Diego Maradona avait mené l'Argentine à la victoire lors du Mondial 1986 au Mexique. (J.-C.Pichon/L'Équipe)
Argentine

Coronavirus : un maillot de Maradona pour aider des pauvres de Buenos Aires

La vente de la réplique du maillot de la sélection argentine porté par Diego Maradona lors du Mondial 1986 a permis de collecter de la nourriture et des masques pour les habitants d'un quartier défavorisé de Buenos Aires.

La vente d'un maillot de l'équipe nationale d'Argentine portant la signature de Diego Maradona a permis de rassembler de l'argent destiné à un quartier défavorisé de la périphérie de Buenos Aires touché par la quarantaine imposée en raison du coronavirus.
« On va s'en sortir », a écrit Maradona sur ce maillot, une réplique de celui utilisé lors du Mondial 1986 remporté par l'Albiceleste. Le maillot était initialement proposé aux enchères, mais sera finalement attribué par tirage au sort parmi les personnes qui ont proposé davantage que le montant du don initial pour participer.
L'initiative a permis de collecter une centaine de kilos de nourriture ainsi que des produits d'hygiène et des masques de protection contre le Covid-19 au bénéfice des habitants du quartier de Favaloro. « Diego ne s'imagine même pas ce qu'il a fait pour nous, cela n'a pas de prix. Je lui en serai reconnaissante jusqu'au jour de ma mort », a réagi une habitante du quartier, Marta Gutierrez.

La pauvreté s'est aggravée avec la quarantaine

Après 50 jours de quarantaine pour stopper la propagation du coronavirus, la pauvreté qui touchait déjà 35,5 % des Argentins, fin 2019, s'est aggravée, a reconnu le ministre du Développement social, Daniel Arroyo.
Selon les données de son ministère, quelque 8 000 tonnes de nourriture sont distribuées chaque mois, la moitié de ce que les organisations sociales estiment nécessaire pour assurer le fonctionnement des cantines, dont bénéficient quotidiennement environ 500 000 enfants.
Outre la pandémie, l'Argentine est confrontée à une grave crise économique et financière et est en train de mener des négociations laborieuses sur une restructuration de sa dette avec les créanciers.
Réagissez à cet article
500 caractères max
RensenbrinkRIP 9 mai à 13:04

Dans une vie, il y a des moments magiques. Son mariage, la naissance de ses enfants, la cérémonie de remise des diplômes de ses enfants. Avoir vu Maradona jouer à cette CM 86 est aussi un moment magique pour moi. Ce n’était plus un joueur de football mais plutôt le football réincarné en homme. Au fait était il humain, Diego, quand on se rappelle le commentateur argentin après son deuxième but contre l’Angleterre: ´´de quelle planète viens-tu Diego’ˆ?

Heraclite 9 mai à 9:06

Suite. J'ai bien entendu qu'il fallait savoir prendre des risques. Mais quand c'est les autres qui courent les risques que lui'même n'aura jamais à subir (lui et sa famille sont blindés pour plusileurs générations, ce qui n'est pas une critique car il a travaillé pour obtenir ce qu'il possède) c'est pas autocentré, ça ?

Heraclite 9 mai à 9:01

La pauvreté qui augmente dans les sociétés : voilà un sujet qui pourrait amener les Aulas et consorts a avoir une réflexion plus pousseebquevcelle de leurs propres intérêts. La sauvegarde a tous prix des intérêts economiques du foot va-t-elle concourir a l'agrandissement ou à la réduction de cette pauvrete. Oh oui bien sûr dans un premier temps cela sauvegarde quelques milliers d'emploi. Mais dans un second temps, le risque l'allongement du confinement, ça fait quoi ? A suivre

ADS :