Soccer Football - World Cup - Semi Final - France v Belgium - Saint Petersburg Stadium, Saint Petersburg, Russia - July 10, 2018  France coach Didier Deschamps celebrates with Samuel Umtiti at the end of the match   REUTERS/Lee Smith (Reuters)
CM 2018 - Finale

Coupe du monde, finale France-Croatie : 5 raisons de croire en une deuxième étoile pour les Bleus

La France n'est qu'à une victoire du sacre ultime. Deux ans après la défaite en finale de l'Euro 2016, les Bleus devront se méfier des Croates mais peuvent tout de même espérer ajouter une deuxième étoile à leur maillot. Voici cinq raisons de le croire.

Parce que la Croatie aura le ballon

L'un des grands enseignements de cette Coupe du monde, c'est qu'avoir le ballon n'est pas forcément synonyme de victoire. C'est d'autant plus vrai chez les Bleus, qui ont gagné trois de leurs six rencontres (Pérou, Argentine et Belgique) sans avoir une possession de balle plus élevée que l'adversaire. Bien organisée défensivement, l'équipe de France peut se permettre de laisser le ballon la plupart du temps à l'adversaire pour pouvoir rapidement partir vers l'avant à la récupération. Une stratégie payante contre la Belgique, et qui pourrait être reconduite dimanche soir. La Croatie est peut-être l'adversaire idéal pour pratiquer ce football vertical. Les hommes de Dalic aiment avoir le ballon et attendre qu'une faille s'ouvre dans la défense adverse pour faire la passe qui tue. Si l'équipe de France parvient à être aussi solide défensivement que contre l'Uruguay et la Belgique, ne pas avoir le ballon pourrait devenir un avantage. À l'aise dans les phases de transition de la défense vers l'attaque, elle pourrait poser de sérieux problèmes à la Croatie grâce à la vitesse et la qualité de percussion de ses joueurs offensifs. Contre l'Argentine, elle avait parfaitement exploité ses contres en arrivant à chaque fois à créer le déséquilibre grâce à la qualité de ses individualités.

Parce que la Croatie a 90 minutes de plus dans les jambes

Oui, c'est une finale, et oui, la Croatie donnera tout ce qu'elle a pour décrocher sa première Coupe du monde. Mais Modric et les siens auront certainement les jambes lourdes. Après avoir éliminé aux tirs au but le Danemark et la Russie, les Anglais ont poussé les Croates jusqu'au bout de la prolongation pour atteindre la finale. Résultat des comptes, la Croatie a joué 90 minutes de plus que les Français dans ce Mondial. Jamais une équipe n'avait passé autant de temps sur le terrain à ce stade de la compétition. Ces matches à répétition commencent forcément à se faire ressentir. Strinic est notamment sorti en début de prolongation contre l'Angleterre, se plaignant d'une douleur aux adducteurs. Il est incertain pour la finale, tout comme Ivan Perisic, buteur contre l'Angleterre, l'ancien joueur de Sochaux ayant été vu en fin de rencontre avec une poche de glace sur la cuisse.

Lire aussi : Deschamps connait la chanson

Parce que la France est redoutable sur les phases arrêtées

Depuis le début de la Coupe du monde, beaucoup d'équipes ont saisi l'importance des coups de pied arrêtés. Ils représentent 42% des buts marqués dans ce Mondial 2018. L'équipe de France n'échappe pas à la règle, elle qui a inscrit 4 de ses 10 buts (40%) de cette façon. Le coup de pied de Griezmann associé au jeu de tête des Varane, Umtiti, Giroud ou Pogba risquent de faire mal aux Croates. Ces derniers ont d'ailleurs montré certaines lacunes défenseives dans cet exercice. Sur leurs cinq buts encaissés, ils en ont pris quatre sur des phases arrêtés. Si l'équipe de France ne parvient pas à trouver la solution dans le jeu, elle sait qu'elle pourra jouer sa carte sur les coups de pied arrêtés.

Lire aussi : Comment Varane s'est émancipé de Sergio Ramos

Parce que Lloris est touché par la grâce

Il y a des joueurs capables de se transcender le temps d'une compétition, et c'est le cas de Hugo Lloris. Critiqué avant le Mondial pour ses performances moyennes avec Tottenham et décevantes en équipe de France, le portier des Spurs fait aujourd'hui l'unanimité. Décisif dans tous les matches qu'il a disputés depuis le début de la Coupe du monde, sa performance contre la Belgique ou son arrêt magistral face à l'Uruguay resteront parmi les moments forts de cette édition 2018. Impérial sur sa ligne comme dans les airs, il ne laisse rien passer. Il a d'ailleurs arrêté les sept derniers tirs cadrés qu'il a subis, une vraie performance de patron. On dit souvent que le gardien est prépondérant dans la victoire d'une équipe. De ce côté, les Bleus peuvent être rassurés.

Parce que l'équipe de France a appris de sa défaite en finale de l'Euro 2016

Les souvenirs et la déception sont encore présents dans la tête des joueurs qui participaient à l'Euro 2016. Ils ne sont que neuf dans le groupe actuel à avoir vécu cette aventure il y a deux ans, mais ils sont tous conscients de l'enjeu de la rencontre. Jeudi, Paul Pogba est d'ailleurs revenu sur ce changement d'attitude entre la finale de l'Euro et celle de dimanche« À l'Euro, on pensait que c'était déjà fait. La mentalité n'était pas la même. On pensait que la finale, c'était l'Allemagne. Avec le parcours des Portugais, on s'est dit que c'était gagné d'avance. Aujourd'hui, ce n'est plus pareil, on ne veut pas faire la même erreur et aborder cette finale différemment.» Des propos appuyés par ceux de Didier Deschamps ce samedi à la veille du match « Ce qu'il s'est passé il y a deux ans doit nous servir. Les neuf joueurs qui étaient là savent ce qu'ils doivent faire de mieux. Une finale, c'est toujours un évènement à part.» À quelques heures de la rencontre la plus importante de leur carrière, les joueurs semblent bel et bien prêts. Et prévenus.
Najim Medini
Réagissez à cet article
500 caractères max
DYMO29 14 juil. à 21:24

Non parceque Kyllian Mbappe joue pour la France et sera la différence entre les deux équipes