Soccer Football - Serie A - AC Milan v Juventus - San Siro, Milan, Italy - July 7, 2020   AC Milan's Ante Rebic celebrates scoring their fourth goal with teammates, as play resumes behind closed doors following the outbreak of the coronavirus disease (COVID-19)   REUTERS/Alessandro Garofalo (Reuters)
Italie - 31e journée

De 0-2 à 4-2 : l'incroyable renversement du Milan AC pour infliger une lourde défaite à la Juventus Turin !

Scénario complètement dingue à San Siro ! Alors que Rabiot avait inscrit un but exceptionnel et que Cristiano Ronaldo avait porté le score à 2-0 au bout d'une heure de jeu, la Juventus s'est complètement écroulée et a été renversée par le Milan AC. Score final : 4-2 ! Pas catastrophique pour la Vieille Dame après la défaite de la Lazio, mais ce revers pourrait marquer les esprits.

La leçon : Mais pour qui s'est prise la Juve ?

Et d'un coup, la folie. Alors qu'on voyait déjà la Juventus entériner, ou presque, un neuvième titre de champion, l'improbable se produisait avec des Turinois qui baissaient d'un coup leur engagement et les Milanais qui en profitaient parfaitement. Résultat : 0-2 après 61 minutes ; 3-2 après 67 minutes. Et 4-2 au final. Dingue !
 
Et ce Milan-Juve a mis du temps à se lancer. Après un premier acte assez fade, où seul Pjanic tentait bien de jouer le chef d'orchestre, un Français allait tout débloquer ! Et de quelle manière. Depuis son camp, Rabiot profitait de la passivité de Bennacer pour ensuite asséner un petit pont à Théo Hernandez. Le gaucher ne s'arrêtait pas en si bon chemin et armait une frappe exceptionnelle de l'extérieur de la surface (0-1, 47e). Le premier but de l'ancien Parisien en Italie.

Vidéo : Le premier but dingue de Rabiot

Sonné une première fois, Milan sombrait une seconde fois très vite avec le 26e but de Ronaldo (0-2, 53e). Terminé ? Pas du tout. Un penalty d'Ibrahimovic pour une main de Bonucci (1-2, 62e). Une égalisation de Kessie après une frappe déviée (2-2, 66e). Puis un but de Leao, l'ancien du LOSC, en angle fermé (3-2, 67e). Et enfin un dernier pion signé Rebic sur un service de Bonaventura (4-2, 80e). Avec une défense turinoise (voir le perdant) complètement à la ramasse. Il y a eu comme cette impression que la Juve a été arrogante avec son adversaire, prenant de haut le Milan. Avec cette absence totale d'engagement et des gestes techniques indignes, les Turinois ont été finalement logiquement punis pour leur suffisance. Un sérieux rappel à l'ordre, notamment pour Sarri, à qui cette défaite ne va pas vraiment faire du bien. Mais un revers finalement pas catastrophique comptablement. Juste avant le coup d'envoi à San Siro, la Lazio est tombée à Lecce, et reste donc à sept points. La Juventus peut donc encore voir venir. Mais ce week-end, face à l'Atalanta et son attaque de feu, attention au nouveau naufrage...

Le gagnant : Pioli a maté Sarri

Il a eu la bonne idée de sortir dès la pause un Paqueta pas dans son match. Les entrées de Leao et Bonaventura (impliqués sur trois des quatre buts) ont été déterminantes. Bref : très belle soirée pour le coach du Milan AC qui pourra se targuer d'avoir renversé la Juve dans l'un des matches de la saison. Surtout, en trois jours, son équipe s'est payé le deuxième (3-0 à Rome) et le leader (4-2, donc) du Championnat. Etincelant et parfait dans la course à l'Europe.

Le perdant : SOS défense en détresse

Malheureux sur la main qui entraîne le penalty de la remontada milanaise, Bonucci a été le capitaine du naufrage. Comme pas concerné sur le deuxième but de Kessie (son langage corporel était en effet très suspect), attentiste sur le troisième pion de ses adversaires, il n'a, certes, pas été aidé par un Rugani également à la rue sur ces deux réalisations. Défensivement, les Danilo et Cuadrado n'avaient pas non plus été guère rassurants. À 13 minutes du terme, à 2-3, Sarri décidait de rappeler Cuadrado pour lancer un Alex Sandro, qui se positionnait alors à gauche, sa position naturelle. Le Brésilien allait faire pire que son compatriote, Danilo. Sur une épouvantable passe latérale mal assurée, Bonaventura récupérait le cuir et servait Rebic. C'est la première fois depuis sept ans que la Juventus encaisse quatre buts en Serie A. C'est dire le très gros raté de cette défense turinoise...
Réagissez à cet article
500 caractères max
patrickivol 8 juil. à 13:31

Concernant les penaltys , un reglement stupide , respecté a la lettre par des arbitres qui ne le sont pas moins, que ce soit en serie A ou en Premier league etc...... des tetes , des tirs, ou des reprises a moins d un metre impossible d eviter la main si vous etes sur la trajectoire ?

djad16 8 juil. à 11:11

Superbe but de Rabiot, et un Benaceur intraitable !

ADS :