(D.R)
CM U20

Coupe du monde U20 : talents du bout du monde

Si la France, l'Argentine, l'Allemagne ou le Portugal figurent parmi les favoris du Mondial U20 qui s'est ouvert ce week-end, il existe de nombreux talents à suivre venus d'horizons bien plus lointains. France Football fait les présentations.

Erick Palmer-Brown, milieu défensif, Etats-Unis

La rumeur veut que son club de Kansas City ait repoussé une offre de la Juventus Turin (1M$, environ 900 000€) pour le prodige, lequel est devenu ensuite le plus jeune défenseur de l'histoire de la MLS. Envoyé en prêt à Porto, en réserve, en début de saison, l'Américain n'a pu y signer, les deux clubs ne parvenant pas à trouver un accord financier. Le môme ne devrait pourtant pas rester longtemps aux USA tant il semble doué. Milieu défensif capable de jouer en défense centrale, l'Américain se signale avant tout par un énorme sens du commandement, qui lui a permis de rafler le titre de MVP comme on dit là-bas (meilleur joueur) des éliminatoires de la zone CONCACAF. Une rareté pour un joueur défensif.

Luther Singh, ailier, Afrique du Sud

Le foot d'Afsud se porte mieux. Y compris chez les jeunes où la pépite Luther Singh est particulièrement couvée. Co-meilleur buteur de la dernière CAN juniors (quatre réalisations, avec deux passes décisives en supplément), le lutin sud-africain (1m65) est un dribbleur aussi supersonique que diabolique. L'Europe n'a pas attendu cette compétition pour s'en apercevoir. Le môme a changé d'hémisphère depuis deux ans déjà. D'abord en Suède, au GAIS, un club de Göteborg, où il a peu joué à cause d'une blessure, sans omettre de se signaler (11 buts en 36 matches de Championnat) avant d'être transféré en janvier à Braga, au Portugal. Pour l'instant, il y est cantonné en réserve, mais attend son heure, qui pourrait sonner lors de ce Mondial U20. Sélectionné il y a quelques mois en équipe nationale, contre l'Angola, Singh entend bien s'y installer après avoir montré au monde toutes ses qualités chez les U20.

Ryosuke Kojima, gardien, Japon

Certes, c'est son coéquipier Ritsu Doan (un autre nom à retenir) qui a été élu MVP de la Coupe d'Asie U19 l'année dernière, offrant au Japon sa qualification en même temps que le premier trophée de son histoire dans cette catégorie. Mais le meilleur joueur de la finale face à l'Arabie Saoudite, ç'a bel et bien été lui, le gardien Ryosuke Kojima. D'abord lors du temps réglementaire, durant lequel le portier de l'université de Waseda a multiplié les exploits. Un échauffement pour la séance de tirs au but qui allait suivre. A force de partir du bon côté, sans pour autant toucher les essais saoudiens, Kojima a influencé l'ultime tireur adverse, Abdullah Magrshi, qui a tenté de placer son essai en lucarne et manqué la cible. Victoire du Japon, et lauriers pour son gardien, infranchissable pendant 840 minutes, qualifs et phase finale comprise. Pas étonnant que Buffon soit son gardien favori...

Pervis Estupinan, latéral droit, Equateur

Aperçu au Mondial U17 il y a deux ans, Estupinan (en photo) retrouve le monde au sein d'une équipe équatorienne sortie en tête du groupe de la mort au premier tour, devant le Brésil, la Colombie, le Chili et le Paraguay, avant de terminer deuxième derrière l'Uruguay en poule finale, ce qui, même à domicile, constitue un réel exploit. De son couloir droit, Estupinan a été un inspirateur et un aspirateur (à ballons), multipliant les aller-retour, les centres et les replacements. C'est d'abord la densité physique et l'endurance (plus que ses coupes de cheveux improbables) qui impressionnent chez le joueur de Grenade, où il a été prêté cette saison par le club anglais de Watford. Infatigable, tenace, Estupinan a tout compris du rôle d'un joueur de couloir moderne. Il y ajoute une belle pointe de vitesse, et une frappe sèche qui lui a permis d'inscrire quatre buts en qualifications, dont trois sur penalty, une de ses spécialités.

Jorge Alvarez, milieu, Honduras

Si son compatriote Darixon Vuelto s'est déjà exilé (il évolue en Espagne, à Tenerife, en Segunda Division), Jorge Alvarez est l'incontestable héros de cette sélection du Honduras, régulièrement présent dans les compétitions de jeunes et opposé à la France dès lundi. Son sélectionneur José Valladares l'affirme, «face au Canada, son entrée a changé le cours du match». Et comme la rencontre face au Canada inaugurait la compétition, son but a lancé la H 20 (le surnom de l'équipe) lors de cette Coupe CONCACAF U20, jusqu'à atteindre la finale, perdue aux tirs au but face aux USA. Actif au milieu, capable de se projeter, intelligent dans ses déplacements, Alvarez possède une frappe lourde qui fait souvent mouche de loin. Voilà Alban Lafont prévenu...

Myer Bevan, attaquant, Nouvelle-Zélande

Avec son comparse Moses Dyer, ils ont traumatisé les (faibles) équipes de la zone océanie (OFC) - rappelons au passage que chez les jeunes aussi, l'Australie concourt avec les équipes asiatiques, ce qui a ouvert les portes à ses voisins kiwis. N'empêche, comme quelques autres exilés anglais (le gardien Woud et l'attaquant Cameron), Bevan possède un indéniable potentiel, repéré par une célèbre marque d'équipements. En effet, Bevan a été admis à la Nike Academy après un parcours éreintant, choisi parmi 400 candidats dans son pays avant de survivre aux drastiques sélections, à Paris. Depuis l'année dernière, Bevan vit donc de l'autre côté du Channel, où son sang-froid, son adresse et son flair ont séduit. Reste à voir ce que cela donne face au monde...
Arnaud Tulipier

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max