leao (rafael) (E.Garnier/L'Equipe)
Ligue 1 - Lille

De Margem Sul à Lille en passant par l'académie du Sporting CP : sur les traces du joyau portugais Rafael Leao

Formé au Sporting CP, Rafael Leao se révèle peu à peu sous les couleurs de Lille. Remis d'un transfert polémique, l'attaquant de 19 ans est en train de faire son trou (10 matches, 4 buts) et d'exploiter un potentiel incroyable.

«Talentueux, gros potentiel...» Au Portugal, quiconque a entendu parler de Rafael Leao jusqu'à aujourd'hui, est unanime à son sujet. Le gamin d'Almada (ville sur les bords du Tage, face à Lisbonne), né de parents angolais, a baigné dans le foot depuis le plus jeune âge. «Il a commencé à jouer au foot dans les clubs de ce côté du fleuve, dans les villes de Margem Sul.» Et malgré son jeune âge, Rafael Leao a déjà une carrière bien remplie. Son ascension fulgurante, la crise du Sporting CP et son transfert à Lille, tout arrive plus vite pour l'attaquant de 19 ans.

Le Sporting, depuis l'enfance

L'histoire de Leao avec le Sporting CP commence alors qu'il n'est âgé que de 9 ans. Alors joueur du club associatif de Foot 21 (qui n'existe plus aujourd'hui), il rejoint les Leoes. Traversant les catégories d'âges les unes après les autres, le jeune Rafael rencontre à 14 ans son mentor, Tiago Fernandes : «Rafael est comme un fils pour moi», raconte l'actuel entraîneur de Chaves (D1 portugaise). Et à l'aube de son adolescence, Rafael Leao faisait déjà parler son talent. «Je l'ai rencontré à 14 ans et peu de personnes comprenaient sa façon de jouer. Il faisait des choses avec le ballon que personne ne pouvait faire. Mais il oubliait toujours son positionnement sur le terrain (rires).» Prodigieux, le talent brut a cependant besoin d'être poli. Et c'est toujours sous les ordres de Tiago Fernandes, alors entraîneur des U19 du Sporting, que Leao va poursuivre son apprentissage. «Il y a eu des périodes où nous avons beaucoup travaillés sur des aspects de son jeu qu'il devait améliorer. Ces journées étaient difficiles pour lui comme pour moi, mais je pense qu'elles en valaient la peine», raconte Fernandes. Un travail qui ouvrit au gamin d'Almada les portes de la sélection portugaise, avec qui il sera champion d'Europe U17 en 2016 et U19 en 2018.
«Tout le monde est unanime pour dire que c'est un crack»
C'est l'année 2018 qui révèle Rafael Leao. Fort de son statut de jeune prometteur, il fait ses débuts en Championnat avec le Sporting le 11 février. «C'est le meilleur joueur de l'histoire de l'académie du Sporting», s'extasie Tiago Fernandes. «Tout le monde est unanime pour dire que c'est un crack», complète Nuno Raposo, journaliste pour A Bola. En trois matches disputés avec l'équipe première, Leao a inscrit un but, contre le FC Porto (défaite 2-1 du Sporting) et a tapé dans l'œil des recruteurs européens. Mais la crise du Sporting en fin de saison marquera le premier obstacle de la carrière de Leao. En effet, alors que nombreux joueurs (William Carvalho, Rui Patricio, Gelson Martins...) ainsi que l'entraîneur Jorge Jesus quittent le club suite à un conflit avec le président Bruno de Carvalho, le jeune prodige fait de même. «C'était son choix de partir, pas celui du club», raconte Bruno Ribeiro, journaliste pour Observador. Nuno Raposo ajoute : «C'est un coup dur pour le Sporting. S'il n'était pas parti il aurait sans doute été, cette saison, le deuxième attaquant derrière Bas Dost.»
Après avoir rompu unilatéralement son contrat avec son club formateur, Rafael Leao est libre de s'engager où il veut. Selon les informations de Bruno Ribeiro, de nombreuses écuries étaient à l'affût pour l'attaquant portugais. «Le Sporting a tout fait pour qu'il revienne mais il ne voulait pas. Il a signé à Lille mais il avait rencontré les dirigeants de Dortmund. Il y avait des clubs anglais et le Benfica qui étaient intéressés.» Le 8 août, Lille officialise l'arrivée du joueur de 19 ans. Mais cela ne marque que le début d'une affaire rocambolesque. En effet, à la suite de ce transfert, le Sporting réclame 45 millions d'euros au LOSC, soit le montant de la clause libératoire du joueur. Finalement, Rafale Leao s'engage bien avec Lille. Et malgré des débuts compliqués à cause d'une blessure, l'attaquant portugais a réussi à s'insérer dans la rotation de Christophe Galtier, inscrivant quatre buts en dix apparitions en Ligue 1, dont trois lors des trois dernières journées.

«Nouveau Mbappé» et mauvaise influence

Présenté comme un crack à son arrivée à Lille, Rafael Leao a tout de suite été assimilé à Kylian Mbappé par Luis Campos, conseiller du président Gérard Lopez. «C'est notre Mbappé portugais», déclarait-il en août dernier sur les ondes de RMC. «Comparé un joueur qui n'a que quelques matches avec le Sporting avec Mbappé est quelque peu exagéré. Il doit le montrer sur le terrain. Il faut lui laisser du temps», tempère Nuno Raposo. «Au Portugal, on a vu beaucoup de "Nouveau Ronaldo" au fil du temps. Donc il faut voir», ajoute-t-il. Et si l'entourage du champion du monde français est souvent loué pour la protection qu'il lui accorde, le journaliste de A Bola craint que cela soit l'inverse pour Leao. «Je pense que le plus problématique peut être le champ extérieur environnant. Il a parfois beaucoup de monde autour de lui et cela peut être mauvais, certaines influences pourraient le gêner.» Mais à l'heure actuelle, entouré par son agent Nelson Almeida et son père Antonio, Rafael Leao semble parti pour conquérir la Ligue 1. Peut-être assez pour atteindre la Selecçao ? Pourquoi pas pour Tiago Fernandes : «S'il devient titulaire à Lille, il sera sélectionné. Car pour moi c'est le meilleur attaquant portugais après Cristiano Ronaldo.»
Damien Irie
Réagissez à cet article
500 caractères max
jeanpierre13 19 janv. à 9:56

Il faut tout de même saluer le boulot fantastique de Campos, d’Ingla et de Galtier ! Si cela pouvait un petit peu inspirer les Eyraud, Zubizarreta et Garcia ! Mais ne rêvons pas..

PascalDescalanques 19 janv. à 8:38

... et Pelé c'est Pelé ;-)M'bappé et Léao, on en reparle dans 15 ans. Il sont eXtraOrdinaires mais ils ont encore tant à faire. Travail Courage Abnégation... Allez les Petits, je vous espère Grands.