Soccer Football - Cameroon v Chile - FIFA Confederations Cup Russia 2017 - Group B - Spartak Stadium, Moscow, Russia - June 18, 2017   Chile's Mauricio Isla in action with Cameroon's Andre Zambo Anguissa   REUTERS/Carl Recine (Reuters)
Coupe des Confédérations - Chili

Coupe des Confédérations : où en est l'ancien joueur de l'OM Mauricio Isla (Chili) ?

Sacré deux fois avec le Chili lors des deux dernières éditions de la Copa America (2015, 2016), Mauricio Isla reste irréprochable en sélection. En club, sa situation est différente. Le Chilien ne s'est jamais vraiment imposé après son départ de l'Udinese en 2012, alors qu'il restait sur cinq belles premières années en Italie.

Il avait quitté la Canebière l'été dernier, au terme d'un prêt qui l'avait renvoyé à la Juventus. À 29 ans, Mauricio Isla poursuit sa carrière du côté de la Sardaigne, à Cagliari, où il avait signé pour trois saisons en provenance de Turin le 10 août 2016. Isla n'avait pas réussi à percer sous le maillot de la Vieille Dame, disputant seulement 48 matches en quatre ans avec les Bianconeri, lesquels l'avaient prêté deux saisons complètes aux Queens Park Rangers (27 matches en 2014-2015) puis à l'OM (38 matchs, 2 buts en 2015-2016). Ses plus belles années restent du côté d'Udine où entre 2007 et 2012, le Chilien avait pris part à 152 rencontres de Serie A avec le club cher à Antonio Di Natale.

L'air sarde lui va bien

Si Cagliari a terminé cette saison à une honorable onzième place en Championnat, c'est que Mauricio Isla y est pour quelque chose. Installé dans un milieu à trois par l'entraineur Massimo Rastelli, le Chilien s'est révélé comme le patron de l'équipe sarde qui évoluait la plupart du temps dans un 4-3-3 à deux pointes hautes. Finir en milieu de tableau est une performance pour un promu qui avaient l'habitude d'enchaîner les allers-retours en Serie B. Avec l'arrivée l'été dernier de joueurs expérimentés comme Isla, Bruno Alves et les italiens Padoin et Borriello, Cagliari a su construire une équipe capable d'embêter quelques grosses écuries. Leurs deux victoires obtenues face à l'Inter et l'AC Milan le montrent, notamment sur le dernier match de Championnat, où Isla et ses partenaires l'avaient emporté 2-1 face aux Rossoneri. Pour ce qui est de son apport dans le onze des Sardes, Isla a insufflé cette rigueur tactique et son souci du placement, lui qui était cette année le point de transition entre la défense et l'attaque des Rossoblù. Il a également apporté sa dureté sur l'homme, ce qui lui a coûté dix cartons jaunes et quelques suspensions lors de matches importants. Le natif de Buin (Chili) a, enfin, récupéré un nombre conséquent de ballons, lui laissant le soin de pouvoir être le métronome du jeu de son équipe.

Pilier de la belle génération chilienne

Isla totalise 88 sélections chez les A dont il est le couteau suisse. Capable de dépanner dans le milieu de terrain que ce soit dans l'axe ou sur un côté lorsqu'il ne joue pas latéral droit, il contribue, depuis deux ans, au règne du Chili en Amérique du Sud. Victorieux de la Copa America contre l'Argentine en 2015 puis en 2016 à chaque fois au terme des tirs au but, les hommes du sélectionneur Juan Antonio Pizzi pourraient bien mettre un nouveau trophée dans leur escarcelle s'ils venaient à remporter cette Coupe des Confédérations qui se déroule actuellement en Russie. On peut penser que les Chiliens sont dans la forme de leur vie. Emmenés par la génération 87-88, celle de Mauricio Isla mais aussi d'Alexis Sanchez, Arturo Vidal ou encore Gary Medel, la Roja épate en compétition officielle. Cette génération récolte clairement les fruits d'un travail entreprit bien avant cela puisqu'en 2007, Isla et ses partenaires avaient alors fini sur la troisième marche du podium lors de la Coupe du monde U20 organisée au Canada. On se dit que cette Coupe des Confédérations, si elle est réussie par les Chiliens, peut donner un nouvel élan à la carrière de l'ancien Marseillais. Et si Isla s'offrait une énième pige intéressante en Europe, lui qui ne doit pas trop trainer en Sardaigne, dans un club habitué aux saisons difficiles ?

Pierre Martin
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :