tolisso (corentin) (A. Martin/L'Equipe)
À lire dans FF

Corentin Tolisso en entretien avec France Football : «J'ai adhéré à la mentalité allemande»

Depuis l'été dernier, l'ancien milieu de Lyon s'est plongé avec beaucoup d'envie et de détermination dans sa nouvelle aventure, au Bayern Munich. Même si tout n'est pas simple et s'il doit affronter une concurrence redoutable, il entend s'inscrire dans la durée en Bavière. Extraits de son interview dans France Football.

Sur son rapport au Bayern...

 «J'ai toujours suivi ce club. J'éprouvais notamment une grande admiration pour Michael Ballack (NDLR : il a joué au Bayern de 2002 à 2006), un joueur complet qui aimait aller d'une surface à l'autre, doté d'une belle frappe des deux pieds. Il m'a beaucoup inspiré (...) Les gens sont proches les uns des autres. Ça se traduit sur le terrain, où il existe une vraie solidarité et où on ne lâche rien. Le Bayern est un immense club qui ne laisse rien au hasard. Par exemple, la manière dont chaque match est minutieusement préparé dans le vestiaire. On sait tous ce qu'on doit faire. C'est extrêmement rigoureux. Jamais je n'ai vu un coéquipier débarquer en retard à l'entraînement. Tout est carré.»

Sur la culture allemande...

«Là où j'ai du mal, ce sont les repas et notamment le petit déjeuner. Ici, c'est plutôt salé avec de la charcuterie (notamment les saucisses blanches), du fromage, etc. À ce niveau-là, je suis français, car je commence ma journée avec des céréales, du chocolat chaud et des tartines. Certains coéquipiers étaient un peu choqués quand ils m'ont vu à l'œuvre la première fois (...) Les Allemands savent toujours ce qu'ils doivent faire et ne pas faire, comme être à l'heure au travail et se donner chaque jour à fond. Et moi, j'adore être toujours à 100 %. J'ai tout de suite adhéré à cette mentalité.»

Sur la concurrence au Bayern...

«En signant au Bayern, je savais que la concurrence serait redoutable, que je ne jouerais pas chaque match en intégralité. L'entraîneur (Carlo Ancelotti) et l'entraîneur adjoint (Willy Sagnol) qui m'ont fait venir ne sont plus là, mais je bénéficie de la confiance du nouveau coach (Jupp Heynckes), je dispute de nombreuses rencontres. C'est vrai que je me retrouve plus souvent sur le banc qu'à Lyon, mais j'apprends énormément tous les jours. Lorsque j'ai ma chance, je pense la saisir en livrant des bonnes prestations. J'ai le sentiment de justifier sa confiance. Avec sept buts et cinq passes décisives toutes compétitions confondues, je peux être fier de mon rendement.»

Sur Jupp Heynckes...

«Avec Heynckes, je devais faire mes preuves et montrer que je méritais de jouer. Mais ça se passe très bien avec lui (...) Je n'avais encore jamais travaillé avec lui, mais je sais qu'il a emmené le Bayern au triplé Coupe-Championnat-Ligue des champions (en 2013). Le coach est quelqu'un de droit, qui fait ses choix et les assume.Il possède une expérience du haut niveau comme peu d'entraîneurs. Il fait en sorte d'impliquer tout le monde. Et depuis qu'il est arrivé, son bilan est quasi parfait. C'est un grand technicien.»
Alexis Menuge
Retrouvez l'intégralité de l'entretien avec Corentin Tolisso dans le France Football de cette semaine, en kiosques ou en version numérique.

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max