Quelques jours plus tard, dans l'hôtel de Clermont qui accueille les Bleues, l'ambiance est toujours aussi pesante. Diacre fait le tour de ses joueuses pour savoir qui est à l'origine de la tentative de «putsch». Les interrogatoires en face-à-face ne se passent pas tous bien, certaines filles craquent et pleurent dans les couloirs. «Ç'a été une catastrophe», souffle une proche du vestiaire. Peu de temps après, l'adjoint Philippe Joly est écarté au profit d'Éric Blahic, ancien de l'En Avant Guingamp. Sa venue est perçue comme une façon de mieux remonter les infos. Gaëtane Thiney a exprimé sa déception, Wendie Renard également – «J'ai beaucoup souffert de son désaveu et de sa brutalité» –, d'autres préfèrent se taire. Certaines réfléchissent alors à ne plus venir en équipe de France. Mais aucune n'a franchi le pas...

Olivier Bossard

Le nouveau numéro de France Football sera disponible dès ce lundi, à partir de 18 heures, en version numérique en cliquant ici. Et retrouvez le en kiosques dès ce mardi.
Réagissez à cet article
500 caractères max
convoi exceptionnel 13 juil. à 19:54

Diacre ne doit ce poste qu'au fait d'être une femme.Ce serait un homme avec les mêmes compétences, elle serait entraîneur en CFA.Il n'y a qu'à voir ce qui se passe à Clermont depuis qu'un autre entraîneur a repris le même effectif.En plus d'être une technicienne moyenne, elle est extrêmement antipathique et bornée. Une catastrophe, comme la plupart des sélectionneurs de l'équipe de France féminines depuis 20 ans (et avant, je n'en ai pas trop souvenir).

RensenbrinkRIP 13 juil. à 19:47

Cette EDF féminine est un bijou et Diacre arrive à la bloquer par ses attitudes méprisantes. L'été dernier, jai vu quelque chose que je n'avais jamais vu en plus de 20 ans à suivre le football féminin aux USA: Les Etats-Unis ont reculé contre la France pour tenir le résultat. Les USA ont un grand respect pour la France et pense que le problème de ne pas gagner des titres est mental et pas physique ou technique. La dernière équipe a avoir battu les USA est précisément la France.

ADS :