Championnat des étoiles
4 Live s'abonner
Soccer Football - World Cup - Group D - Nigeria vs Argentina - Saint Petersburg Stadium, Saint Petersburg, Russia - June 26, 2018   Argentina's Marcos Rojo celebrates scoring their second goal with Lionel Messi    REUTERS/Henry Romero (Reuters)
CM 2018 - Groupe D

Coupe du monde : l'Argentine se qualifie miraculeusement pour les huitièmes de finale et affrontera l'équipe de France

Incroyable Mondial ! Une nouvelle rencontre s'est encore jouée dans les tout derniers instants. Complètement dingue. Grâce à un but de Rojo à la 87e minute, l'Argentine s'est miraculeusement qualifiée pour les huitièmes de finale face au Nigeria (2-1). Elle affrontera l'équipe de France samedi.

La leçon : L'Argentine miraculée

On est passé tout près d'un véritable tremblement de terre qui a failli secouer la planète foot : l'Argentine s'est qualifiée miraculeusement pour les huitièmes de finale à trois minutes de la fin de sa toute dernière rencontre de la phase de poules face au Nigeria (2-1). Un centre venu de la droite, et une reprise parfaite de Rojo, défenseur central, qui traînait dans les parages (2-1, 87e), a fait chavirer de bonheur le peuple argentin. Moses, dépassé sur le but, ne pouvait que constater les dégâts, lui qui avait pourtant été décisif quelques instants plus tôt en taclant somptueusement en position de dernier défenseur à quelques mètres de son but (86e). Crucifié, le Nigeria n'avait que ses yeux pour pleurer.

Pourtant, dos au mur, et dans l'obligation de l'emporter, l'Argentine, au contraire des deux matches précédents, mettait enfin quelques bons arguments en première période. Notamment dans l'implication et au niveau de la dureté dans les duels. Avec une récompense et ce superbe but de Lionel Messi, son premier dans la compétition, «caviardisé» par Banega, qui finissait du droit (0-1, 14e). Mais ces bonnes dispositions n'étaient pas confirmées après le repos. Avec une égalisation assez rapide du Nigeria, sur un penalty de Moses (1-1, 51e), consécutif à une faute d'un Mascherano dépassé et à côté de la plaque une nouvelle fois.
France-Argentine samedi en huitièmes de finale.
Alors qu'il lui fallait absolument un succès, Sampaoli préférait lancer Pavon à l'heure de jeu puis Meza quelques instants plus tard. Agüero n'entrait qu'à dix minutes du terme alors que Dybala restait scotché sur le banc. Insuffisant, pensait-on, Messi ne parvenant pas à jouer les héros alors que Di Maria et Higuain étaient invisibles. Le meilleur joueur argentin se nommait Banega, très juste lorsqu'il fallait se projeter offensivement. Jusqu'à, donc, cet éclair de la 87e minute qui rendait les nombreux fans argentins hystériques. L'Albiceleste est donc passée tout près de sa première élimination en phase de poules depuis 2002. Samedi, elle jouera pourtant bien les huitièmes de finale de la Coupe du monde après un premier tour épique. L'adversaire : l'équipe de France. Coup d'envoi à 16 heures. Ça promet.

Le gagnant : La revanche de Rojo

Il n'a disputé que neuf matches de Premier League en 2017-18, a été plus qu'embêté par les blessures, mais, finalement, c'est bien lui que tout un pays va chanter pendant toute la nuit : Marcos Rojo tient là sa revanche sur les critiques qui, parfois à raison, ne l'ont pas épargné. Défenseur de 28 ans, le joueur de Manchester United est venu inscrire le troisième but de sa carrière internationale d'une volée quasi parfaite au nez et à la barbe de Moses. Pas vraiment à son aise en ouverture face à l'Islande, il avait été placé sur le banc par Sampaoli lors de la déroute face à la Croatie, avant d'être de nouveau titulaire ce mardi soir. Il a été récompensé.

Le perdant : Le Nigeria va en faire des cauchemars

Ils s'y sont vus, forcément. Mais pourtant, le Nigeria verra bien les huitièmes de finale depuis sa télévision. Les troupes de Gernot Rohr n'ont pas rendu une copie spectaculaire, mais leur match était très solide dans l'organisation. Suffisamment, en tout cas, pour mettre en échec les Argentins en seconde période. Et pourtant, le coup de poignard de Rojo fera cauchemarder tout un pays. Et des supporters qui se remémoreront sûrement ces deux actions des 83e et 85e minutes. Lorsque Ighalo a perdu son duel face à un Armani décisif sur la gauche de ses cages (83e) ; puis sur ce coup franc bien brossé d'Etebo qui est venu s'échouer dans le petit filet argentin (85e). Rageant pour le Nigeria, et pour un continent africain qui ne compte désormais plus que sur le Sénégal pour avoir un de ses pensionnaires au second tour.
Réagissez à cet article
500 caractères max
chefsprive 26 juin à 23:06

Un joli 8ème en perspective...si les Bleus se réveillent et sortent un grands match!

voir toutes les réactions
ADS :