Soccer Football - Champions League - Group A - Club Brugge v Paris St Germain - Jan Breydel Stadium, Bruges, Belgium - October 22, 2019  Paris St Germain's Mauro Icardi celebrates scoring their third goal   REUTERS/Francois Lenoir (Reuters)
Ligue des Champions - Groupe A

Contre Bruges, un match pour définir le rôle de Mauro Icardi au PSG

Auteur d'un doublé en Belgique (victoire 5-0) en pointe de l'armada parisienne, Mauro Icardi a réalisé un match qui définit le joueur qu'il est.

Il y a eu le grand match, encore, d'Angel Di Maria, auteur de trois passes décisives... et demie (sur le premier but de Mbappé). L'entrée – tonitruante ? Impériale ? Extraordinaire ? On cherche encore les mots – de Kylian Mbappé, auteur d'un triplé, d'une passe décisive et d'encore plus d'inspirations sublimes. Derrière ces performances offensives retentissantes, on oublierait presque le match de Mauro Icardi. Pourtant, la dernière recrue de l'été parisien a inscrit un doublé en seulement 64 minutes de présence sur la pelouse, dans son style caractéristique. Un nouveau match pour apprendre à connaître le joueur et son rôle au PSG.

Lire :
-Le PSG humilie Bruges
-Mbappé : «Je voulais montrer que c'est difficile de se passer de moi»
-Les notes de Bruges-PSG

Sans le ballon : un travail défensif erratique

Mauro Icardi suivait le joueur en position de numéro 6. Tantôt Mechele, quand celui-ci cherchait à progresser dans le système hybride brugeois, entre défense à trois et à quatre. Tantôt Mats Rits, la sentinelle traditionnelle des hommes en noir et bleu. Quoi qu'il en soit, Icardi avait visiblement pour consigne de suivre l'homme jusqu'au niveau de la ligne médiane pour gêner la relance belge. Cependant, Icardi a abandonné cette initiative après un peu moins d'une trentaine de minutes, s'intercalant de manière bien plus traditionnelle entre les défenseurs. Conséquence plus ou moins directe, le PSG, en laissant du temps à la première relance belge, a souffert lorsque cette dernière trouvait les milieux intercalés ou les pistons latéraux en appui. Volontaire dans l'esprit mais discutable dans l'application, le bilan reste moins mitigé que mystérieux, car la part de consignes de l'entraîneur et de choix personnels du joueur dans son activité reste à connaître.
Alors que Choupo-Moting et Di Maria évoluent entre les défenseurs centraux et leurs latéraux, Icardi, au centre, suit la sentinelle comme son ombre. Un travail qu'il arrête lorsque l'adversaire passe la ligne médiane.
Alors que Choupo-Moting et Di Maria évoluent entre les défenseurs centraux et leurs latéraux, Icardi, au centre, suit la sentinelle comme son ombre. Un travail qu'il arrête lorsque l'adversaire passe la ligne médiane.

Avec le ballon : à la recherche du but

Vingt-deux ballons touchés, dont quatorze passes. Six de moins que Mbappé qui a joué vingt minutes de moins au total. Il serait presque possible de faire une analyse de chaque ballon touché par l'Argentin – notamment ceux en phase offensive : sur ses quatre ballons touchés dans ou autour de la surface, Icardi a tiré trois fois et donné une passe-clé (dernière passe avant une frappe). Point de fixation pour ses partenaires lorsqu'il est dos au jeu, l'ancien de l'Inter se transforme en machine à tenter sa chance dès lors qu'il peut s'orienter vers la cage. En Ligue des champions, cette saison, Icardi c'est cinq tirs, cinq cadrés, trois buts. Dans le bolide parisien, si Icardi ne sera jamais le moteur (un rôle plutôt dévolu à Verratti ou Neymar, voire à Mbappé parfois), il peut en être le volant ; celui qui entraîne les mouvements collectifs dans son sens. Contre Nice et Bruges, il n'a côtoyé Kylian Mbappé que vingt-trois minutes. Mais l'association entre le finisseur et le feu follet a déjà frappé (deux buts d'Icardi sur deux passes du Français), et paraît plus que prometteuse pour l'avenir.
Erwann Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :