Messi (L'Equipe)
Éco

Comment les Ballons d'Or France Football impactent l'économie de leurs clubs

Si Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, les recordmen du Ballon d'Or France Football, et les candidats à leur succession ont un impact très puissant sur l'image de leur club, ils peuvent aussi augmenter ses pertes financières. Explications.

Le Ballon d'Or France Football est un formidable booster et la plus grande des récompenses individuelles a bien entendu un impact sur le club auquel appartient le lauréat. Le premier à avoir pris conscience du phénomène est le Real Madrid, lorsque Florentino Perez s'est attaché à bâtir une équipe de Galactiques au tournant du millénaire. L'avènement des joueurs stars associé à celui des réseaux sociaux devenus un des acteurs incontournables du développement économique des clubs a peu à peu modifié l'équilibre, au point qu'aujourd'hui la marque «top joueur» a un impact plus grand que la marque club auprès des followers des différents réseaux sociaux.
Quand CR7 a quitté Madrid, le Real a perdu un million de followers !
En octobre dernier, Cristiano Ronaldo cumulait 393 millions de followers (Facebook, Twitter, Instagram, YouTube), contre 229,4 pour le Real (source Iquii). Et le phénomène se répète pour chaque star du ballon. Pour ne citer que les trois phénomènes les plus suivis, Neymar totalise 233,7 millions de "fans", contre 73,3 pour le PSG, quand Messi en affiche 226 (sans Twitter) contre 222,6 pour le Barça. Compter dans ses rangs un de ces monstres rejaillit sur l'économie du club, génère des revenus supplémentaires, mais le cercle n'a pas que des vertus. Il a aussi ses effets pervers car il rend dépendants les clubs de ses «Ballons d'Or» si populaires. Ainsi, quand CR7 a quitté Madrid pour la Juventus, fait exceptionnel, le Real a perdu un million de followers.

Mais la Juve, de son côté, n'a pas gagné non plus sur tous les tableaux. Car si les stars permettent aux clubs d'augmenter significativement leur chiffre d'affaires, elles impactent ausi les bénéfices, voire les pertes, à cause d'une masse salariale en constante augmentation. La Vieille Dame, c'était 195 M€ de chiffre d'affaires en 2012, contre 495 M€ aujourd'hui, et pourtant le club continue de perdre de l'argent (40 M€ pour l'exercice précédent). Un Ballon d'Or, ça vous booste en terme de notoriété, mais si on ajoute les indemnités de transferts, ça vous plombe aussi en terme de coût. Et en attendant la fin de règne du duo Messi-Ronaldo, les rumeurs n'ont pas fini de courir autour de Neymar ou Kylian Mbappé, deux potentiels candidats au trophée suprême pour les prochaines éditions.

Vincent Chaudel
Fondateur de l'Observatoire du foot business

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
oskare68 5 déc. à 19:58

Ils ne vont quand même pas nous faire pleurer...j'espère que ces clubs là courrent a la faillite,ce serait bien fait pour leur pomme.Comment se fait-ils que certains clubs ont des dizaines/centaines de millions de dette ??.Pourtant ils comptent acheter ttes les grandes "stars".Ou est le fair-play financier ?

voir toutes les réactions
ADS :