Soccer Football - Serie A - Inter Milan v Lecce - San Siro, Milan, Italy - August 26, 2019   Inter Milan's Romelu Lukaku celebrates scoring their third goal   REUTERS/Daniele Mascolo (Reuters)
Italie

Cris de singe, communiqués des Ultras... comment la presse italienne voit l'affaire Lukaku

Les grands titres de la presse italienne ont logiquement commenté les cris de singe adressés à Romelu Lukaku par des supporters de Cagliari, dimanche dernier. Petit tour d'horizon.

Un nouveau cas de cris racistes dans un stade, presque une habitude ? Focalisée par les remous gouvernementaux, la presse généraliste italienne laisse l'affaire aux pages sportives. Plus étonnant, aucun des grands quotidiens sportifs de la Botte ne consacre son gros titre de une à la question, depuis le témoignage du joueur, lundi, sur son compte Instagram. Tuttosport fait ainsi dans la neutralité, relayant les faits sans le moindre commentaire - si ce n'est un «Unis contre le racisme» sur sa une de mardi, citation que le journal attribue toutefois à Lukaku.
Le même jour, le Corriere dello Sport a toutefois consacré un bandeau au message du joueur, intitulé «Pourquoi Lukaku a raison». Pourquoi, donc ? Parce que Lukaku «nous dit de faire attention, car nous revenons en arrière. [...] Les tribunes restent le repaire des préjugés et de la haine. [...] Nous revenons en arrière, parce que le charme secret pour la haine ne s'arrête pas. Comme une résurgence archaïque à contre-courant des progrès qui ont été faits en terme de vivre-ensemble.» Le soutien de l'Inter envers son nouvel attaquant s'est montré timide, un comble pour une équipe fondée sur des valeurs «multiculturelles, ouvertes, accueillantes, modernes», comme le rappelle le principal journal sportif, la Gazzetta Dello Sport, dans son édition du jour.

La «provocation» de Demba Ba

A l'opposé, la réaction la plus médiatisée est venue de l'attaquant de l'?stanbul Ba?ak?ehir, Demba Ba : «J'aimerais que tous les joueurs noirs quittent la Série A.» Une déclaration que le Quotidiano Sportivo décrit sur sa une comme une «provocation» - le journal avait pourtant traité «d'idiots» les supporters siciliens, la veille. Le ton de Ba est certes offensif, le raisonnement volontairement extrême, mais le propos n'est certainement pas plus absurde que ce communiqué d'Ultras intéristes de la Curva Nord, groupe historiquement d'extrême-droite, à destination de Lukaku : «Nous sommes désolés, si tu as pensé que ce qu'il s'est passé à Cagliari était raciste, mais ce n'était pas le cas. [...] Quand tu parles de combattre le racisme, tu participes à la répression de tes propres supporters, et tu évoques un problème qui n'est pas présent ici.» Et de conclure d'un «Bienvenue Romelu» à l'air quasi-ironique.

Vers une fermeture de tribunes ?

Face à cette tentative plus que douteuse de pédagogie de la Curva Nord, le Corriere della Sera «espère que Lukaku restera inéduqué ; et nous avec lui.» Goffredo Buccini, éditorialiste du journal généraliste milanais, propose même une «mesure nécessaire : la fermeture de la tribune pour quelques semaines, ou pour toute la saison en cas de récidive.» Le communiqué fait réagir la Gazzetta Dello Sport. «Ce communiqué dit quelque chose de nouveau, écrit l'éditorialiste Stefano Barigelli. Elle dit beaucoup de la solidarité qui existe entre les Ultras. [...] Elle dit aussi comment l'Inter, muré dans son silence, s'est rendu à ses ultras. [...] Ramener les familles au stade est un objectif pour lequel nous devons tous lutter. En prendre conscience ne sera pas chose facile.»
Erwann Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max
Lanerossi 6 sept. à 9:05

Vous parlez de supporters siciliens dans votre article à propos des supporters de Cagliari. Or, Cagliari se trouve en Sardaigne. Il s’agit donc de tifosi sardes...

voir toutes les réactions
ADS :