(PAPON/L'Equipe)
Ligue des Champions - 8es

Comment un bar parisien prépare le match de Ligue des champions Real-PSG

Plusieurs commerces parisiens se préparent pour la double confrontation PSG-Real. Parmi eux, le bar-café Aux Trois Obus, proche du Parc des Princes. Xavier, le gérant, explique à FF.fr comment il s'est préparé pour ces deux soirées qui s'annoncent mémorables.

Dans le café parisien Aux Trois Obus, ce n'est pas encore l'effervescence, à quelques heures du match crucial de Ligue des champions du PSG. Mais ce mercredi, l'ambiance devrait être tout autre pour le match des Parisiens à Madrid, face au Real. Xavier, ce patron qui préfère Meunier à Dani Alves, et qui s'est mis à proposer des cartes en anglais depuis l'arrivée de Neymar dans la capitale, se dit prêt et serein. «J'ai eu une cinquantaine de réservations, avec une dizaine qui concernent des tables de cinq ou six personnes à chaque fois. D'habitude je fais dix couverts. Demain j'en ferai au moins 80. Ce n'est que du bonheur... si ça se passe bien pour Paris. On ne se le cache pas : le facteur X sera le score. Il influera beaucoup sur la consommation des clients, pour nous faire, je l'espère, basculer sur une soirée énorme

Tout le staff mobilisé

Xavier en a vu, des soirs de matches qui drainent du monde dans cet établissement. Il a repris ce bar qu'il connait parfaitement en septembre 2017, et a tout de suite apporté sa touche personnelle : un écran de 2 mètres et presque 2 mètres de diagonale. «Histoire de s'en prendre un peu plein la gueule, plaisante-t-il. J'ai aussi multiplié les écrans TV de manière à ce que les gens puissent regarder la télé sans se casser la tête. On peut se poser dans n'importe quel sens, on aura une télé ! Au niveau de l'effectif, on aura forcément plus de monde. Il y aura le petit frère, le frangin d'un pote, etc. On est 21 dans le staff, et d'habitude, seules neuf personnes sont ici pour travailler. Mais le seul jour de la semaine où tout le monde bosse, c'est le jour de match

En même temps, Xavier avait prévenu son équipe : «Pas de repos les jours de match. Ils le savent bien. Moi, personnellement, j'ai abandonné l'idée de regarder la rencontre en direct. Je me ferai un replay à 2h du matin.» Ce mercredi devrait être un soir animé, sans être extraordinaire. C'est plutôt le match - retour - au Parc des Princes qui devrait faire recette. «Au retour, ce sera autre chose, confirme-t-il. Le stade fait 45 000, 46 000 places ! Ils sortent à peu près tous du métro - Porte de Saint-Cloud -, et passent devant le café, avant et après le match. On se prend une grosse charge, une vague, et on est rempli à ras bord. Et là en plus, ce sera le Real

Lire aussi : Real-PSG, l'intégrale de FF.fr

«Je veux des Allemands ou des Anglais en quarts»

Alors que la Saint-Valentin aurait pu apporter son lot de réservations, cette affiche de foot empêche à l'établissement d'accueillir une clientèle certaine, attirant la petite colère du gérant : «Ces cons nous ont programmé le match le jour de la Saint-Valentin. Du coup, c'est clair et net, je n'aurai pas de couples qui viendront voir le match !» Motif de satisfaction néanmoins, ces deux confrontations lui permettront de réaliser deux des plus grosses soirées de l'année en termes de chiffres d'affaires.

Mais lorsqu'on lui demande si c'est bien le cas, il répond avec humour : «Non, ce seront le quart de finale, la demi-finale et la finale (rires). Ce n'est que le début. Je suis sûr qu'ils vont passer.» Et Xavier affiche déjà sa préférence sur l'adversaire potentiel, en quart de finale : «Je veux des Anglais ou des Allemands. En termes de commerce, c'est le bonheur. Niveau consommation et ambiance, c'était parfait par le passé. Ça tapait de la pinte, mais il n'y avait pas une embrouille, pas un souci.» En attendant Anglais et Allemands, donc, un obstacle de taille se dresse sur le chemin du PSG. De quoi, pourquoi pas, raviver le meilleur souvenir du gérant des Trois Obus. Un certain PSG-Real, en 1993 (4-1)...
Hugo Girardot
Réagissez à cet article
500 caractères max