(A.Reau/L'Equipe)
Ligue 1 - 32e journée

Comment le PSG a perdu le Nord à Lille

Une défense aux abois, de multiples faits de jeu défavorables, une nervosité palpable, Paris n'a tenu le choc chez son dauphin lillois. Retour sur une déroute collective (1-5).

Dimanche dernier face à Strasbourg, la France a découvert un Tuchel effervescent dans sa zone technique, comme les Allemands nous l'avaient décrit en début de la saison. Au Stade Pierre-Mauroy, la nervosité ambiante s'est emparée de l'ensemble de son équipe à l'heure de conclure leur deuxième balle de sacre face à leur dauphin lillois. Le carton rouge de Bernat, les contestations de Verratti, la semelle de Mbappé sur Mendes... Autant de signes qui contrastent avec les (pourtant confortables) vingt points d'avance sur leur adversaire du soir, et la fête à prévoir. À cette agitation incompréhensible se sont, en plus, ajoutés des faits de jeu défavorables aux Parisiens. En premier lieu, des blessés qui ont du rapidement gagné l'infirmerie en première période. D'abord Silva, touché au genou droit (13e), puis Meunier, blessé aux ischios-jambiers (22e). Alors qu'il faisait déjà face à une ribambelle de joueurs absents de la feuille de match (Marquinhos, Cavani, Neymar, Di Maria...), Tuchel a été contraint de réaliser des changements très tôt dans le match. Des munitions en moins pour son équipe face au tempo imposé par des Lillois très juste techniquement.

Lire :
-Le résumé de la déroute parisienne
-Les notes de Lille-PSG
-Mbappé : «On a joué comme des débutants»
-Le coup de gueule de Tuchel

Une défense d'une extrême passivité

D'autant plus que le sort s'est acharné, décidément. Sur un long ballon dans le dos de la défense parisienne, Bernat a renversé Pépé (37e). Dernier défenseur, l'Espagnol a reçu un carton rouge et a laissé ses coéquipiers à dix pour un peu moins d'une heure. La défense à cinq initiale s'est muée en défense à quatre composée d'Alves, Kehrer, Kimpembe et Dagba. À ce moment de la partie, le score est de 1-1. Sur une contre-attaque lilloise, la "BIP-BIP" accélère et Ikoné lance Pépé entre Kehrer et Kimpembe, lourdeaux sur les premiers appuis. L'ancien Angevin ne s'est pas fait prier pour ajuster Aréola (2-1, 51e). Quatorze minutes plus tard, les Parisiens se sont encore faits prendre par le jeu en triangle du LOSC. Cette fois, c'est Kehrer a été trompé par la passe lumineuse d'Ikoné pour Bamba qui a trompé un Aréola pas exempt de tout reproche (3-1, 65e). Le manque d'investissement défensif a été flagrant. Et sur deux coups de pied arrêtés (un coup franc et un corner) côté gauche, Gabriel (4-1, 71e) et Fonte (5-1, 84e) ont pris le dessus sur des joueurs de la capitale sans envie, ni réaction. Doublement fautif, Kimpembe a montré de grandes difficultés.

Les fulgurances de Mbappé pas suffisantes

La soirée a pourtant bien commencé pour les Parisiens. Lors des deux premières minutes, les Dogues n'ont pas encore touché le ballon et Mbappé a repris victorieusement un centre-tir de Meunier. Une ouverture du score refusée pour un hors-jeu évident (2e). Tout comme à la 13e minute, lorsqu'il est parti dans une course d'une intensité folle de cinquante mètres pour fusiller Maignan à bout portant. Une réalisation une nouvelle fois refusée pour hors-jeu. Avant ça, ses passements de jambes fulgurants et sa merveille de passe en cloche pour Bernat ont permis l'égalisation parisienne (1-1, 11e). Puis il s'est essayé de loin (34e) avant de lever le pied et de sombrer avec son équipe, ne touchant plus de ballon et réduisant son activité sur le terrain. Il lui faudra encore attendre avant de soulever un troisième Hexagoal consécutif.
Réagissez à cet article
500 caractères max
rousseau92320 15 avr. à 9:09

Une équipe qui joue dans défense depuis le début de la saisonÇa marche peut être en Allemagne mais pas ici

tvhoang 15 avr. à 1:48

Pour le bien de Mbappe, il est preferable qu'il joigne Real Madrid. Zidane accentue sur l'attaque et ca va favoeiser Mbappe. Avec Tuchel, qui prefere un jeu defensif. C'est un homme peureux. Apre?s la victoire a? MC, Mbappe? a dit qu'il ne fautpas etre peureux. Mais a? Parc des Princes, Tuchel a fail jouer un jeu de caracte?re trop defensif, voire peureux et on a connu la consequences. Un Tuchel technique jusqu'a peureux ne menera PSG nullepart.

ADS :