Soccer Football - Copa America Brazil 2019 - Semi Final - Brazil v Argentina - Mineirao Stadium, Belo Horizonte, Brazil - July 2, 2019   Brazil's Dani Alves reacts as Brazil's Casemiro and team mates form a wall to defend a free kick                          REUTERS/Ueslei Marcelino     TPX IMAGES OF THE DAY (Reuters)
Copa America - Brésil

Dani Alves, un «capitão» XXL pour la Seleçao

En patron et en bon capitaine, Dani Alves a été élu homme du match de la demi-finale de Copa America face à l'Argentine (2-0), offrant peut-être l'un de ses meilleurs matches avec le Brésil. Une partition qui sacralise le joueur mais aussi le visage de cette Seleçao 2.0.

«Je sais comment gagner !» Ses mots, chez nos confrères de RMC Sport, avaient certes surpris, mais ils pouvaient néanmoins s'entendre. Dani Alves a le plus beau palmarès du football mondial. Mais le PSG n'en a pas goûté, ou alors que trop peu, entre histoires parfois extra-sportives - son investissement personnel dans le “duel” Neymar-Cavani - et une blessure qui lui coûta une partie de saison 2018-19. Ce qui est néanmoins sûr, c'est que le Dani Alves d'un Brésil loin du dogme du samba-football est une machine en cette Copa America 2019. Élu homme du match face à l'Argentine au sortir d'un partidazo 100% Alves, l'ex-latéral du PSG - depuis le 1er juillet - a égayé une soirée sous haute tension. «Une performance spectaculaire, écrit entre autres Globo ce mercredi. Une action de haute catégorie sur le premier but, et il a remporté la plupart des duels et a réussi à calmer le jeu, avec intelligence aux moments des temps faibles.»

Les cannes de 36 ans

Ce premier but, lui qui squattait la partie de terrain adverse dans un rôle de milieu droit qui lui sied bien, Casemiro assurant souvent l'équilibre défensif, était la conclusion d'une action sublime. Petit pont de Philippe Coutinho sur Leandro Paredes, crochet de Dani Alves sur le même Argentin, décalage pour Roberto Firmino, centre parfait et finition de Gabriel Jesus (19e). 1-0 et, déjà, le sentiment d'un grand match pour «tonton Dani», qui finira avec 111 ballons touchés, meilleur total de la rencontre. Et de loin. «Je suis conscient de mon âge, mais ça ne m'importe pas, réagissait finalement le principal intéressé au micro de SporTV en après-match. Dans le foot, les gens veulent des résultats, c'est ça qui m'intéresse.» Un brin moins rapide, certes, bien moins à l'aise en tant que pur latéral, aussi, mais le capitaine de la Seleçao compense à coup de maestria, de technique, de vice et d'abnégation. Et d'une hyperactivité dans la lignée de ces derniers mois parisiens.

Lire aussi : Le Brésil domine l'Argentine de Messi

Plus infranchissable que joga bonito

Autant de denrées rares qui font que le Brésil qui, rappelons-le, alignait Fagner (Corinthians) comme latéral lors du Mondial 2018, s'assure une certaine maîtrise. Toute relative face à l'Argentine, les occasions concédées demeurant les seuls points noirs de la compétition. Mais le Brésil n'a encaissé aucun but depuis le début de la Copa. Signature Tite ? 41 matches, 13 buts encaissés pour l'intégralité de son patronage à la tête de la sélection auriverde. Et à la force des performances individuelles de Thiago Silva, Marquinhos, Alisson, Alves ce mercredi ou encore (surtout) Casemiro, c'est l'image du Brésil qui a quelque peu évolué.
«Fermer la bouche de personne mais assumer mes responsabilités» (Dani Alves)
«Dans le foot, les gens veulent des résultats, et c'est ça qui m'intéresse, poursuivait Alves. Je veux aider le groupe à gagner, c'est le seul chemin. Je ne veux fermer la bouche de personne mais je veux assumer mes responsabilités.» Bien moins de fantaisie, qui plus est en l'absence préjudiciable de Neymar, et une assise défensive plus solide ? Tite en avait déjà fait son leitmotiv lors de sa victoire en Copa Libertadores, en 2012, avec Corinthians. Quant à Alves, le brassard semble le transcender... «Maintenant, on doit aller au bout et soulever la Coupe !» - A.B.
Réagissez à cet article
500 caractères max
armellasebastien 3 juil. à 19:47

On loue , on vante (et sans doute à juste titre) le système défensif de la Séléçao ; Gardien (exceptionnel depuis plusieurs saisons) , charnière centrale , latéraux , milieu défensif . Qu'il est loin le temps où tu pouvais regarder ce Brésil sur un air de Samba

Foot84 3 juil. à 19:04

C'est le dernier souffle, c'est courant ça chez les vieux joueur à l'image de Pirlo par exemple

stephaneruelruel 3 juil. à 11:06

C’est là où tu dis que ligue 1 n’est pas si facileAlves le dit lui même il a jamais autant couru qu’en France

ADS :