Coupe du Monde 2019 (Femmes)

Corinne Diacre après le tirage : «On veut finir premières»

Malgré le risque de retrouver les États-Unis en quarts en cas de première place du groupe, la sélectionneure des Bleues refuse tout calcul.

Après le tirage au sort, la sélectionneure de l'équipe de France a livré ses impressions. Avec détermination et sérénité.
« Comment jugez-vous vos trois adversaires du premier tour ? 
Les Nigérianes sont championnes d'Afrique, même si on les a battues très nettement dernièrement (8-0, le 6 avril). Leur défaite chez nous a été très salvatrice pour elles. La Norvège a fini première de son groupe de qualifications devant les Pays-Bas, champions d'Europe. La Corée du Sud, on connaît un peu moins mais elle reste sur des résultats probants avec des matches nuls contre le Japon et la Nouvelle-Zélande récemment. Il n'y aura rien de facile.
Est-ce un désavantage de jouer contre la Corée du Sud, une équipe que vous connaissez moins, en match d'ouverture ? 
Non, on a six mois pour les connaître. À nous de bien travailler, là-dessus il n'y aura pas de difficulté. On va tout mettre en place pour bien les analyser. Il nous reste encore quelques matches de préparation, on va pouvoir ajuster. On attendait le tirage au sort. On a plus de visibilité. Ce n'était pas fait au hasard de jouer des équipes très différentes jusqu'ici. C'était pour emmagasiner un maximum d'expérience contre des cultures footballistiques complètement diverses. On ne s'est pas trop trompées. Il nous manque un continent, c'est le football asiatique, on va rattraper le tir sur les matches de préparation qu'il nous reste en 2019.
« Je sais pourquoi je suis là, j'ai des objectifs »
La perspective d'affronter les Américaines, championnes du monde, en quarts de finale, en cas de première place du groupe, peut-elle entraîner des calculs ? 
Non. Nous, très sincèrement, on veut finir premières du groupe, c'est l'objectif, il faut qu'on gagne les matches, se mettre en confiance. Rien ne sera facile. Faire des calculs, à mon avis, c'est la pire des choses. Je vais m'occuper de mon groupe, de mon équipe, le reste on verra au moment où ça arrivera. Faire des suppositions, c'est toujours très compliqué. On perd du temps, de l'énergie. Il faut y aller étape par étape.
Maintenant que le tirage est passé, la pression augmente-t-elle ou baisse-t-elle ? 
Je n'ai pas de pression, ça reste du football. Mais je sais pourquoi je suis là, j'ai des objectifs. Se mettre la pression, ce serait la pire des choses. Il reste du temps, on va travailler. Très sincèrement, je suis sereine. Ces derniers jours c'était un petit peu difficile parce que forcément il y avait de l'impatience. Maintenant qu'on connaît nos trois adversaires, on va pouvoir travailler. Mais on va pouvoir partir en vacances très tranquillement à la fin du mois et demain sera un autre jour. »

Les Bleues fixées

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :