08.02.2020, BayArena, Leverkusen, GER, 1. FBL, Bayer 04 Leverkusen vs Borussia Dortmund, 21. Runde, im Bild Emre Can ( Borussia Dortmund ) gestikuliert // during the German Bundesliga 21th round match between Bayer 04 Leverkusen and Borussia Dortmund at the BayArena in Leverkusen, Germany on 2020/02/08. EXPA Pictures © 2020, PhotoCredit: EXPA/ Eibner-Pressefoto/ Thomas Thienel-Pressefot  *****ATTENTION - OUT of GER***** (Thomas Thienel/Eibner/EXPA/PRE/PRESSE SPORTS)
Allemagne - Dormund

Comment le Borussia Dortmund va-t-il jouer sans Marco Reus ni Julian Brandt ?

Tous deux blessés à l'approche du huitième de finale de Ligue des champions face au PSG, Marco Reus et Julian Brandt vont manquer au Borussia Dortmund. Lucien Favre va donc devoir repenser son onze... et son identité de jeu ?

Le Borussia Dortmund a vraiment vécu un sale après-midi, samedi dernier sur la pelouse du Bayer Leverkusen. Une défaite épique (3-4), un équilibre défensif plus que jamais pointé du doigt et la blessure d'un de ses joueurs les plus importants depuis deux mois, Julian Brandt. Homme de base de Lucien Favre depuis le changement tactique opéré par le technicien suisse fin novembre, le milieu de terrain allemand, victime d'une déchirure ligamentaire à une cheville, ratera à coup sûr le huitième de finale aller de Ligue des champions face au Paris Saint-Germain, mardi prochain. Coup dur, d'autant qu'un autre élément moteur du jeu du BVB manquera aussi à l'appel : Marco Reus, touché à une cuisse trois jours plus tôt lors de l'élimination en Coupe d'Allemagne à Brême (2-3).
 
Il ne reste donc qu'un match à l'ancien coach de l'OGC Nice, face à l'Eintracht Francfort en Bundesliga, pour (re)trouver la bonne formule, et surtout une formule viable et efficace des deux côtés du terrain. L'hypothèse d'intégrer un joueur de profil comparable à Brandt dans un double pivot paraît aujourd'hui hautement improbable, Mario Götze et Mahmoud Dahoud affichant un bilan cumulé de 878 minutes jouées toutes compétitions confondues cette saison. En toute logique, Axel Witsel devrait donc être associé à Emre Can dans l'entrejeu. Ce dernier est arrivé en prêt de la Juventus pour combler une partie des trous béants dans le repli défensif d'une équipe régulièrement coupée en deux, et qui a encaissé 44 buts en 31 sorties officielles cette saison. Reste à savoir s'il pourra retrouver le rythme à vitesse grand V, et dans quel système son équipe évoluera.

À Barcelone, Favre avait verrouillé les couloirs

Lucien Favre lui-même l'a reconnu ces derniers jours en conférence de presse : un changement d'organisation tactique est bel et bien envisagé dès ce vendredi, pour la dernière répétition avant le rendez-vous européen face au PSG. Le 3-4-3, déjà délaissé à Leverkusen en faveur d'un 4-2-3-1, a-t-il atteint sa date d'expiration ? Il pourrait pourtant amener un peu de sécurité théorique avec un trio de défenseurs centraux (Akanji-Hummels-Zagadou) qui affiche régulièrement ses limites, mais qui serait ainsi protégé par le duo Can-Witsel. Devant, un trident Hazard-Haaland-Sancho pourrait être chargé de dynamiter la défense adverse, soutenu par deux latéraux (Hakimi et Guerreiro) qui bénéficieraient d'une liberté compliquée à gérer pour l'adversaire. Partant du principe que Dortmund a perdu en Reus et Brandt ses deux principaux relais dans l'axe et aura beaucoup moins le ballon contre Paris qu'il ne l'a en Championnat (58,2% en moyenne), l'idée aurait du sens si Favre décide de miser sur des contre-attaques rapides.

Il existe également une autre option, utilisée une seule fois cette saison, sur le terrain du FC Barcelone en Ligue des champions. Au coup d'envoi, le BVB s'était présenté dans un 4-4-2 intrigant, avec des couloirs "doublés" par Piszczek et Hakimi d'un côté, Guerreiro et Schulz de l'autre. Mais le bloc médian assez passif et l'incapacité de ce BVB a resserrer ses lignes n'avaient pas permis aux Jaune et Noir de résister bien longtemps face à l'intelligence de jeu et aux mouvements des individualités catalanes. Bilan : une défaite 3-1 sans vraiment avoir donné l'impression de combattre. Mais ce soir-là, Sancho était remplaçant et Haaland portait un autre maillot. Leur association pourrait donner un peu plus de poids à un schéma qui ferait la part belle aux transitions. Face à des Parisiens pas vraiment à l'aise pour défendre ce genre de situations face à des joueurs rapides et percutants, Lucien Favre tiendrait peut-être une piste.

C.C.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :