Soccer Football - Australia v Germany - FIFA Confederations Cup Russia 2017 - Group B - Fisht Stadium, Sochi, Russia - June 19, 2017   Germany's Julian Draxler celebrates scoring their second goal    REUTERS/Kai Pfaffenbach (Reuters)
C. CONF.

Coupe des Confédérations, groupe B : la jeunesse allemande s'en sort de justesse face à l'Australie (3-2)

Longtemps chahutée par l'Australie, l'Allemagne a arraché d'une courte tête un premier succès dans cette Coupe des Confédération (3-2). Trop irréguliers dans leur prestation, les hommes de Joachim Löw devront faire mieux face au Chili jeudi.

Un première période riche en rebondissements

Il n'aura pas fallu plus de cinq minutes pour constater les classes d'écarts qui séparaient les deux équipes, tant sur le plan tactique que technique. Ce qui n'a toutefois pas empêché l'Allemagne de se faire une grosse frayeur. Pourtant, la Nationalmannschaft avait rapidement cueilli à froid son adversaire, exploitant ses difficultés dans le placement défensif. Julian Brandt, jouissant d'espaces conséquents sur son aile droite, centrait en retrait pour Lars Stindl qui propulsait une frappe sèche au fond des filets de Mathew Ryan, le nouveau portier de Brighton (0-1, 5e). Mais malgré son écrasante domination, l'Allemagne ne parvenait pas à faire le break. Et s'exposait à quelques contres des Australiens, dont le manque de justesse technique n'enlevait rien à leur témérité. Sainsbury envoyait un premier avertissement peu après la demi-heure de jeu : parfaitement servi sur coup franc, le défenseur des Socceroos se retrouvait absolument seul face à Leno, mais ne trouvait pas le cadre sur sa reprise de la tête (36e). Heureusement pour les Australiens, Tomas Rogic égalisait quelques minutes plus tard d'une frappe sèche des 20 mètres, bien aidé par un Bernd Leno trop tendre dans son intervention (1-1, 41e). Mais les Allemands remettaient les pendules à l'heure quelques minutes plus tard sur penalty, grâce au Parisien Julian Draxler (1-2, 45e).

Brandt et Goretzka dans les bons coups

Le premier a servi dans les meilleures conditions Lars Stindl sur l'ouverture du score, le second a obtenu le penalty transformé par Draxler avant la mi-temps. Le jeu ayant longtemps penché à droite, les deux coéquipiers allemands étaient de toutes les offensives. Profitant des largesses défensives de l'Australie, Brandt s'introduisait dans la surface et, malgré une glissade, obligeait Ryan à s'employer pour sortir sa frappe du gauche (22e). Quelques minutes plus tard, le milieu du Bayer Leverkusen héritait du cuir à l'entrée de la surface et propulsait une frappe enroulée vers la lucarne du portier australien, lequel claquait le ballon pour empêcher l'Allemagne d'élargir son avance (26e). Goretzka, qui amenait le surnombre dans la surface lors des attaques placées des siens, alternait entre passes bien senties et tentatives de frappe. Au quart d'heure de jeu, le milieu de Schalke servait parfaitement Wagner dont la reprise de la tête passait à côté, avant de tenter sa chance d'un tir surpuissant, contré in extremis par Wright (18e). Son abnégation a finalement été récompensée au retour des vestiaires. Sur une énième percée dans la surface, Goretzka, bien servi par Kimmich, trompait Ryan d'un tir à bout portant (1-3, 48e).

La Nationalmannschaft secouée jusqu'au bout

Mais une fois de plus, l'Allemagne semblait pêcher par excès de suffisance et gérait les offensives adverses avec moins d'agressivité. Il n'en fallait pas plus aux Australiens pour profiter d'une bourde de Bernd Leno. Sur une frappe anodine, le portier allemand relâchait le cuir dans les pieds de Juric, qui en profitait pour réduire l'écart (2-3, 58e). Malgré les changements défensifs de Joachim Löw, la Nationalmannschaft était bousculée jusque dans les dernières minutes de la rencontre. Troisi obligeait Leno à plonger pour repousser sa frappe enroulée à l'entrée de la surface (72e), avant que Kruse ne s'essaye d'une frappe du gauche, captée par le portier allemand. Enfin, Behich, seul sur le côté gauche, tentait de trouver ses coéquipiers d'un centre tendu mais Mustafi contrait la tentative de justesse, préservant le court avantage d'une Allemagne bien trop friable en seconde période. Il faudra sûrement être plus régulier pour espérer disposer du Chili jeudi...
Antonin Deslandes
Réagissez à cet article
500 caractères max
rorose 20 juin à 14:24

Renouvellement, renouvellement messieurs les allemands, il n'y a plus de petites équipes.